La vieille dame

Cela aurait du être une conférence comme les autres. Ce soir-là, le thème était « la nutrition selon la médecine chinoise ». A peine avais-je commencé qu’elle est entrée, presqu’en catimini, pour s’asseoir au dernier rang, tout près de la porte. Quelques minutes plus tard, elle s’avançait, trotte-menu mais décidée, au premier rang juste en face de moi. Au fur et à mesure de mon discours, elle me regardait de plus en plus fixement, les yeux tantôt grand ouverts, tantôt froncés d’un air sévère ; elle hochait la tête, plissait le front comme sous le coup de la colère ; je la sentais sur le point d’exploser, faisant manifestement des efforts pour ne pas intervenir. A d’autres moments, le visage se détendait, devenait rose et lisse ; elle fermait les yeux me donnant l’impression de savourer un bonbon. Je n’avais jamais eu quelqu’un, disons d’aussi expressif à une conférence, à un cours ou à une communication. J’étais fasciné. En terminant, je pris conscience que je n’avais parlé que pour elle, que je ne m’étais adressé qu’à elle, les autres auditeurs s’estompant progressivement en une masse indifférenciée.

La soirée était bien organisée : après la conférence, un buffet assis attendait ceux qui le désiraient, suivi d’un retour en salle pour le débat. La vieille dame m’emboîta le pas, pris exactement les mêmes plats que moi, s’assit à mes côtés. Pendant que je mangeais, elle me regardait fixement en silence, piquant de temps à autre dans son assiette. Je commençais à être sérieusement gêné. Quand la farandole de desserts arriva, comme je ne me levais pas, elle me demanda si j’allai prendre des desserts et comme je lui dis que non, elle dit « ah bon ». Elle avait une voix comme celle qu’on imagine à une grand-mère quand on en n’a pas eu. Je ne voulais pas qu’elle se priva de dessert et comme elle ne se levait pas, je la priais d’aller se servir et que je piquerai quelques morceaux de gâteaux dans son assiette. Sans un sourire, très sérieusement, elle se leva et revint avec une assiette monstrueusement garnie en disant « pour deux ». Je fus bien obligé de m’exécuter et de participer à ces agapes sucrées. Et elle se mit à parler. Elle me dit qu’elle avait soixante dix huit ans et qu’elle avait été vendeuse dans un magasin de gants. Elle me dit qu’elle y était entrée à quatorze ans et qu’elle y était restée jusqu’à sa retraite. Elle me dit que ses patrons lui avaient loué un petit deux pièces au-dessus du magasin, appartement qu’elle occupe toujours. Elle me dit que, tous les matins à sept heures, elle descendait au magasin, qu’elle remontait à son appartement à treize heures et qu’elle redescendait à quatorze heures pour clore sa journée à dix neuf heures. Et cela pendant presque cinquante ans. Elle me dit qu’elle n’était pas très intelligente et qu’elle ne s’était pas mariée. Elle me dit que sa seule distraction était la télévision, mais que son appareil étant en panne, elle était venu m’écouter parce que ce n’était pas loin de chez elle. Elle me répéta qu’elle n’était pas très intelligente et que, d’ailleurs, elle n’avait rien compris à ce que j’avais dit.

A la fin du dîner, hélas sans café ou thé, nous nous levâmes pour retourner dans la salle pour le débat. Je résumais en quelques mots ce que j’avais dit car je sentais que le public entrait dans une douce somnolence postprandiale, puis je demandais s’il y avait des questions et qui voulait lancer le débat. Je m’attendais à l’habituel silence avant que quelqu’un ose se lancer. Mais la vieille dame s’est mise à parler :
« Monsieur, vous avez dit que les Chinois mangeaient des choses différentes de nous, de manière différente de nous avec des idées différentes de nous
– oui Madame
– mais ils vivent
– oui Madame
– alors ce que nous mangeons, c’est juste parce que nous en avons l’habitude, et aussi la manière dont nous mangeons
– oui Madame
– et ils ne sont pas malades
– ils sont comme nous, malades et pas malades, ça va, ça vient
– oui mais ils vivent
– oui Madame
– et ils trouvent ça bon
– oui Madame, comme nous trouvons généralement bon ce que nous mangeons. Les Chinois sont comme nous, il y a des choses qu’ils apprécient et des choses qu’ils n’aiment pas. Comme nous. Simplement, comme nous l’avons vu, comme ils ont eu une éducation alimentaire différente de la nôtre quand ils étaient enfants, ils ne mangent pas ce qu’ils n’aiment pas, même si on leur sert.
– vous avez dit qu’ils n’aiment pas beaucoup le fromage
– oui Madame, on peut dire ça comme ça
– mais c’est bon le fromage !
– oui Madame, c’est bon pour nous, pour la plupart d’entre nous, mais pas pour eux.
– alors ce que nous aimons, ils n’aiment pas et ce qu’ils aiment peut-être que nous n’aimons pas
– oui
– dans XXX (un journal de programmes télévisés), ils disent que si on mange comme les Japonais, on n’est pas malade et on vit très vieux. Vous y croyez ?
– non Madame
– et si on mange comme les Chinois, vous y croyez ?
– non Madame
– monsieur, moi je suis malade, j’ai un N et je vais mourir. Vous croyez que si je mange comme les Chinois, j’ai une chance de guérir ?
– non Madame
– remarquez, ça ne me gène pas d’être malade, ça m’occupe, ça met du sel dans ma vie. Vous comprenez ?
– oui Madame
– le médecin m’a dit que mon N avançait lentement que j’avais un peu de temps devant moi. J’ai soixante dix huit ans et si je meurs dans un ou deux ans, j’aurai soixante dix neuf ou quatre vingt ans. Un bon âge pour partir. Après ça devient trop long pour moi. C’est déjà trop long. Alors, est-ce que je suis malade ou seulement vieille ? Moi, je dis que la maladie, la vraie maladie, c’est pour les jeunes, nous, on est seulement vieux. Moi, je crois que mon N n’est pas une vraie maladie, même si pour les autres plus jeunes c’est une vraie maladie, une saloperie de maladie, mais que ça se déglingue parce que je suis vieille. Vous comprenez ? Vous êtes d’accord ?
– oui Madame, je vous comprends et je suis profondément d’accord.
– monsieur, vous avez dit que les Chinois mangeaient beaucoup de riz
– les Chinois du Sud, mais les Chinois du Nord mangent surtout du blé et quand même du riz
– oui c’est ça, les Chinois du Sud mangent beaucoup de riz, du riz tous les jours. Alors, ils sont constipés ?
– … heu, je ne sais pas, je ne crois pas, je ne crois pas qu’ils soient particulièrement constipés, enfin ils ne m’ont rien dit à ce sujet.
– mais vous avez examiné leur caca
– … non Madame, je n’ai pas examiné
– moi je crois qu’ils sont constipés, mais comme ils mangent tous du riz alors ils sont tous constipés et ils ne le savent pas. Constipés pour eux c’est comme ne pas être constipés pour nous.
– sincèrement Madame, je ne sais pas.
– si ! Ça doit être ça. Si tout le monde et constipé alors personne n’est constipé puisque tous le sont.
– ….
– vous avez dit dans votre conférence que vous ne donniez aucun conseil, aucun régime, que vous ne pensez pas que la nourriture chinoise soit une solution pour nous pour être en bonne santé.
– oui, c’est ce que je pense
– alors pourquoi cette conférence, pourquoi nous dire tout ça, si ça ne sert à rien. Pourquoi vous êtes venus nous parler ?
– parce que je pense que comprendre que si manger est universel mais que chaque culture mange à sa façon peut être bénéfique. Je crois que les êtres humains ne mangent pas des aliments ou des nutriments, mais de la cuisine. Je crois que la cuisine, la marmite ou la casserole si l’on veut, est comme une éprouvette avec un précipité issu du mélange de plusieurs éléments et que c’est ce précipité que nous mangeons. Et je crois que savoir un peu mieux ce que les autres mangent, peut nous rendre service, c’est-à-dire nous permettre de réfléchir. Vous savez, un sinologue, François Jullien a écrit que la Chine permettait de désenfouir les possibles. Autrement dit, en connaissant un peu mieux ce que peuvent manger les Chinois et ce qu’ils pensent de la nourriture, de la cuisine, mais aussi du corps, de la santé et de la maladie permet de « nous voir manger » en quelque sorte, de prendre un peu de distance, et surtout de comprendre que ce que nous pratiquons comme une évidence n’est qu’un choix parmi de très nombreux possibles.
– C’est vrai que c’est quand même intéressant de savoir que des milliards de gens ne mangent pas comme nous, mais qu’ils mangent quand même et que pour eux c’est bon
– Oui, j’ai toujours été fasciné par ce que l’on pouvait préparer de différent avec des produits somme toute assez semblables. Tout art culinaire culturel consiste à aménager l’offre alimentaire et à la transformer en une évidence. Il est difficile de se rendre compte que ce que nous mangeons d’évidence est en fait un choix construit au fil du temps. Les évidences naturelles ne sont que des évidences construites et partagées. Je crois que percevoir que nous sommes dans l’axe du choix, et pas de l’obligation est bénéfique. Et entrer en contact avec d’autres cultures, permet de comprendre cet axe du choix. Un grand anthropologue, Claude Lévi-Strauss, a écrit que la nourriture était bonne à manger mais aussi bonne à penser et je me permettrai d’ajouter bonne à parler. La nourriture, c’est aussi de l’imaginaire, de la parole. Bien souvent ce qu’on appelle la convivialité du repas est plus un partage de paroles qu’un partage de nourritures. Je parle de la nourriture la plus banale, la plus quotidienne. Un de mes amis chinois, un grand vieillard maintenant, m’a dit un jour que lorsqu’il était en camp de rééducation par le travail et que la nourriture se réduisait à moins que le strict minimum, il avait pris l’habitude avec ses compagnons d’évoquer en mangeant leur maigre et infecte pitance les plats qu’ils avaient mangés avant d’être en camp. Ils avaient adopté la technique suivante : quand ils mangeaient, l’un d’entre eux, à tour de rôle, parlait tout en mangeant alors que les autres mangeaient en silence et écoutaient. Un peu comme dans ces monastères où un moine lit un texte sacré pendant que les autres moines mangent. Il parlait de qu’il mangeait avant avec force détails sur l’élaboration du plat, ses composants, ses modes de cuisson, son odeur, sa chaleur. Bref, il faisait un descriptif minutieux d’un repas normal depuis sa confection jusqu’à la meilleure manière de le déguster. Ce vieil homme me disait que l’infecte nourriture du camp prenait un goût différent au fur et à mesure des paroles du conteur. Elle gagnait en saveurs et ils se sentaient un peu plus rassasiés, juste un peu plus. Monsieur Li (il s’appelait Li) disait aussi qu’il y avait de meilleurs conteurs que d’autres, des camarades qui « cuisinaient mieux les paroles ». Avec ceux-là, ils goûtaient mieux ce repas de paroles et se sentaient encore un peu plus rassasiés. Parfois, un des conteurs ajoutait un peu d’alcool à sa description, du bon maotai, un alcool chinois, et les convives ressentaient la bonne brûlure de l’alcool dans leur gorge, ils devenaient un peu plus gais. Voilà, c’est pourquoi, à mon sens, confronter sa cuisine à celle des autres, se confronter à l’imaginaire culinaire des autres, ne pas être dupe des évidences, de ce que nous pensons être évident, me semble bénéfique.
– vous avez dit qu’il y a plus manières de ne plus avoir faim à un moment du repas, vous avez dit satiété, je crois, et vous avez dit aussi que nos problèmes de prise de poids viennent en partie de cela. Je ne comprends pas bien.
– Oui, ce n’est juste qu’une hypothèse, un de mes délires personnels. Il me semble qu’il y a deux sortes de satiétés : une satiété que j’appelle organique : à un moment du repas, le corps dit stop. Cela vient d’ailleurs assez vite comme si le corps avait une autre mémoire que celle de l’abondance actuelle. Et puis, il y a ce que j’appelle, faute de mieux pour l’instant, la satiété sociale, culturelle, la satiété de mode. Et celle-là est plus vaste que la satiété organique, du moins dans nos sociétés et pour ceux qui y mangent à leur faim sans problèmes. Normalement, c’est la satiété organique qu’il faudrait écouter. Quand le corps dit stop, alors il faut arrêter de manger. Mais ce n’est pas ce que nous faisons en ligne générale. Nous avons les yeux plus grands que le ventre, mais le malheur, c’est que nous contraignons notre ventre à obéir à nos yeux. Ce qui nous coule et nous fait grossir, c’est de ne pas écouter le corps ; de ne plus entendre le message du corps. D’ailleurs, ce ne serait pas simple à réaliser car nous ne savons plus écouter les messages du corps. Nous savons juste que nous sommes un peu barbouillés. Mais c’est … après ! Il faudrait réapprendre à écouter le corps. Il est très bavard le corps. Mais nous sommes devenus sourds.
– mais quand c’est la fête et qu’on mange trop … On pourrait faire la fête sans trop manger, mais on mange toujours beaucoup et trop n’est-ce pas ? Même en Chine, ils mangent beaucoup quand ils font la fête. Vous l’avez dit. Alors le corps, il dit quoi. C’est bien ce que vous appelez la satiété sociale.
– oh oui ! Et c’est partout comme ça. La fête, c’est manger beaucoup. Mais il ne faut pas oublier que pendant des millénaires et des millénaires, c’est parce qu’on avait beaucoup à manger que l’on faisait la fête. Et pas le contraire. Pendant les neuf dixièmes et plus de l’histoire de l’homme, l’abondance de nourriture était exceptionnelle : une bonne chasse, une bonne pêche, quelques jours propices dans une saison où les végétaux étaient abondants et succulents. Alors oui, c’était jour de fête et l’on se remplissait à ras bord. Mais c’était rare, très rare. L’homme a toujours eu faim. Je me demande même s’il n’est pas fait pour avoir faim la plupart du temps. Alors peut-être qu’il nous en reste quelque chose. Et ce serait la liaison entre abondance alimentaire et fête, sauf que maintenant, du moins chez nous et pas pour tous, nous avons inversé et que c’est la fête qui génère le grand repas et pas le grand repas qui génère la fête. Regardez, tout ce qui passe par cette liaison entre alimentation et fête ; alimentation et sacré. Toutes les offrandes aux dieux de l’Antiquité furent alimentaires pour leur plus grande majorité. Quand on ne vit pas dans l’abondance, il est bon d’honorer la divinité avec de grasses nourritures … que l’on mange rarement. Aux dieux, les prémices des récoltes, les libations jetées au sol. Tout ce gâchis sacré est probablement apotropaïque, c’est-à-dire fait pour conjurer le mauvais sort, conjurer le manque de nourriture. On peut se demander si les fêtes de fin d’année, les fêtes où l’hiver est en plénitude et la nourriture rare (enfin plus maintenant et plus pour nous), certes ce que mangeaient nos ancêtres peut nous sembler frugal : un bol bien chaud de notre futur boudin blanc était rare et permettait de faire un peu bombance. Oui, c’est ça, la suprême liberté, c’est le gâchis sacré et nous, nous sommes passés du gâchis sacré au gâchis profane. Fut une époque logée au fin fond de notre mémoire, où le gâchis était quelque part sacré et apotropaïque.
– L’ancêtre du boudin blanc ?
– Oui, il semble que, depuis le Moyen-Age, les paysans de certaines provinces mangeaient, en guise de réveillon, de retour de la messe de minuit, une bouillie épaissie de lait, très épicée, dans laquelle, quand on en avait les moyens, on intégrait un peu de hachis de blanc de poulet. Ce n’est qu’au XVIIe siècle qu’on a pris l’habitude de glisser cette bouillie dans un boyau.
– Ah bon, je comprends. Vous avez dit que les Chinois font un grand repas avec des plats traditionnels pour leur Nouvel An. Vous pouvez dire ce qu’ils mangent.
– heu oui. Le repas du réveillon du Nouvel An qu’on appelle Chun Jie (春节) réunit exclusivement la famille. Il commence tard dans la soirée et se termine à l’aube du premier jour de l’année. Le menu traditionnel se compose de plats chargés de symboles : des viandes séchées et salées, car au temps jadis les viandes séchées étaient un mode de paiement ; des plats frits à huile, symbole de chance et de prospérité ; des aliments de forme ronde, symboles d’union familiale, de réunion ; des vermicelles translucides, symboles de fortune et des nouilles, symboles de longévité Si la composition du menu est au gré des familles, trois plats sont obligatoirement présents : les jiaozi (饺子), un poisson, et les niangao (年糕).
Les jiaozi sont des sortes de ravioli, en forme de demi-lune. Légèrement bombé, le jiaozi évoque l’antique yuanbao (元宝), un lingot d’argent de cinquante onces. Manger des jiaozi juste au moment où l’on quitte l’année offre une chance d’entrer dans la richesse et dans la fortune. Particulièrement ceux qu’on mange après minuit, zisui (子岁) qui s’appellent sui jiaozi (岁饺子), le jiaozi qui a un an de plus. Outre les jiaozi traditionnels, farcis à la viande, il existe plusieurs autres sortes de jiaozi qui portent des présages différents en fonction de leur composition : les jiaozi sucrés promettent année douce, les jiaozi farcis d’arachides appellent la bonne santé et une longue vie. Enfin, on glisse dans certains jiaozi une pièce de monnaie. Celui qui tombe sur ce jiaozi aura une année pleine de chance.
Le poisson quant à lui, est symbole de richesse, d’abondance : poisson se dit en chinois yu (鱼) et l’abondance, la richesse se dit aussi yu mais écrit avec un autre caractère (裕). Par homophonie, le poisson est devenu promesse de richesse.
Le niangao (年糕) est une sucrerie cuite à la vapeur, originaire du sud de la Chine, mais maintenant pratiquée dans toute la Chine. C’est un mélange de riz glutineux, de sucre, de saindoux et d’eau, souvent farci d’une pâte de haricot rouge, qui est censé porter bonheur. Après le réveillon, il y a le premier jour de la nouvelle année. Ce premier jour de l’année est traditionnellement un jour exclusivement végétarien, car il marque un nouveau départ et le corps doit être purifié. On sert, par exemple, des champignons, des pousses de bambou, des grains de lotus…
Maintenant, les choses changent, en Chine comme chez nous, et la tradition culinaire de Nouvel an évolue…
On me fait signe qu’il faut maintenant conclure. S’il n’y a pas d’autres questions, nous allons terminer ce débat. Je vous remercie de votre présence ce soir.

En fait de débat et de questions, seule la vieille dame a parlé. Les autres auditeurs sont restés muets, comme fascinés. Alors que j’étais en train de ranger mes papiers, le vieille dame s’est approchée et m’a demandé très sérieusement si je ne pouvais pas lui écrire un livre rien que pour elle, en un seul exemplaire, un petit livre où j’expliquerai tout ça de manière simple et où je mettrai quelques recettes. Il faudrait qu’il soit « tapé gros » car elle voit moins bien qu’avant. Je suis resté sans voix. Et puis je lui ai dit que je ne suis pas sûr d’avoir le temps… Elle a dit « tant pis » et elle est partie. Je ne connais toujours pas son nom. Je l’ai demandé à l’association qui m’a invité et comme elle semble très célèbre, on me l’a donné avec son adresse. Je regrette ma réponse trop rapide et je me dis qu’un jour je lui écrirai « son livre ».

le docteur Liu (troisième partie)

« Maintenant, keuuu, keuuu, keuuu. Cette vibration thérapeutique est pour le cœur. Le cœur (assez long silence), Quel cœur ? J’ai l’impression que, vous les Occidentaux (西方人 xi fang ren), vous ne comprenez pas très bien ce que nous affectons au cœur.
Pour nous, comme pour vous, le cœur, c’est d’abord le maître du sang, c’est grâce à lui que le sang circule et nourrit tous les organes et toutes les entrailles. Il est aussi, plus ou moins, le maître du Qi. Mais, pour nous, il est bien plus que cela. Et il y a beaucoup de malentendus. Parfois, je pense que vous nous rendez plus étranges, plus lointains de vous que nous le sommes. C’est vrai que notre médecine est différente de la vôtre, mais ce n’est pas le plus important car ce qui est réellement différent, c’est la manière de concevoir le vivant. Je suis d’accord avec ce que vous disiez tout à l’heure : la médecine est aussi une manifestation de la pensée d’une civilisation ; elle n’est pas autonome et se développe dans un contexte culturel. Tout cela je suis d’accord avec vous. La médecine chinoise pense à la chinoise. La médecine occidentale pense à l’occidentale. Quand on adopte une médecine, il faut adopter la pensée d’une société, d’une culture pour qu’elle soit efficace. Je vous rejoins et je dirai qu’il faut avoir ou se construire un corps chinois pour se faire traiter par la médecine chinoise et que cela soit efficace. La même chose pour nous, il faut avoir ou se construire un corps européen pour se faire soigner par votre médecine et que cela soit efficace. Alors le cœur ? Il y a un ou deux ans, je ne me souviens plus, j’ai eu une conversation avec un médecin anglais venu en Chine pour visiter des hôpitaux. A propos du cœur justement. Il me disait que si nous pensions que le cœur était le logis de la pensée, c’est que la médecine chinoise n’avait pas de bonnes connaissances en anatomie (解剖学 jie pou xue, mot à mot : dissection (解剖) savoir, apprendre, 学) et en physiologie (生理学 sheng li xue, mot à mot : vie, existence, 生 et raison, texture, mettre en ordre). Bien sûr c’est faux. Enfin, ce n’est pas tout à fait faux car nous avons une autre perception du corps et des organes que vous. Ce qui m’a intéressé, c’est qu’il préférait croire à une ignorance plutôt qu’à une différence d’approche. Bien sûr que nous savions que le cerveau était au centre de la pensée, de la conscience. Peut-être pas aussi exactement que vous, mais quand même ! Mais nous avons pensé aussi que le cerveau est sous la dépendance totale du sang qui le nourrit et qu’un cerveau qui n’est plus nourri par le sang ne pense plus. Il est mort. Alors, comme toujours, la médecine chinoise se place en amont (上游 shang you) de ce qui se manifeste. Si nous disons que le cœur est le logis de la pensée, et aussi d’autres choses, c’est que le cœur est le maître du sang et qu’un cœur qui ne gouverne plus le sang affame le cerveau et le tue et donc que le cerveau mort ne peut plus penser ou faire tout ce qu’il a à faire. C’est pour cela que le cœur est le logis de la pensée. Vous comprenez ce que je dis ? »

« Donc le cœur est le logis de la pensée, mais pas seulement. Il est aussi en relation de travail avec le Shen (神). Ah le Shen. Là aussi, j’ai entendu des choses étranges. Vous le traduisez par « esprit » (le docteur Liu emploie le terme anglais spirit) et nos dictionnaires modernes vous suivent. Cela me semble une erreur. Plus exactement, une manière de dire les choses à votre manière, de les rapporter à vous, à votre civilisation. Je ne sais pas ce que vous entendez vraiment pas esprit, mais j’ai l’impression que c’est quelque chose qui est lié a votre notion de Dieu. Je crois que les choses sont beaucoup plus simples. Shen est ce qui nous permet d’être ce que nous sommes. Il nous rend particulier. Les dix mille êtres sont faits des mêmes éléments, obéissent aux mêmes lois. Entre un chou et moi, il n’y a pas de différences d’éléments constitutifs, c’est pareil. Entre un lapin et moi, il n’y a pas de différences d’éléments constitutifs, c’est pareil. Entre un rocher et moi, il n’y a pas de différences d’éléments constitutifs, c’est pareil. C’est ce que montre le début du Rêve dans le pavillon rouge (紅樓夢, Hong lou meng, un des sommets de la littérature chinoise classique, écrit par Cao Xue Qin -1723-1763-) au début et tout au long. Si les deux moines peuvent dialoguer avec le rocher, c’est parce qu’ils sont de la même essence, faits avec les même choses ; qu’ils ont le même Jing. D’ailleurs, ils dialoguent sans parler. C’est évident. Ils ne parlent pas, ils communiquent dans le silence du Jing, du Qi. Seulement, je ne suis pas un légume et je ne suis pas un lapin. Je suis un humain. Un humain ? Une configuration particulière des mêmes éléments de vie. Et bien Shen organise tout pour que, avec les mêmes éléments, les minuscules éléments qui font le vivant, il y ait des lapins, des choux, des humains, des montagnes, du ciel et de la terre. Mais il fait encore mieux. Puisqu’il organise tout, qu’il configure tout, et que tout est pareil, alors Shen permet de mettre les choses du monde en communication et fait que les transformations permanentes et éphémères qui font la vie soient adaptées à l’environnement (c’est moi qui use de ce terme, le docteur Liu utilise 环境 huan jing ; 环 signifiant cercle, anneau, chaînon, maillon et, en tant que verbe, entourer ; 境 signifiant territoire, position, situation et frontière). Vous voyez, c’est important le Shen. Alors, évidemment, il est en relation de travail avec le cœur, maître du sang. Mais le Shen est latent (潜在 Qian zai, latent, potentiel) et nous ne percevons que ses manifestations (明显 ming xian), ses manifestations avec le foie, les reins, le poumon, la rate et même le cœur. Alors quand le cœur, les reins, le foie sont perturbés, le Shen n’a plus de repères (基点 ji dian); il fait n’importe quoi, il n’est plus capable d’organiser. Et l’humain aussi fait n’importe quoi ; il ne peut plus gérer son comportement et ses actions ; il peut même se prendre pour une salade ! Vous comprenez ? »

« (La vibration) « keuuu » permet d’améliorer le cœur, le Shen. Elle améliore mais ne guérit pas. Celui qui est atteint de troubles du cœur, ou du Shen, ou des deux, et bien, il est atteint. Il va falloir qu’il vive comme ça : atteint. Ce sera sa nouvelle manière de vivre et aussi sa manière de mourir. Ce que vous appelez « dépression » (le docteur Liu use encore ici du terme anglais), ce n’est bien souvent que çà ; bien souvent, c’est aussi la perturbation de la manifestation-foie du Shen. Plus de plaisir, plus de désir, plus de notions du futur et d’autres choses encore selon le tempérament (气质 Qi zhi). Et puis surtout une sorte de paralysie des émotions. C’est grave ; la paralysie des émotions. On ne peut plus communiquer avec les autres et on ne peut plus non plus communiquer avec soi-même. »

« Donc « keuuu », ça aide. Quand on en sent le besoin, et aussi au jour le jour. Je vous le dis encore, ça aide mais ça ne guérit pas. Je vous répète toujours ça parce que les Occidentaux, les médecins occidentaux, ils veulent toujours guérir ; les malades aussi veulent toujours guérir. Mais, il faut apprendre à vivre avec ce qu’on est. Et s’aider quand on peut. »

« Après être entré en sérénité, il faut d’abord laisser descendre les mains le long du corps. Alors les mains, quand on est totalement en sérénité montent de chaque côté du corps au dessus de la tête et se joignent comme les Bouddhistes font pour saluer. Quand la vibration « keuuu » est vraiment désirée, c’est-à-dire que l’on en ressent la nécessité pareille à la nécessite de manger ; quand on a faim de « keuuu », on peut voir naître dans sa tête une fleur de lotus. Un lotus rouge ou un lotus blanc. Un lotus rouge quand le sang tourbillonne a grande vitesse et un lotus blanc quand il coule trop paresseusement. C’est une bonne indication, mais ce n’est pas toujours comme cela. De toutes les façons, il ne faut rien provoquer … (très long silence). Je me demande maintenant, si c’est bien le lotus qui vous verrez. Le lotus, pour nous, c’est très fort vous savez, c’est la vie qui se déploie à partir de la fange, de la boue, de la vase (污泥 wu ni). Pour les Bouddhistes, c’est la pureté. Pour moi, c’est simplement la vie qui naît de la fange et qui se développe éphémère – c’est éphémère une fleur de lotus –. Nous naissons dans le caca et nous mourrons dans le caca et entre les deux, nous vivons ; jamais loin du caca. Mais vous, vous n’avez pas de lotus et alors le lotus ne naît pas dans votre tête. C’est une question de civilisation (文明 wen ming). Alors, je pense qu’il ne faut pas forcer. Il ne faut pas tout faire pour « voir » une fleur de lotus. Ce serait un leurre. Vous avez certainement une fleur qui veut dire lotus dans votre civilisation. C’est elle qui va naître dans vos yeux. Laisser faire, ne jamais forcer. Pratiquer les vibrations thérapeutiques, ce n’est pas devenir chinois, copier les Chinois. Pour moi, les vibrations thérapeutiques sont efficaces pour tous les humains, mais chacun doit manger dans sa marmite. Il faut suivre les règles de tous les vivants, mais il faut manger dans sa marmite. Alors certainement, c’est une autre fleur qui apparaîtra dans vos yeux, votre fleur, ou peut-être autre chose qu’une fleur et qui voudra dire la même chose. Il faut laisser faire. Ce que c’est n’est pas important. Ce qui est important, c’est que ça naisse de soi-même, sans aucun effort. Bon, mais nous les Chinois, ce sont des lotus. »

« La jonction de mains et du poignet se pose sur百会 baihui, les mains s’ouvrent en fleur de lotus, les majeurs viennent se poser avec la douceur et la légèreté d’un papillon, doucement, tout doucement sur bai hui. Installer un rythme de trois : ouverture, fermeture, majeurs sur bai hui et les mains viennent se poser devant 膻中 shan zhong (VC17, point héraut du maître du cœur ; à mi-distance des deux mamelons) ; les mains s’élèvent un peu et la fleur de lotus s’ouvre. C’est à ce moment qu’il faut éjecter la vibration. Il est bon de recommencer sept fois le mouvement »

« Maintenant, il faut conclure la vibration, lui donner son amplitude. : Les mains jointes devant la poitrine, à un cun (environ 3.5 cm) de la peau, un instant seulement et les mains toujours jointes vont vers la gauche, le genou gauche fléchit en même temps. Juste un peu. Et la jambe droite bien tendue. Le regard va à l’opposé de la main (c’est-à-dire à droite) ; dans un mouvement à la fois très doux et bien rythmé, les mains jointes vont vers la droite, la jambe droite fléchie, la jambe gauche tendue. Trois fois à gauche, trois fois à droite. Laisser le corps prendre son amplitude et son rythme ; laisser le corps onduler. Et les mains se joignent dans la position bouddhiste de la salutation juste an niveau du cœur, les mains jointes basculent avec harmonie, avec grâce (嫣然 yan ran) et les doigts pointent vers l’Externe et elles effectuent, toujours jointes, un arc de cercle pour venir dans la position de méditation, juste en face du 丹田 dan tian »

« Maintenant, il est tard, mais si vous n’êtes pas fatigué, on peut continuer et aborder la vibration « houuu » qui aide la rate. C’est la vibration de la Terre. En aidant la rate, la vibration aide à dissiper l’inquiétude. L’inquiétude des gens dont la faiblesse est d’être inquiets, toujours inquiets, mais aussi l’inquiétude qui a une cause dans l’Interne ou dans l’Externe. Après la mise en sérénité, on est debout, les pieds se joignent, les mains prennent la position de méditation bouddhique devant le 丹田 dan tian. Le travail de la méditation du Vide se fait et alors, à un moment, les mains descendent le long du corps puis remontent de chaque côté du corps et viennent se joindre au-dessus de la tête. Les pointes de pieds s’ouvrent d’elles-mêmes, les bras s’abaissent pour s’arrêter à l’épaule. Les poignets tournent harmonieusement, lentement, avec grâce. Vous connaissez les danseuses royales du Cambodge (柬埔寨 Jian pu zhai). Et bien, il faut que les poignets tournent avec autant de grâce qu’elles le font. Les poignets tournent gracieusement pour que les doigts pointent vers la Terre. Le thorax se penche vers l’avant sans que les jambes fléchissent. Alors, vous ramassez le Qi de la Terre avec les bras dans un mouvement de réunion d’une gerbe. En se redressant, les majeurs se posent comme des papillons sur le 中脘 zhong wan (VC 12, point héraut de l’estomac à mi-distance du nombril et du plexus). Puis les mains se joignent avec les poignets en contact sur le point 中脘 zhong wan. Le Qi de la Terre pénètre dans la rate et l’estomac et la couleur jaune de la Terre apparaît dans l’Interne. Le thorax effectue cinq rotations de droite à gauche, puis cinq rotations dans l’autre sens. Répéter trois fois ce mouvement en descendant lentement de plus en plus bas. Les jambes ne fléchissent pas. Les talons restent joints, les pointes de pieds restent bien écartées. Les mains se joignent maintenant au dessus de la tête et le corps s’étire comme au réveil avec une inspiration où le ventre rentre (respiration yin, 深呼吸 shen hu xi, respiration profonde, ventrale), Les talons se soulèvent comme s’ils voulaient que le corps décolle. A l’expiration, les talons et les mains se baissent avec douceur. Éjecter la vibration « houuu ». Poser les mains sur le point 中脘 zhong wan, main gauche sur main droite. Inspirer puis expirer en éjectant de nouveau la vibration « houuu » et en secouant les genoux comme s’ils étaient des claquettes (呱嗒板儿 gua da ban er, claquette en bambou utilisée dans l’opéra) »

Silence. Le docteur dit qu’il se sent un peu fatigué et que nous allons nous reposer un peu pour parler après de la vibration « chiii » qui concerne le « Trois Foyers » (三 焦 san jiao) et que c’est un peu compliqué.

Nous faisons silence. Puis le docteur Liu appelle le serveur et commande des « nouilles par-dessus le pont avec du vert » (nouilles en bouillon avec le vert des oignons de printemps). Deux bols fumant arrivent. Nous mangeons en silence. A un moment donné, le docteur Liu me regarde et dit : « vingt minutes, les nouilles par-dessus le pont, c’est vingt minutes pour les manger ; je vous dis vingt minutes parce que, vous les Occidentaux, sans montre, vous ne savez pas faire avec le temps du corps. C’est comme si vous ne saviez pas sentir la palpitation de l’Interne du corps. Il vous faut un temps externe. Alors ça fait vingt minutes. ». Quand nous avons terminé nos nouilles, le docteur Liu est en sueur, le visage détendu, les yeux malicieux : « vous ne pouvez pas savoir ce que c’est bon de manger comme on a envie et ce qu’on veut. C’est bon et, à chaque fois, j’ai l’impression de leur jouer un bon tour ».

« Maintenant c’est la vibration « chiii ». Elle concerne le 三 焦 San Jiao (Trois Foyers). Le San Jiao, c’est comme le cœur, le rein, nous ne nous comprenons pas très bien. Pourtant c’est très simple. Il y a trois cadres de régulation : le Foyer supérieur, le Foyer médian, le Foyer inférieur. Dedans, vivent des viscères différents qui ont chacune des personnalités et des lois différentes. Si on les laissait agir à leur guise, cela romprait l’harmonie de la vie. Le San Jiao règle l’harmonie entre les incompatibilités. (Silence). C’est un peu comme aux Etats-Unis. Il y a des Etats qui ont leurs lois, leurs mentalités, leurs coutumes et il y a la fédération qui harmonise tout. Il y a des lois pour chaque Etat et des lois fédérales qui font que tout le monde peut vivre ensemble. Sinon, vous le savez, c’est la guerre civile. Et bien le San Jiao, c’est l’Etat fédéral et les viscères, les organes et les entrailles, ce sont les Etats. Ils sont libres, mais ils doivent vivre ensemble et se soutenir, collaborer pour que la vie se maintienne et c’est par le San Jiao que c’est possible. Bien sûr les lois fédérales sont un peu contraignantes et les Etats se sentent parfois trop contraints. C’est la même chose pour les viscères. La régulation par le San Jiao est un peu contraignante, parfois, les viscères se rebellent un peu ou beaucoup ; voulant vivre selon leurs lois, leurs coutumes et si le San Jiao cède, c’est très grave ; des maladies graves se manifestent. Le San Jiao régule et doit réguler. Chaque étage est un cadre de régulation adapté qui harmonise et les trois cadres s’harmonisent entre eux. Vous voyez, c’est simple. La vibration « chiii » vient en aide au sanjiao pour l’empêcher de faiblir de trop. Elle le tonifie.

« Le plus important pour la vie, c’est de digérer, d’assimiler et d’éliminer le boire et le manger (饮食 yin shi). Sinon, le Jing acquis s’étiole. Manger, digérer, assimiler, éliminer, c’est une affaire de chaleur. Alors, un des rôles principaux du San Jiao, c’est la régulation thermique. Un peu, un peu seulement comme la thyroïde dans votre médecine (le docteur Liu use d’abord du terme anglais, puis du chinois 甲状腺 jia zhuang xian). Et la vibration « chiii » aide à réguler le San Jiao. »

« Alors voilà, après être entré en sérénité, les mains se posent sur le dan tian inférieur (sous le nombril), la main gauche vient sur la main droite. Lentement, il faut quitter la sérénité pour se concentrer sur le travail du Vide. Quand le travail du Vide est achevé, le pied gauche s’écarte, le genou gauche fléchit, la jambe droite reste tendue. La main gauche monte au dessus de la tête, paume vers le ciel, et la main droite s’abaisse devant le corps, paume vers la terre. La tête se tourne vers la droite. Il y a une déchirure dans le tissu (料子 liao zi, étoffe, tissu) du Qi, l’humain écarte en force le Ciel de la Terre. Alors toute le Qi du Ciel et le Qi de la Terre tentent de se réunir pour réformer le tissu et, du coup, l’humain se remplit de ce Qi qui fait effort pour redevenir un. C’est ça la tonification. »

« Bientôt tout le poids du corps pèse sur la jambe droite, c’est lourd et le genou droit fléchit, la jambe gauche se tend. Après un moment, la main droite monte au dessus de la tête, paume vers le ciel, et la main gauche s’abaisse devant le corps, paume vers la terre. La tête se tourne à gauche. Il y a une déchirure dans le tissu du Qi, l’humain écarte le Ciel de la Terre. Alors tout le Qi du Ciel et le Qi de la Terre tentent de se réunir pour réformer le tissu et, du coup, l’humain se remplit de ce Qi qui fait effort pour redevenir un. C’est ça la tonification. »

« Le corps est rempli du Qi qui tente de se réunifier, les pieds se rassemblent, les mains se posent sur le dan tian inférieur, elles y restent un certain temps. Comme ça, le Qi du monde se conjugue avec le Qi interne du corps, au centre tourbillonnant du Qi interne (le dan tian inférieur). Alors les mains viennent se poser sur le Foyer supérieur (au niveau du thorax) et effectuent un cercle pour remplir de Qi le cœur et les poumons. Puis les mains vont se poser sur le Foyer médian (au niveau de l’estomac) et effectuent un cercle pour nourrir de Qi la rate, l’estomac et le foie. Les mains retournent au foyer inférieur (au niveau du bas-ventre) pour faire un dernier cercle afin de nourrir de Qi reins et vessie. Vous vous sentez alors libre tout en restant concentré sur le travail du Vide. Tout cela se fait avec douceur, les mains se posent comme un papillon sur une fleur. Cela prend le temps qu’il faut. C’est variable pour chacun. Et puis les mains viennent se poser sur le dan tian inférieur, alors, on inspire à fond, jusqu’à ce que cela fasse un peu mal et on expire à fond lentement tout en éjectant la vibration « chiii ». Pendant que « chiii » sort du corps par la bouche, vous vous mettez à sourire sans le vouloir. C’est bien. Les yeux sont fermés sans le vouloir. C’est bien. Vous vous balancez de droite à gauche sans le vouloir. C’est bien. L’espace d’un instant il n’y a plus de frontières entre le Ciel, la Terre, l’Humain. Ce qui est déréglé dans le San Jiao, ce qui est faible dans le San Jiao se régulent. Tout rentre dans l’ordre de la vie. La loi fédérale a repris de la force et de la détermination. Les viscères se plient à la loi fédérale »

« Voilà, c’est tout. Ah si, j’ai oublié, quand vous éjectez les vibrations thérapeutiques, le son se met à la hauteur qu’il veut. Il faut le laisser faire. Ce n’est pas à vous de commander, car cela a un sens : un son grave tonifie, un son moyen harmonise, un son aigu nettoie. Et puis encore, certains maîtres peuvent voir le trajet des méridiens concernés, cela renforce évidemment l’effet de la vibration, mais, pour cela il faut une très longue expérience, il faut être un maître et savoir gérer le 意 Yi. Pour comprendre le Yi, il ne faut pas tomber dans la religion, la croyance ou dans quelque chose dont la signification serait cachée. Là aussi, c’est simple. Le Yi est complexe. Il a plusieurs fonctions en même temps. En même temps, pas l’une après l’autre. D’abord, c’est un processus (进程 jin cheng), le processus par lequel les vivants prennent des informations sur leur environnement interne et externe, le Yi est la mer des possibilités qui commandent le comportement humain en harmonie avec le bon fonctionnement des entrailles et des organes ; et il commande dans le but de réguler harmonieusement. Toujours réguler (乂 ai). Toujours l’harmonie. Quand nous naissons, beaucoup de choses possibles sont en nous qui viennent de nos parents et des lignées des ancêtres, ce que vous appelez hérédité (en anglais). Et bien le Yi c’est le code (密码 mi ma, code secret) de ces germes (芽 ya, germe, bourgeons) qui sont en nous, mais pas sous forme de viscères, mais comme des schèmes (外形 wai xing) qui permettront peut-être que ces germes se réalisent. C’est comme un code. Et bien quand un maître maitrise son Yi, alors il peut voir le trajet des méridiens concernés. »
(…)
« Docteur, je voudrais vous poser une question. Tout à l’heure, vous avez employé le mot tissu pour parler de l’harmonie du Qi du Ciel et du QI de la Terre et d’une déchirure. Je ne suis pas sûr de bien comprendre »

« Aya ! C’est simple, vous savez comme se fait un tissage ? Ce sont des fils de chaîne et des fils de trame. Le Qi du Ciel est la trame et le Qi de la Terre est la chaîne du Qi universel interne et externe. C’est pour cela que j’emploie le terme tissu. »

Nous nous offrons un petit verre de 茅台 maotai de bonne facture avant de nous quitter. Il est très tard quand nous sortons de l’établissement. Je propose de raccompagner le docteur Liu chez lui. Il ne veut pas. Je n’insiste pas et je le regarde partir dans la nuit. Je suis rentré chez moi et j’ai passé le reste de la nuit et le jour suivant à écrire ce qu’il m’avait dit.

Je n’ai plus jamais vu le docteur Liu, je n’ai jamais su où il habitait, je ne connais pratiquement rien de lui sauf ce qu’il m’a dit pendant toutes ces heures. Je ne sais pas pourquoi, il m’a parlé ce jour-là.

Je me suis renseigné auprès de médecins à Pékin : beaucoup le connaissaient et le tenaient pour un grand maître, d’autres en avaient entendu parler, d’autres encore avaient un peu peur de me parler et me laissaient juste entendre que c’était un génie, un « Immortel » (仙 xian) qui avait beaucoup souffert dans sa vie et dont le savoir et la pensée étaient dangereux.

Le docteur Liu est certainement mort maintenant. Pour moi, c’est une ombre permanente à mes côtés quand j’essaie de comprendre quelque chose à la médecine chinoise. Il me remet les idées en place. Dans mon métier, comme dans ma vie, il y a eu un avant le docteur Liu et un après le docteur Liu.

Fin

le docteur Liu (deuxième partie)

« Maintenant, il y a (la vibration) zeeee. Vous entendez ? zeeee ! Faites comme moi : zeee, zeeee. Vous sentez les poumons vibrer, crisser ? Vous entendez ? Ça vibre zeeee , ça vibre, ça crisse (Je traduis ainsi l’onomatopée 唧唧 ji ji qui évoque le crissement, le grésillement). Ça vibre de manière un peu mouillée, un peu mouillée dans les poumons. zeeee vibre dans les poumons. C’est la modalité (le Mouvement, le dynamisme) Métal (金 jin, or, argent, Métal ; 金属 jin shu modalité Métal, catégorie Métal) »

« Il y a des gens dont la faiblesse est d’avoir du chagrin sans cause (忧you chagrin, souci, tristesse, mélancolie, 病因 bing yin cause d’une maladie, pathogénie). Ils sont toujours tristes même quand ils sont en pleine réussite. Il n’y a pas de cause, mais ils sont tristes (忧心 you xin tristesse, chagrin, inquiétude, affliction). C’est leur faiblesse à eux. Une faiblesse native qui peut rester cachée, latente quelques temps, pendant l’enfance, mais qui finit toujours par se manifester. On ne peut pas les guérir réellement, mais je crois qu’on peut les aider à vivre un peu moins tristes de temps en temps. Comme ça, ils font une pause dans le chagrin, juste une trouée de soleil dans un ciel noir de nuages. C’est une bonne pause. Pas de guérison, mais vivre de temps en temps un peu mieux pour reprendre des forces. Parce que la tristesse sans cause, c’est épuisant, la vie devient morne (惨淡 can dan), plate, comme si le temps qui reste avant de mourir n’avait plus de futur. »

« La vibration » zeeee peut aider. Si la tristesse et le chagrin ne sont pas trop profonds ; cela aide ceux chez qui la tristesse, la mélancolie, le chagrin sont uniformes et permanents mais pas trop profonds. Ça les rafraîchit comme une eau noire. »

« Il faut d’abord entrer en sérénité. Comme j’ai fait tout à l’heure. Entrer en sérénité est la base (础石 chu shi base de colonne). C’est le fondement (根据 gen ju). Même si l’on ne réussit que cela, c’est bien. On peut faire comme j’ai fait, et on peut faire autrement. On peut faire预备式 yu bei shi (预 yu d’avance, préalable, préalablement ; 备 bei se préparer, disposer de, avoir ; 式 shi, modèle, type, style, forme, cérémonie, rituel. On peut traduire la formule par rituel de préparation) pour rendre le corps banal, le rendre poreux au sein de l’allant-de-soi (自然 zi ran, 大自然 da zi ran) : c’est le moment de la liaison entre la Terre, l’Humain, le Ciel. Entrer en sérénité comme cela, c’est mettre du Vide dans le corps de l’humain et harmoniser ainsi les différents Qi. Après cela, les mouvements (动作 dong zuo) naissent et se développent comme le mouvement des marées (潮 chao, 潮汐 chao xi) »

« Debout, d’abord la tête droite, puis laisser doucement pencher la tête vers l’avant. Il faut la laisser faire, elle le fait d’elle-même. Il faut que les mouvements se fassent d’eux-mêmes, il ne faut pas les guider, ne rien commander. La mâchoire se décontracte, les épaules se relâchent, les bras pendent de chaque côté du corps, les mains sont souples et relâchées. Ce qui maintient vertical se relâche. Comme s’il n’y avait plus de colonne vertébrale. Juste un empilement (堆积 dui ji) : le thorax (膛 tang) posé sur le bassin (髋 kuan), la tête posée sur les épaules, les poumons posés sur le diaphragme ; et tout le reste pareil, le bassin posé sur les cuisses, les cuisses posées les mollets, les jambes posées sur les pieds. Tout du corps est empilé, seulement empilé. Le ventre se relâche. Rester comme ça jusqu’à ressentir complètement qu’on est juste empilé, fragile, très fragile, qu’à tout moment, tout peut partir comme un jeu de cubes (积木 ji mu) qui s’effondre. Les jambes s’écartent un peu. Elles fléchissent, mais un peu seulement. Elles s’arrêtent de fléchir quand le poids de l’empilement, des empilements du corps est entièrement, totalement sur les pieds et puis passent sous les pieds, dans la Terre. L’empilement corporel s’enfonce dans la Terre. C’est cela la sensation. Alors de petites vibrations, des fourmillements montent de la Terre dans les jambes. C’est le 阴气 Yin Qi, (le Qi de la Terre). Les jambes deviennent lourdes, lourdes, engourdies (pour dire l’engourdissement, le docteur Liu emploie 木 mu qui signifie bois, arbre, cercueil et engourdi, paralysé). Il faut accepter cet engourdissement. L’engourdissement, c’est le Yin Qi qui monte. Il faut l’accepter et rester comme ainsi, laisser la sérénité de la Terre pénétrer. »

« Vous allez le faire. Vous allez entrer en sérénité. »

Je le regarde, un peu surpris. Il sourit et dit : « il faut pratiquer pour comprendre vraiment, comprendre par le corps, sans l’outil de l’intelligence. Sans cela, ce sont des mots parmi les mots. »

Je me lève, m’écarte un peu de la table et je déroule lentement toute la séquence. A la fin, le docteur Liu sourit : « oui, oui, on voit que vous avez l’habitude. C’est bien. Mais ce n’est pas ça, ce n’est pas ça, ce n’est pas ça. Quand je vous regarde, j’ai l’impression que quelqu’un, en vous, commande, donne des ordres ; même l’empilement ne vient pas de lui-même ; il vient sur ordre. Vous construisez tout. Vous ressemblez à un général (将 jiang) qui commande à ses troupes Vous n’écoutez rien de l’Interne (du corps). Vous ne vous laissez pas aller, même l’empilement est sur commande. Alors la sérénité est aussi sur commande. Et ce n’est pas de la sérénité, c’est du calme. La sérénité, ce n’est pas du calme commandé. La sérénité, ce n’est pas du calme. Vous allez recommencer en laissant le corps agir tout seul. Vous vous contenterez d’initier (开始 kai shi) par l’intention. Et le reste viendra. Ecoutez ma voix. »

« Ecoutez ma voix, ne faites pas attention aux paroles ». Je reprends la posture. Le docteur Liu parle à voix basse, susurre ses indications sur une mélodie enrouée et monotone. Je suis ce qu’il me dit pendant un petit moment et puis je n’entends plus. C’est comme si je somnolais. Les mouvements vont de soi. Je me sens fragile, fragile et libre, sans plus aucune contrainte. Je suis euphorique. Brutalement, j’ai une violente nausée et un très fort vertige et je m’effondre à terre. Personne ne bouge dans la salle, personne ne rit. Le docteur Liu me dit qu’il faut continuer et qu’un jour, je ne tomberai plus.

« Quand la sérénité de l’arbre, la sérénité de la Terre est bien installée, qu’elle infuse, les bras s’abaissent sur le devant, et, à un moment, les mains montent au-dessus de la tête ; elles montent d’elles-mêmes, les paumes tournées vers le ciel. Il ne faut pas les commander. C’est leur mouvement naturel à ce moment-là. Le 阳气 Yang Qi abreuve le corps. Les mains sont emplies de Yang Qi. Alors les majeurs pointent au-dessus de la fontanelle (Il s’agit du point 百会 bai hui, DM 20. C’est le point de rencontre de tous les méridiens Yang. En dispersion, il calme et détend les tensions ; en tonification, il améliore la concentration et la mémoire. Pour faire entrer le Yang Qi dans le cerveau. C’est le moment d’ouvrir grand la porte (前门 Qian Men, porte d’entrée), les bras en palanche (c’est-à-dire à l’horizontal, très tendus), paumes vers le haut. Il faut réaliser la mise en phase avec l’allant-de-soi. Au moment de l’inspiration, les mains poussent de chaque côté (du corps), les paumes vers l’Externe, comme pour écarter deux murs qui se rapprocheraient. Avec force. Quand vient l’expiration les mains reviennent vers le corps, les coudes et les poignets se replient. Il faut refaire le mouvement plusieurs fois jusqu’à ressentir l’effacement de la frontière entre le corps et l’allant-de-soi. Au moins trois fois, mais c’est chacun comme il est. »

Inspiration. Les bras montent comme les battements des ailes d’un oiseau, les poignets « mous » accompagnent le battement en rythme. Le pied gauche se soulève doucement, les bras descendent. Le pied pilier (le pied d’appui) fléchit doucement. Alors pendant la flexion, il faut éjecter le son ‘haaa’, comme quand on boit du thé, un ‘haaa’ un peu gras, qui vibre bien dans le fond de la gorge, un ‘haaa’ de bien-être. Oui vraiment comme quand on boit une gorgée de thé ; Il faut refaire ce mouvement jusqu’à ressentir le Yin Qi (Qi de la Terre) passer par le lao gong (劳宫, MC8, au milieu de la paume, les doigts étant fléchis), infuser le corps. Faire la même chose de l’autre côté (pied gauche en appui). Les mains s’ouvrent à l’horizontal, paumes vers le ciel. Le buste s’en va vers l’arrière, juste un peu, puis revient vers l’avant, juste un peu, les jambes fléchissent, juste un peu. La couleur blanche envahit l’Interne. Le blanc infuse l’Interne. On se balance envahit par ce blanc que l’on voit très nettement dans l’Interne. Les vibrations du Yang Qi et du Yin Qi parcourent tout l’Interne, diffusent vers l’Externe. C’est comme pendant la naissance, quand les vibrations de la vie agitent le nouveau-né. Les mains se croisent devant la poitrine, le corps se redresse lentement et les mains font le bec de canard (pouce contre l’index et le majeur accolés). D’abord le bec de canard gauche se pose sous la clavicule droite (au point 中府 Zhong Fu) sur le méridien du Poumon, puis le bec de canard droit se pose sur la clavicule gauche, au point 中府 Zhong Fu, les coudes montent et la nécessité d’inspirer profondément s’impose. Les coudes se baissent et la nécessité d’expirer s’impose. C’est à ce moment, juste à ce moment qu’il faut éjecter la vibration zeeee. Ejecter dans la discrétion. En même temps, les coudes viennent au corps, au thorax. Les becs de canard tapotent pendant quelques instants les Zhong Fu (中府, P1, dans le premier espace intercostal, à une vingtaine de centimètres de la ligne médiane). Nouvelles vibrations de chaque côté. C’est fini. L’envie de tousser est souvent irrépressible. Alors il faut tousser, ne pas se retenir surtout, tousser avec la force qui s’impose. Après on refait le mouvement et on le refait encore jusqu’à ce qu’on ressente que le Yang Qi interne fusionne avec le Yang Qi externe. Cette fusion on la sent très bien : c’est un tourbillon de Vide qui efface les frontières. La peau n’est plus une frontière, plus rien ne fait barrière, l’humain que l’on est s’est fondu dans l’allant-de-soi. Il faut répéter jusqu’à ressentir clairement le Vide devenir dynamique. Du Vide dynamique. »

Le docteur Liu se tait, épuisé, tassé sur lui-même. Les clients de la maison de thé l’ont écouté en silence. Aucune conversation, même à voix basse. Aucun « bruit de thé ». Un client de forte corpulence appelle le serveur et commande un bol de nouilles au bouillon de légumes pour le docteur Liu. Le serveur lui apporte le bol et le client se lève, s’approche de nous, s’incline devant le docteur Liu, pose le bol fumant devant lui en disant « Maître ». Le docteur Liu mange ses nouilles lentement en s’essuyant de temps en temps le front. Son visage se détend et reprend des couleurs. Quand il a fini, il dit en souriant « une vraie perfusion (输液 shu ye). » Maintenant que le Maître a fini de manger, le serveur m’apporte le même bol de nouilles et me dit que c’est de la part du monsieur là-bas (celui qui a offert les nouilles au docteur Liu), Je me lève et m’incline vers lui, puis je mange à mon tour. Le docteur Liu attend que je termine mon bol de nouilles et reprend.

« Maintenant, c’est chuuiiii. La vibration chuuiiii. La vibration de l’eau. Chuuiiii. Chuuiiii c’est infuser le Qi de l’eau. Quand un enfant a eu peur, très peur, il faut lui faire faire pipi. Mais généralement la peur le bloque et il ne peut pas faire pipi. Alors quand on veut faire pipi à un enfant qui a eu peur ou qui a ressenti une émotion bien trop forte pour son âge, il faut murmurer près de lui, presque à son oreille chuuiiii, chuuiiii, chuuiiii. Près de lui, tout près de lui et doucement, tout doucement ; juste un filet d’eau sur des galets. Et ça marche ! L’enfant fait pipi et les conséquences de la peur, les conséquences de la trop forte émotion s’en vont. Tout se débloque en lui et se remet à circuler, l’Interne est de nouveau en harmonie. »

« C’est le 气 Qi de l’eau, de la vraie eau noire avec des reflets de jade sombre, l’eau des profondeurs ; pas l’eau de surface qui brille et qui est transparente en même temps. Cette eau-là, c’est pour les poètes et les amoureux. Moi, je vous parle de l’eau noire des profondeurs, lourde, visqueuse, remuée par des tourbillons sombres et lents. L’eau noire de la vie. Le même noir de la vie quand elle se replie plusieurs fois sur elle-même en hiver. » Je regarde le docteur Liu, pas certain de comprendre. « Oui, pendant l’hiver, la vie se replie plusieurs fois sur elle-même pour enfouir au plus profond son Qi, le Qi vital. La vie fait comme une pâte, une boule de pâte stratifiée, une boule de couches de pâte avec au centre la Qi de la vie. L’essence de la vie. Les humains n’hibernent pas, mais la vie en eux hiberne (冬眠 dong mian, elle palpite comme le cœur dans la poitrine. C’est une palpitation lourde, lente, sans écho. Et puis l’écho viendra et la vie se dépliera au printemps. Quand la vie est repliée plusieurs fois sur elle-même, il ne faut jamais tenter de la déplier et faire comme si la manifestation de la vie échappait aux saisons. Jamais. Il faut la laisser au creux de ses replis pendant l’hiver. L’eau de la vie. C’est la vie cette eau-là. Infuser l’eau de la vie dans l’Interne, c’est redonner de la force et de l’harmonie à un 精Jing qui s’étiole. Cette eau de la vie, elle va nourrir, abreuver (饮 yin), infuser (浸 jin) le 命门 Ming Men. Le Jing redevient tonique et harmonieux, la peur et l’angoisse s’en vont. Pas la peur de quelque chose, pas l’angoisse de quelque chose. Non l’ANGOISSE, la PEUR. » (Je ne trouve que cette mise en majuscules pour rendre compte de l’intensité de la voix du docteur Liu)

« Dans l’exercice de la vibration thérapeutique chuuiiii, après être entré en sérénité, les mains glissent devant le corps. Elles glissent sans frotter la peau. Elles descendent vers la Terre et alors le corps se penche en avant de lui-même en suivant la force des mains qui descendent, pour que les mains puissent suivre leur chemin le long de l’interne de la cuisse, le long de l’interne des mollets, le long de l’interne des pieds » Le docteur Liu s’interrompe et me regarde longuement en silence et finit par marmonner : « vous n’y arriverez pas », puis il reprend « alors imaginez quand les mains glissent sur l’interne des mollets que vos pieds remontent comme si vos jambes raccourcissaient et laissez vos mains descendre le long de l’interne de vos pieds que vous êtes en train d’imaginer. Tout cela du côté de l’Interne. »

« Puis, avec les mains en creux, recueillir l’eau imaginaire qui se trouve devant les pieds. Doucement, doucement, sans en verser. Doucement, avec des gestes lents, dans le bon rythme, je recueille l’eau, je recueille l’eau. Plusieurs fois. Avec les mains emplies d’eau, ruisselante d’eau, conduire les pouces de chaque côté des 涌泉 Yong Quan (départ du méridien du Rein). Alors, il faut laisser la méditation du Vide travailler (中空 Zhong Kong, Vide médian). S’accroupir en redressant la tête. Laisser travailler la méditation du Vide (le docteur Liu emploie ru ding qui désigne le mode méditation bouddhique). L’eau noire de la vie se met à couler sur le corps, de la tête aux pieds, l’eau noire de la vie se met à couler dans le corps, du haut vers le bas. Externe et Interne. Le Trouble (浑浊 hun zhuo) s’efface lentement, le Clair (清 Qing) envahit l’Interne (内 nei) et l’Externe (外部 wai bu). Toujours accroupi, le bassin monte, le cou se tourne et se tend d’un côté et de l’autre ; trois fois au moins dans un sens et trois fois au moins dans l’autre sens. Trois fois. Le corps se redresse tout doucement, la tête tire à droite et à gauche, les mains quittent Yong Quan et monte le long de l’interne des jambes. Le corps est de nouveau droit et les mains font des cercles pour prendre le Qi. Les mains viennent alors se poser sur les hanches, les pouces au 京门 Jing Men porte capitale (au bord inférieur de l’extrémité libre de la douzième côte) »

« Le pied gauche se lève et se tend devant, le cou-de-pied (跗 fu) est tendu, tendu. Alors, prononcer chuuiiii. Le pied tourne trois fois vers l’Externe et trois fois vers l’Interne. Le genou gauche revient et la hanche s’ouvre largement, le plus largement possible. Le pied gauche se tend (sur le côté) et la cheville (踝 huai) tourne trois fois vers l’Externe et trois fois vers l’Interne. Puis, les pieds se rassemblent et l’on fait la même chose avec la droite. Pendant tout ce mouvement, les yeux suivent ce qui se fait. Ils collent aux mouvements et plus ils collent au mouvement, plus la fraîcheur vient et cette fraîcheur, il faut la laisser infuser. Laisser infuser la fraîcheur dans l’Interne. »

« Maintenant, voici que les poings se tendent devant (le corps). Ils s’ouvrent. Les mains exécutent une danse circulaire. Les mains font la ronde et les poings viennent se fermer sur les hanches. »

« Brutalement, mais lentement, il faut prendre la position d’un cavalier, les pieds bien écartés, la pointe des pieds en oblique (à 45°). Lancer le poing gauche droit devant soi en éjectant chuuiiii. Faire revenir le poing gauche dans une ronde harmonieuse. Lancer le poing droit devant soi en éjectant chuuiiii. Le poing revient en faisant la ronde. Lancer le poing gauche à gauche. Les yeux le suivent avec précision. Dans le cours du mouvement, prononcer chuuiiii. Faire de même avec le poing droit. Trois fois ; il faut refaire la séquence trois fois. C’est important. »

« A ce moment, il faut faire une pose sereine le temps qu’il faut »

« Et puis, les mains viennent se poser sur la bas-ventre et massent quelques instants la vessie. Après, les mains se lèvent paume sur paume, les lao gong bien en contact. Pendant que les mains se lèvent, on sautille légèrement. Et quand on retombe sur le sol, on expire et on éjecte chuuiiii ? Juste après, il est bon de s’accroupir, légèrement en oblique pour se concentrer sur le Ming Men, puis de se concentrer sur le Qi des reins. »

« On se relève et on achève les mouvements en mettant les mains en position de méditation bouddhiste, un peu en-dessous du nombril. »

Le docteur Liu se tait quelques minutes puis commande du thé. Nous buvons quelques bols en silence et il reprend.

A suivre

le docteur Liu

Un matin dans un parc. Il est tout juste six heures. Je regarde un groupe de vieilles personnes faire leurs exercices matinaux. Je ne suis pas seul à les regarder. A côté moi, un vieil homme semble abîmé en contemplation, un léger sourire flottant sur ses lèvres. De petite taille, très mince, le cheveu blanc. Il porte ce costume bleu délavé que l’on ne voit pratiquement plus jamais aujourd’hui : le « costume Mao ». Nous restons côte à côte en silence. Au bout d’un long moment, il se tourne vers moi et se présente : docteur Liu. Je me présente aussi. Le silence retombe.

Quand le groupe de vieux (老 lao, vieux, en chinois, ne comporte aucun sens péjoratif, bien au contraire) se sépare, j’entame ma promenade habituelle dans le parc. Sans dire un mot, le docteur Liu m’emboîte le pas. J’allume la première cigarette du matin et je lui en propose une qu’il accepte. Nous marchons une demi-heure en silence. Quand les cigarettes sont terminées, le docteur Liu me demande de quel pays je suis et ce que je fais en Chine. Je lui explique mon travail. Il écoute, laisse passer un certain temps et commence à parler.

Le docteur Liu est né en 1905 à Pékin dans une famille de Lettrés-médecins plutôt partisans de la médecine occidentale qui commence à être connue en Chine. Comme il se doit, il fait des études de médecine. En août 1937, à l’entrée des troupes japonaises à Pékin, le jeune médecin rejoint Nankin et prend du service dans l’armée chinoise. A la chute de Nankin, il rejoint à travers bien des difficultés les forces communistes et c’est avec elles qu’il fait la guerre comme médecin. C’est dans la 4ème armée nouvelle, puis dans la 8ème armée de route (les deux armées communistes intégrées dans l’armée chinoise pendant la guerre contre le Japon) qu’il s’initie à la médecine chinoise qu’il pratique pendant toute la guerre contre les Japonais puis pendant la Guerre Civile. En 1950, il quitte l’armée pour exercer dans un petit hôpital campagnard dans le Shanxi. Il y travaille jusqu’en 1956, année où la campagne des Cent Fleurs le jette en camp pour dix ans avec l’étiquette de droitier. Libéré en 1966, il reprend son travail de médecin dans un dispensaire du Yunnan. La Révolution culturelle le malmène gravement et il est de nouveau envoyé en camp en 1969. Libéré en 1977 puis réhabilité, le docteur Liu dont les mains ont été massacrées par les Gardes rouges ne peut plus exercer. Il vivote en donnant des cours, des conseils et un peu de formation non officielle à de jeunes confrères. A partir de 1980, sa situation s’améliore et il acquiert une certaine notoriété dans des formations médicales parallèles. Son auditoire fidèle lui permet de mieux vivre. En 1995, on lui reconnaît le droit à une retraite de cadre du parti communiste. Le docteur Liu cesse ses enseignements pour devenir une sorte d’expert consultant en médecine chinoise auprès de médecins hospitaliers, de maîtres de Taijiquan et de Qigong, mais aussi de simples particuliers. Il est alors reconnu comme un Maître (师父 shi fu) et vit enfin dans un modeste confort.

Selon le docteur Liu, la maladie doit être considérée comme un état de vie : « la maladie, c’est simplement une manière de vivre, un état de vie ; la vraie maladie je veux dire, celle qui installe une faiblesse définitive dans le corps ; enfin non, celle qui rend visible une faiblesse du corps. Nous avons tous des faiblesses, nous naissons avec et, parfois, souvent, elles deviennent visibles. Elles se manifestent, mais elles étaient là avant sous forme de faiblesses cachées ou discrètes. Alors, il faut vivre avec, vivre simplement comme cela ».

Comme je lui demande ce qu’il en est alors de la médecine, des médicaments, des soins : « le vrai médecin, c’est celui qui accompagne avec des traitements la maladie. Un médecin qui se limite à vouloir guérir le malade prend la route de l’échec. Le médicament ne guérit pas réellement, il aide le corps à assumer sa faiblesse, à colmater les fissures. C’est çà l’acupuncture (针灸 zhen jiu) que vous aimez beaucoup chez vous : donner au corps de quoi s’harmoniser avec ses faiblesses. Et même si le malade se croit guéri et que le médecin le croit aussi, il y a les séquelles qui vous accompagnent toute la vie comme un acte dans un karma médical (le docteur Liu utilise le terme 因果 yin guo que je traduis par karma). Nous avons tous des faiblesses, nous naissons avec, avec le fait même de naître. Et ces faiblesses, il faut apprendre à vivre avec. C’est comme cela que l’on va à la fin de sa vie. Couci-couça (马马虎虎 ma ma hu hu). Oui, c’est cela, le bien vivre c’est vivre couci-couça.

Je lui dis que les textes médicaux (chinois) parlent bien de guérison. Il s’arrête, me regarde et à voix douce, en souriant, il me répond « les médecins, ce sont aussi des commerçants ». Un temps de silence et : « n’oubliez pas que nos grands textes médicaux s’adressent aux gens de la haute société, à la Cour, à l’Empereur. Et ces gens-là, ils veulent être des humains différents des humains. Ils veulent être toujours parfaits, ils ne supportent pas la maladie, la mort. La maladie, pour eux, c’est comme une révolte de paysans, il faut la mater. Plus on est en haut, plus on a peur. Peur toujours, peur de tout, peur de la maladie, peur de la mort. Aujourd’hui, c’est encore comme ça. Et pourtant la mort c’est dans la vie. Vous qui étudiez ces textes, n’oubliez jamais à qui ils s’adressent, vous les comprendrez mieux. Vous qui étudiez la diététique (饮食学 yin shi xue, le savoir du boire et du manger), les conseils, les régimes, c’est pour les gens dodus. Si vous voulez connaître l’art de manger en santé, allez regarder le peuple. Les livres de conseils, ce n’est pas pour lui. Vous feriez faire un régime à quelqu’un qui a toujours faim ? En Chine, le véritable empereur qui gouverne tout, c’est la faim. Encore maintenant. Et quand la faim est partie, il reste la peur de ne pas manger demain. C’est presque pire que la faim. Cette peur, en Chine, elle est gravée dans le corps » ; « J’ai lu dans une revue que de plus en plus de Chinois deviennent gros, obèses. L’article disait que c’était la mauvaise influence de l’idéologie bourgeoise occidentale et de son alimentation qui nous contaminent. Je pense que ce n’est pas vrai. Je crois que c’est parce que de plus en plus de Chinois n’ont plus faim. Et quand on mange à sa faim, la peur d’avoir faim ; la peur de ne plus avoir à manger est de plus en plus forte, violente. Alors, les Chinois qui le peuvent se goinfrent, se bourrent. Ils font fête tous les jours. Ils bourrent leurs enfants. Comme si la graisse était une armure contre la faim, comme si la graisse la faisait fuir. Regardez, les gens. Regardez un chauffeur de taxi. Pendant sa pause, il mange dans sa gamelle ou dans une boîte en plastique. Si vous regardez en surface, il mange normalement. Mais observez-le, observez ses gestes : il mange vite, de manière saccadée, sans savourer, comme si un voleur allait venir lui prendre sa nourriture. C’est faux bien sûr. Mais c’est vrai aussi : le voleur de nourriture, c’est lui le chauffeur de taxi. Il vole la nourriture à la faim. Il le sait et alors il ne mange pas tranquillement, il mange comme on chaparde, vite et en bourrant son sac. Je veux dire son estomac. Vite, vite, il se bourre. Mauvais, très mauvais pour son harmonie vitale ».

Assommé par ces paroles, je lui dis que je ne comprends pas bien sa notion de faiblesse. Il réfléchit et : « Quand on construit une maison neuve, un immeuble, il resplendit, mais tout de suite fini, il bouge, s’enfonce un peu dans le sol, parfois un peu de travers. Tout bouge, se met parfois un peu de travers, uniquement en fonction du terrain où l’immeuble est construit. Ça bouge. Souvent il y a des lézardes, et les lézardes le plus souvent on ne les voit pas, elles sont cachées par le neuf. Elles sont cachées par l’admiration du neuf et par l’idée que le neuf ne peut pas être abimé de naissance. Le vieux oui, le neuf non. Mais s’il y a un tremblement de terre, même un tout petit tremblement de terre, ou seulement si le temps passe, s’il pleut trop, s’il fait trop de vent, les murs s’ouvrent, les fissures apparaissent, parfois la maison s’écroule. C’est le tremblement de terre bien sûr, mais c’est surtout la manifestation des faiblesses qui sont là depuis la naissance de la maison. Le fait même pour une maison de naître, implique des faiblesses. Parce qu’on naît sur un terrain. Dans un contexte. C’est comme çà. Pour l’humain, c’est la même chose. Naître c’est se créer des faiblesses en se confrontant au terrain de vie. On naît dans un pays, une région, une classe, une famille, un moment du temps. Tout cela génère des faiblesses dans le corps, des visibles pour l’instant invisibles. Et puis tout le monde admire l’enfant qui vient de naître. Qui irait chercher à déceler des faiblesses, dire que cet enfant cache des faiblesses qui, si on n’en tient pas compte se révéleront au grand jour. Tous les hommes sont comme çà. Tous les animaux aussi, tous les arbres et toutes les montagnes aussi. Tout ce qui vit. La vie, c’est le mouvement et le mouvement, c’est l’harmonie des faiblesses ; la vie, c’est l’harmonie des faiblesses ».

Je suis envoûté par les perspectives que m’ouvre, avec douceur, avec sa voix chantante et son accent savoureux de vieux Pékinois ; le docteur Liu.

Alors ?

« Alors, il faut harmoniser en permanence ces faiblesses avant d’être malade, et quand on est malade aussi. La maladie, ce n’est qu’une manière de vivre ».

Il me dit que ces dernières années, il s’est beaucoup intéressé aux « sons thérapeutiques » qu’il préfère appeler « vibrations thérapeutiques (Zhen dang liao fa) ». C’est-à-dire ces sons qui lorsqu’on les prononce, insérés dans une gestuelle adéquate, sont susceptibles de prévenir certaines affections, ou de les atténuer quand elles s’expriment et de permettre de vivre avec. En aucun cas de les guérir dit le docteur Liu.

Nous sommes sortis du parc pour aller manger un morceau et boire du thé. Avec ses mains massacrées, le docteur Liu a du mal à se servir de ses baguettes et il mange tout doucement. Ensuite nous sirotons notre thé en silence. Et puis le docteur Liu, après un somptueux rot, commence à parler des vibrations thérapeutiques. Il parle pendant des heures. Régulièrement le serveur nous approvisionne en thé. Nous nous quittons au crépuscule.

Bien sûr, j’avais, comme toujours, mon enregistreur avec moi, mais j’ai senti que le sortir et enregistrer le docteur Liu aurait été grossier. J’ai senti aussi que ce temps totalement magique que je vivais dans ce tout petit établissement en lisière du parc aurait été détruit. Je n’ai pas pris de notes non plus. J’ai écouté. Seulement écouté. C’est en rentrant chez moi que j’ai écris comme je me souvenais ce que le docteur Liu avait dit.

« Le Qi (气/氣) quand il est fluide (通畅 tong chang), il fonctionne en vibrations. Il ne faut pas l’imaginer comme on fait souvent comme un flux régulier. Le Qi, c’est comme un fleuve : des remous (涡流wo liu), des courants internes impétueux (奔流 ben liu). Vous (les Occidentaux), vous rêvez toute votre vie d’un corps tranquille. Un corps qui ne change pas, un corps fiable (可信 ke xin, fiable, digne de confiance, sûr) pourvu qu’on prenne un peu soin de lui. C’est la santé pour vous. C’est étrange, quand je faisais mes études en médecine, je me suis rendu compte que les Occidentaux parlaient du corps comme d’une chose qui leur appartenait mais dont ils se tenaient éloignés. Comme d’une chose qu’ils habitaient mais où il ne fallait pas trop aller voir. Mais le corps, ce n’est pas une maison qu’on habite, dont on refait le crépi. Nous ne sommes pas dans un corps, nous sommes un corps et rien d’autre. Et le corps n’est pas fiable. La vie, ce n’est jamais tranquille. La santé, c’est l’harmonie et pas la tranquillité. Vous vous trompez. Et l’harmonie, ce n’est pas doux et calme ; c’est un mouvement, une vibration continue. Le Qi qui circule sans problèmes, de manière fluide et harmonieuse, c’est rarement le cas. C’est quelque chose d’idéal. Cela peut venir peut-être pendant une fraction de seconde. Mais après, c’est parti. La circulation du Qi, elle n’est jamais comme on l’imagine, comme elle est décrite dans les livres. Tout cela c’est de la théorie de rêveurs. La vraie vie, la vraie harmonie, c’est que ça ne fonctionne pas, c’est que ça fonctionne mal (失灵 shi ling) Ça bloque tout le temps pour des tas de raisons, des raisons (causes) du dedans, des raisons (causes) du dehors. Alors, il faut harmoniser les vibrations. Le Qi est comme l’humain et tout ce qui vit : ça ne fonctionne pas bien, et si ça ne fonctionne pas bien, c’est qu’il y a trop de paramètres, un infini de paramètres à tous les instants. Alors, ça ne fonctionne pas bien ».

« Il y a le médecin. Il faut aller consulter (看病 kan bing). Mais consulter un médecin, c’est déléguer le corps à quelqu’un d’autre (赋予fu yu, donner, confier, déléguer). Un savant (博学 bo xue) bien sûr, mais quelqu’un d’autre (别人 bie ren). Vous connaissez comment ça fonctionne, c’est la même chose chez vous et chez nous. Il faut parler. Il faut trouver les mots pour dire ce qui ne va pas. Le médecin pose des questions. On essaie de répondre sans faire de fautes. Il ne faut pas paraître idiot quand même. Après le médecin prend les pouls (按脉 an mai), palpe, analyse la langue. Pose encore des questions. Mais les mots ne peuvent pas rendre compte de la maladie, du dysfonctionnement, de la souffrance ; et même de la santé. Parce que tout cela, ça passe mal avec les mots. Le mieux que l’on puisse faire, c’est, comme en mathématique, de trouver le plus petit dénominateur commun entre lui et moi entre les mots et le mal. Et puis surtout, les faiblesses, c’est tous les jours. On ne va consulter qu’une fois la faiblesse transformée en maladie. C’est bien normal. Vous connaissez ce vieux proverbe (成语 cheng yu) que l’on trouve dans tous les manuels de médecine : ce n’est pas quand on a soif qu’il faut creuser un puits. Et bien c’est vrai. Ce n’est pas une phrase pour faire joli. C’est vrai et c’est la limite de la médecine. Pour vivre en harmonie, il faut le moins possible déléguer son corps à un autre ».

(…)

« Vous connaissez sans doute cette femme atteinte d’un cancer. Elle était perdue. Elle le savait. Alors, elle a mis au point un Qigong thérapeutique du cancer. Bien sûr, elle est morte, mais pendant des années et des années, elle a vécu correctement. Vous comprenez, elle a transformé sa maladie en manière de vivre. Tous les jours, elle faisait le Qigong du cancer qu’elle avait mis au point. Le cancer et elle, c’était collé ensemble. Elle n’a pas guéri mais elle a vécu des années et des années. Elle a enseigné aussi. Mais pour faire çà ; il faut écouter la maladie et faire ce qu’elle dit. Etre à l’écoute du corps malade. Tous les jours, toutes les minutes, tout le temps et suivre ce qui est dit au-dedans du corps. Il faut apprendre à écouter » (…) « Pour les grandes faiblesses, les faiblesses définitives, il faut fait comme ça. Pour les faiblesses de tous les jours, aussi. Toujours se souvenir que le corps n’est pas fiable. C’est comme pour les fusées, quel que soit le plan de la trajectoire, il faut en permanence veiller pour pouvoir corriger la trajectoire quand c’est encore possible ».

[La femme qu’évoque le docteur Liu est madame Guo Lin (1906-1984). Atteinte et opérée d’un cancer de l’utérus en 1949, elle est affectée de métastases qui nécessitent une nouvelle opération en 1960. Elle fait ensuite une récidive qui la condamne aux yeux des médecins. Madame Guo Lin construit et pratique alors un « Qigong du cancer » qui, contre toute attente, la maintient en vie. Elle organise à partir de 1970 des leçons de Qigong adaptées aux affections cancéreuses qui lui valent un grand succès. Elle donne ses leçons principalement dans le parc Yuyuantan (à Pékin). Madame Guo Lin est morte en 1984 d’un accident vasculaire cérébral à l’âge de 78 ans]

(…)

« J’ai enseigné plusieurs méthodes adaptées à des cas personnels, jamais des cas généraux. Elles marchent plus ou moins bien. A peu près bien si le malade gomme l’idée de guérison. Très mal, lorsqu’il croit que ça va le guérir. Vous savez, ce ne sont pas les grandes maladies qui m’ont intéressées, ce sont les petites faiblesses de tous les jours, et aussi les terrains des faiblesses. C’est ça qui m’intéressait ».

(…)

« Ces dernières années, je me suis intéressé aux vibrations thérapeutiques. J’ai essayé de comprendre. C’est connu depuis très longtemps, les six sons thérapeutiques. Je n’ai rien inventé. J’ai voulu comprendre. Je savais bien que cela ne pouvait pas guérir comme on disait. Ça c’est de la légende ! Mais je voulais comprendre comment ça pouvait aider ».

« C’est simple. Le Qi est vibration. Et le Qi agit par ses vibrations ce qui lui permet d’agir à distance. Tous les Qi ont le même mode d’existence : les Qi sains et les Qi pathogènes (parfois il n’y a pas de grande différence entre ces deux Qi ajoute le docteur Liu avec un grand sourire : le Qi correct peut être terriblement pathogène et le Qi pervers [l’agent pathogène] peut vous aider à vivre). Le deuxième point, c’est que les vibrations thérapeutiques ciblent les organes en suivant les chemins du Qi et donc agissent (interagissent) avec les modalités (形态 xing tai) de chaque organe. Et c’est cette combinaison entre les organes exprimant leur modalité et les vibrations qui ont aussi leur modalité qui améliore la vie. Il y a des médecins qui disent que les sons thérapeutiques purifient les organes et l’organisme. Ce n’est pas vrai, il n’y a rien à purifier dans le corps. La dialectique (辨证 bian zheng) du trouble et du clair, ce n’est pas celle du pur et l’impur ! C’est religieux ça ! Dans la vie, rien n’est pur et rien n’est impur, il y a des moments organiques pour le clair et pour le trouble. Tout ça est normal. L’idée du corps pur, comme celle de la Terre pure [Il s’agit de la Terre pure净土 jingtu du bouddhisme Amitabha, 阿弥陀佛Emituo fo], ce n’est pas de l’humain. La merde est aussi importante que le sang. Alors on dit aussi que les sons nettoient. C’est un peu plus vrai. Quand un organe est atteint par un Qi pervers, le Qi pervers loge dedans. Certains sons d’une certaine hauteur contribuent à déloger un peu le Qi pervers. C’est comme quand les Autorités lancent une campagne de « nettoyage de la corruption », la corruption n’est pas éliminée, mais, pendant quelque temps, elle se fait discrète et puis, ça repart. Le Qi pervers, c’est la même chose, quand il est « nettoyé », il se fait discret, moins actif et puis, comme c’est la vie, il reprend de la vigueur. C’est ça vivre la maladie comme une manière de vivre.

[Le docteur Liu appelle modalité ce que d’autres appellent « mouvement », ou « élément », 五形, wu xing : Terre, Bois, Feu, Métal, Eau]

(…)

« Emettre un son, une vibration, avec la bouche. C’est le même principe que la guimbarde (口弦, kouxian). Ce n’est pas suffisant. Il faut que le corps soit à l’unisson avec des mouvements de Qigong. Les mouvements de Qigong concentrent ou dispersent le Qi du Ciel et celui de la Terre. L’humain, comme tout ce qui vit, n’est qu’un lieu de passage, de concentration, de dispersion du Qi du Ciel et du Qi de la Terre. Oh, les gestes sont simples. Ils permettent de diriger la vibration vers l’organe, de la mettre en phase avec la respiration. C’est déjà bien, mais ce n’est pas suffisant. Pour ceux qui peuvent, ce qu’il faut c’est de « voir » les Qi et leur chemin de vibration. Pas de les imaginer comme je l’ai lu, mais de les voir, de suivre la progression vibratoire dans les méridiens (经络 jing luo). Quand on y arrive, c’est bien. »

« Comment peut-on « voir » ce qui est dans le corps et qui est invisible ? Je vais vous expliquer avec la vibration thérapeutique « chuuuuuu », « chuuuuu ». Vous sentez comme c’est doux, comme c’est souple ; c’est comme si on avait la bouche emplie d’un bon gâteau de riz gluant. C’est tiède, sucré, doux, ferme et plein de vie. C’est une vibration du Bois. Vous avez déjà goûté de la jeune écorce ? Non ? Moi si, je m’en suis même nourri pour survivre. La jeune écorce, toute tendre encore, c’est comme un bon gâteau de riz gluant. Le Bois, c’est un bon gâteau de riz gluant ; la vibration va au Foie. Et c’est l’apaisement ».

(…)

« Debout, les jambes posées avec l’idée/intention/désir (意 yi) que ce soient des racines, plantées dans la terre, bien en contact avec elle. Parce qu’elles sont en contact avec la terre, les jambes sont les racines de l’homme. La plante des pieds, est comme la peau d’un tambour qui reçoit les vibrations de la terre. La terre nourrit l’homme par les jambes comme elle nourrit l’arbre par les racines. La main droite posée dans la main gauche, paume vers le ciel, pouces s’effleurant à peine. Les mains sont à la hauteur du dan tian inférieur (丹田 dan tian). Il faut alors laisser la sérénité (安详 an xiang) de l’arbre monter. Abolir les obstacles, les nœuds qui empêche la sérénité de l’arbre de monter dans le corps ; il faut la laisser vibrer comme elle veut sans jamais lui faire obstacle. Alors le bien-être s’installe. Une joie sereine envahit le corps qui devient lourd comme s’il voulait s’enfoncer dans la terre. Le corps devient arbre, une colonne puissante de Qi, puissante et sereine. Je vais vous montrer.

Le docteur Liu se lève, s’écarte un peu de la table et prend la posture. Il a les yeux fermés. Il reste ainsi une bonne vingtaine de minutes. Petit à petit, je vois les rides qui sculptent son visage s’atténuer doucement, le visage devient plus lisse, la respiration est imperceptible, il reste bien droit, mais je sens très nettement qu’il ne fait rien pour maintenir sa verticalité. Il devient comme un empilement de strates qui tiennent par leur seul poids, sans qu’il soit besoin d’intervenir. C’est une posture que je pratique, mais je ne suis jamais arrivé à ce degré de sérénité végétale. J’ai encore du chemin à faire. Mais peut-être faut-il avoir souffert comme il a souffert pour atteindre cette sérénité, pour devenir un élément banal du vivant végétal. Je ne sais pas. Mais c’est impressionnant. Il reste ainsi environ vingt minutes puis je le vois revenir – je n’ai pas d’autre mot –, les rides se creusent de nouveau, la respiration devient plus perceptible, il ouvre les yeux et me regarde avec étonnement. Puis il se rassoit. Vous comprenez ce que je veux dire ? Il prend une gorgée de thé avec laquelle il se gargarise avant de l’avaler, pousse un soupir et reprend sa leçon.

« Après être entré en sérénité, vous séparez les mains en suivant le dai mai (带脉). Lentement les deux mains se séparent en longeant le méridien, forment un arc de cercle pour prendre la posture de celui qui enlace, embrasse un arbre. C’est à ce moment qu’il faut concentrer totalement ce qu’on est pour prendre le Qi de l’arbre, le Qi du Bois. Prendre, ingérer le Qi du Bois, c’est-à-dire sentir la colonne de Qi, puissante et sereine de l’arbre infuser dans le corps. Bien sûr, il n’y a pas d’arbre, mais en embrassant le vide comme si c’était un arbre, on soustrait le Qi de l’arbre des autres Qi qui saturent le monde. Sans arbre, on crée par le geste concentré d’enlacement un arbre énergétique (c’est moi qui emploie le mot énergétique). Si on est bien concentré, bien accolé à l’arbre, alors la couleur verte monte dans le corps. Ce n’est pas une hallucination, C’est que l’arbre énergétique et le corps humain ne font plus qu’un et le corps alors s’imprègne de vert, un vert un peu grisâtre. Ce n’est pas un vert imaginé, c’est un vert que l’on voit et que l’on sent agir dans le corps, comme on sent la saveur d’un aliment imprégner la chair et qu’il n’y a plus de frontières entre la saveur et le corps. Il n’y a plus frontières. Tout le corps devient flou et poreux Alors, quand il n’y a plus de frontière entre le vert et vous, c’est que vous tenez fermement le Qi du Bois. A ce moment, doucement, tout doucement, il faut amener les mains vers le Foie, de chaque côté, masser de manière circulaire avec les paumes de mains. Les mains peuvent être en contact avec la peau, mais le plus souvent ce n’est pas nécessaire, à un ou deux centimètres de la peau, c’est bien suffisant. Amener vos pouces au point章门 zhang men, [Situé au bord libre de la 11ème côte, FO 13 dans la nomenclature, est le point de réunion des脏 zang] et vous faites tourner vos poignets en inspirant et expirant de manière ventrale. Vous faites rentrer le Qi du Bois dans le Foie, comme une crème pénètre dans le corps par massage. Puis, brusquement vous soulevez les talons, vous projeter vos mains en retombant sur les talons. Et c’est là ; c’est là seulement que vous projetez le son « chuuuuu » hors de vous. En faisant cela plusieurs fois de suite, en le faisant tant que vous en sentez le besoin vous mettez le Foie en sérénité et vous extirpez un peu ce qu’il y a de Qi pathogène à l’intérieur. Mais même s’il n’y pas trop de Qi pathogène, ceux qui ont une faiblesse du Foie s’en trouvent bien, Foie apaisé, humain sans colère par exemple. En termes de médecine occidentale, les vibrations « chuuuuuu » aident les hypertendus, les coléreux, ceux qui ronflent, les sujets dont la faiblesse les mène à un accident vasculaire cérébral (le docteur Liu emploie le vieux terme中风 zhong feng, apoplexie). Oh, de toutes les façons, ils mourront d’un accident vasculaire cérébral, mais en attendant, ils vivent mieux. Je voudrais que vous compreniez bien, il ne s’agit pas de guérir, de faire disparaître la faiblesse, mais simplement de vivre mieux et peut-être un peu plus longtemps. »

Le docteur Liu ferme les yeux et se tait. Il a l’air épuisé. Puis il commande quatre beignets qu’on nous apporte brûlants et dégoulinants d’huile. Il en mange deux avec une plaisir évident. Il mâche chaque bouchée lentement, sensuellement, les yeux fermés. Quand il a finit, il ouvre les yeux et me dit « mangez, mangez, la pâte frite et l’huile chaude, c’est excellent pour la vésicule biliaire ». Je le regarde interloqué ; il n’a pas l’air de plaisanter. Alors je mange mes deux éponges à huile. Après ça, le thé s’impose. Le docteur Liu commande du thé乌龙 wu long. Il me dit que le thé vert (绿茶 lu cha) que nous n’avons cessé de boire, ne convient plus. Du temps de silence, ponctué des bruits de bouche qui sont la tradition quand on boit du thé en Chine. Et puis le docteur Liu reprend sa leçon.

A suivre

MEDECINE CHINOISE -1-

Contrairement au bruit qui court depuis des lustres, la médecine chinoise ne repose pas sur un savoir fixé une fois pour toutes par les grands ancêtres dans des livres fondateurs et que l’on ne ferait qu’appliquer tout en se battant pour la bonne interprétation. La médecine chinoise n’est pas non plus une sagesse venue du fond des temps, un savoir ancestral, encore moins une médecine populaire. Elle n’est évidemment pas une médecine douce dans la mesure où toute médecine est invasive et pas une médecine naturelle car toute médecine est culturelle. Quant à être une médecine parallèle !!

La médecine chinoise est, tout simplement, une médecine savante en constante évolution, en constante recherche, multipliant les écoles, les débats, les controverses parfois violentes, les courants, initiant de nouveaux savoirs et de nouvelles pratiques. La dynamique est au cœur du développement des savoirs et des pratiques de la médecine chinoise dite traditionnelle.

Maître Kong (Confucius) voyait dans la « rectification des noms » un des actes fondateurs du pouvoir. Rectifier les noms, c’est-à-dire, entre autres, accorder les noms et les mots à la réalité. Sans aller réellement jusqu’à ce que préconise Confucius, il me semble bon de se pencher sur ces mots et ces formulations que l’on utilise quasi automatiquement et qui, parfois révèlent bien plus que ce l’on croit.

Médecine savante ?
La « médecine savante » est une notion consensuelle. On appelle médecine savante une médecine pratiquée par des professionnels formés et diplômés selon les critères d’une autorité institutionnelle, presque toujours d’Etat, qui fixe les modalités d’acquisition du savoir et de l’exercice médical. Dans la formation comme dans la pratique, une médecine savante s’appuie sur des textes écrits et légitimés. La médecine savante n’est donc pas la médecine des savants, mais une médecine légitimée par des programmes, un cursus et des diplômes d’Etat. En Chine, l’enseignement de la médecine devient officiel et donne lieu à un diplôme d’état vers 624 et le premier codex pharmaceutique, rédigé sur ordre du gouvernement impérial, par SU Jing (assisté d’une équipe de médecins), le 新修本草 (xinxiu bencao), paraît en 659. A partir de cette date les grands traités de médecine se succèdent. Ils formeront la base de l’enseignement et de la pratique de la médecine et de la pharmacie.

Médecine populaire ?
La notion de médecine populaire date du XIXe siècle. Elle désignait, dans un premier temps ce qu’on appellerait aujourd’hui les comportements profanes en matière de santé et de maladie. Vers la fin du siècle, la notion se précise pour finir par ne désigner que les médecines traditionnelles et/ou régionales. A cette époque de scientisme militant, la médecine populaire devint vite synonyme de médecine irrationnelle, superstitieuse, sujet d’étude des folkloristes.

Aujourd’hui, les médecines dites populaires sont définies comme des médecines dont la légitimité est garantie par une reconnaissance collective et non pas une institution d’état, à la différence des médecins savantes. La plupart du temps, les médecines populaires sont liées à des systèmes de croyances qu’elles soient religieuses ou non.

Bien sûr, il existe en Chine des médecines populaires qui correspondent à des bassins culturels précis. Nous aurons l’occasion d’en approcher quelques unes dans la suite de ce cours.

Savoirs ordinaires ?
A côté de la médecine savante et des médecines populaires, il existe, dans toutes les cultures, des savoirs ordinaires concernant la santé et la maladie. Chaque famille, chaque sujet quelque soit la culture d’appartenance, développe de manière implicite ou explicite une tradition médicale propre faite de bribes de connaissances médicales savante, d’expérimentation personnelle ou familiale, de connaissances traditionnelles, de compétences et de pratiques personnelles. Médecine savante, médecine populaire, savoirs médicaux ordinaires ne sont pas pour autant des mondes indépendants les une des autres. Ce sont des univers en interactions permanentes dont les frontières sont à la fois poreuses et mouvantes. Une grande partie de mon travail de recherche en Chine porte sur les savoirs ordinaires médicaux et « diététiques ». Un grand nombre des textes du carnet « approches de la médecine chinoise » concerne ces savoirs ordinaires et nous aurons l’occasion de les aborder dans ce cours.

Médecine chinoise, médecine traditionnelle chinoise ?
Médecine (traditionnelle) chinoise, 中医 zhong yi, est le nom qui permet aux Chinois de différencier leur médecine de la médecine occidentale, 西医 xi yi. Comme on s’en doute, le terme中医 zhong yi doit son existence à l’installation de la médecine occidentale en Chine. La médecine chinoise n’est chinoise que pour ceux qui ne sont pas chinois. Pas plus que nous n’appelons notre médecine, médecine occidentale ou européenne, ou française, mais simplement médecine, les Chinois n’ajoutaient « chinoise » à médecine. Tant que la médecine occidentale n’était pas présente en Chine, médecine se disait juste 医Yi qui signifie à la fois médecine, médecin et soigner ou traiter une maladie. Cela peut paraître anecdotique, mais la pratique du binôme中医 zhong yi /西医 xi yi est lourd de conséquences.

Le docteur Chen Liang, avec lequel j’ai travaillé sur le sens des termes chinois de médecine, disait : « en posant deux mots pour dire médecine on a introduit le doute et l’angoisse dans les gens. Avant, ils avaient une médecine et des manières familiales de se soigner ; maintenant quel que soit le choix qu’ils fassent, ils ne sont pas sûrs que ce soit le bon » ; « le fait même de nommer « médecine chinoise » plutôt que « médecine » fait perdre confiance » ; « c’est comme fendiller la confiance dans les murs de ta maison. Tu es dans ta maison. En confiance. Quelqu’un construit une maison en face de chez toi et tu ne peux pas entrer dedans mais on t’en parle, on te dit que dedans, c’est merveilleux. Tu crois. Alors tu commence à regarder ta maison différemment ». Savoir que l’on a le choix n’est pas toujours un progrès : « Quand on ne connaît pas réellement ce que sont la médecine chinoise et la médecine occidentale, et la plupart des gens ne savent pas bien, on a toujours peur de faire le mauvais choix »

Et puis ce n’est pas tout. Depuis la fin du XIXe siècle, il y a, en Chine, de vifs débats sur la médecine chinoise. Certains disent qu’elle est une « vieillerie féodale », d’autres qu’elle est l’essence même de la Chine, d’autres enfin qu’il faut que les deux médecines collaborent. Ces débats ont toujours été empreints de positions politiques et la reconnaissance de la médecine chinoise en Chine suit les aléas de la politique chinoise depuis la chute de l’Empire.

Enfin, l’usage des deux médecines tient aussi à la stratification socio-économique de la population : les gens aisés ou riches vont plus souvent consulter en médecine occidentale (même si, la plupart du temps, ils se font en réalité soigner par la « petite porte » en médecine chinoise). Les gens ayant peu de moyens, pauvres, ou vivants dans des régions éloignées de centres urbains se font soigner en première intention par la médecine chinoise. Ils ont certes confiance en elle mais ils savent bien qu’en fait, ils n’ont pas le choix. La pratique du terrain montre, comme nous le verrons dans un prochain cours, que l’offre thérapeutique double se révèle profondément anxiogène d’une part et sert très souvent (mais pas toujours) d’outils de mise en valeur de la face sociale plus que de réelle médecine (à l’exception de certaines spécialités) d’autre part

Le nouveau n’efface jamais l’ancien
J’ai dit, plus haut, que la médecine chinoise n’était pas un corpus clos toujours répété, mais, bien au contraire, une médecine dynamique dans ses notions comme dans ses pratiques. Cependant, on ne peut comprendre ce dynamisme que si l’on garde en mémoire qu’en Chine, traditionnellement, le nouveau n’efface jamais l’ancien. La pensée médicale chinoise ne procède pas par effacement d’une position ancienne au profit d’une position nouvelle. Le nouveau ne supprime jamais l’ancien. L’idée même d’une novation en rupture avec le passé ne peut se penser. Le nouveau se dégage de l’ancien par le biais des commentaires et des contextualisations et le recouvre tout en restant structurellement lié à lui. Ainsi, si l’on constate d’une part plusieurs siècles de continuité, on constate en même temps plusieurs siècles de défrichements et de développements : la médecine chinoise est une médecine du commentaire adaptatif et innovant.

L’humain n’est pas dans la nature, il est de la nature
Ce qui fait le processus biologique de la vie, du point de vue chinois, est une déclinaison contextuelle et éphémère du dynamisme interne immanent qui est à l’œuvre dans tout ce qui est dans le monde. Dans certaines conditions, ce dynamisme interne se configure sous des formes particulières. L’être humain est une de ces configurations. Autrement dit, il n’y a pas de solution de continuité entre l’être humain et ce que nous appelons la nature. L’humain n’est pas dans la nature, il de la nature. Dans certains ouvrages occidentaux traitant de la médecine chinoise, on lit souvent que, dans la pensée chinoise, l’être humain est conçu comme un microcosme au sein d’un macrocosme.

Il y a, à mon sens, dans cette manière de dire, un gauchissement par occidentalisation de la réalité chinoise. En effet, si l’on admet que l’être humain comme microcosme signifie que le corps humain est une sorte de cosmos en réduction dont chaque partie représente et correspond terme à terme à une partie de l’univers, alors, il y a dans cette définition la présomption d’une sorte d’emboîtement de deux réalités un peu à l’image des poupées russes. Avec des frontières donc. Une sorte d’homothétie (l’être humain serait homothétique du cosmos). Mais, le fait que l’humain, dans la tradition chinoise, soit conçu comme une concrétion éphémère, aléatoire et contextuelle du dynamisme vital interne immanent au monde implique non pas qu’il soit un modèle réduit du monde (avec des correspondance point par point) mais une sorte de condensation dont les éléments « concentrés » entrent en résonance entre eux et avec les éléments « déconcentrés » du monde. Concentration, déconcentration. Rythme. L’idée du microcosme dans le macrocosme implique une réalité statique, alors que tout, en Chine, conduit à une réalité par essence dynamique.

La nature ?
En chinois, 自然, ziran, (ou大自然 da zi ran ou encore自然界 zi ran jie) que l’on peut traduire par « de soi-même ainsi », « allant de soi » désigne et définit la nature. Une nature qui est un « de soi-même ainsi » sans commencement et sans fin, sans création d’aucune sorte, sans transcendance, sans sens non plus et dont les manifestations sont aléatoires et contextuelles. La pensée chinoise du monde s’est développée sans l’idée de Création, sans transcendance et sans métaphysique. Certes, le Ciel (天 tian) est un outil conceptuel fondamental de la vision chinoise du monde. Mais ne refaisons par l’erreur qui coûta si cher aux jésuites tentant d’évangéliser les chinois au XVIIe siècle ; erreur qui est d’avoir confondu le « Ciel » chinois avec le nôtre. Or, «天», dans la pensée chinoise, n’est qu’une des façons d’exprimer le principe auquel tout ce qui est dans le monde est soumis. Le天tian n’est rien d’autre, comme le dit Jacques Gernet[1], que la simple reconnaissance de l’existence d’une raison concrète appartenant aux choses elles-mêmes, « immanente » au réel. Et cela change beaucoup de choses, d’autant plus que ce mécanisme immanent ne porte aucune finalité. La nature, « l’allant de soi » ne porte aucun « projet », ne résulte d’aucune intention transcendantale. Sans commencement, sans fin, sans direction, la nature de témoigne de rien d’autre que d’elle-même. L’allant de soi n’est rien d’autre que la vie faisant écho à elle-même.

Le destin de l’homme : banal et naturel
L’idée que l’humain 人ren, n’est qu’un élément de la nature parmi d’autres, sans rien de d’extraordinaire, de supérieur ou d’inférieur, de prédestiné, sans finalité, a pour conséquence que la vie humaine, pour précieuse qu’elle puisse paraître, n’est en fait qu’une banalité naturelle et que le destin des humains est identique à celui de tout ce qui vit. Rien de plus. La grande dramaturgie de la vie humaine, de la naissance à la mort, telle qu’elle est vécue en Occident n’existe pas. Ce qui n’empêche pas de vivre, par exemple, la tristesse du deuil (qu’elle soit réellement ressentie ou simple manifestation socialement obligée des sentiments). Simplement le deuil et sa cause, la mort, sont inscrits dans la vie. Je dirais que la mort n’est pas la conclusion de la vie, une frontière, un passage, mais est profondément inscrite dans la vie, qu’elle est un phénomène de vie. Celui qui meurt, élément banal de la nature, ne retourne nulle part, il entre dans une autre manifestation de la nature, dans une autre latence. Du même au même sous des manifestations diverses.

感應 /感-0T13:55:u Ce aucun>tie ce ue le dee. ex, tst lourd /> Esriale) qule,e l’on peut /感-0T1l, n mint mt pissemenala >/> Esrialitiq est évanprésente-0T1hysiqoisortpro mo par ess viei,e lde léeie humovatimens frévation v il nL’idée esC pase, qu p>tie une ide le lade vl pasont au m La meis il la napurs anal dansoûtestfin, e le des1hysoûtestfin, e la c padestie entrce dl restene, lysoûtestfin, e lmainifiemensst dmainsui anal dansoûtelle est ancne méiemenoûtelle est ans, d de cefs natationen vi nae conséqutrong>> Esrialse, qu pgure a natuosmos laise jtande vdenle eet dipu mo949sig /ltedouqui ot itaphysrès de vême souéei’ene ratatioins /rte aucuutrde la vie, dude vain ers . Prréysiquonditions,une iical. Danncele)mieratesde v désigne eautle,litelquet ditrong>> Esriare,oe ceru monamisivers en interactionnamisblentésxu dyn ilmainifie(s ses ne,encipment insstation ier les noms, c&rsqpment . La nature, « l’all)ence dynamique. la natureis. Le more ngsoceun pela >ons dansqussunn posle « Ci dde sue linscriin d身 sp>Lemenme microe pt dipl,litres rns patiandes conysiquinifi感criteil e que dnscrite lnifiysiquil e que ode v ds, eéeie h. Du m /rte aumanifement iant « e qui fait par essemenmme impliléeipeutssunleel. géeiemensst mtinin, iee)mierate poupfigurations. Autrement dit, il nique danistéeuses e un psyle natmen n mlise quant pasla psyleomlise qua ne sluiune aison >, sansconftil cit, il nle zelle naaque suain men da zinn pronsstlitgle ede orteedondémes ses c paâ men lnifiysi paâ . Ldesjésuiteie re,« coentancee ls patl entre d’taine, natu lnifi tie s pala nl r cœur乌龙 tie s phére, n’stunnoise est le « Ce un dr cœut tc pang>
Lemenunm>wunatdu /atdu flûtssthénoIleme, hoi pasei voidu n pron vie n pi voidatdelle duts pasoraon  mensst et se prout然 da zinsst et seil ytpro e entr quque les,e len Chine lea pol la sanpeue ri pathogu trivén p spécil e /rte aumnamel.qui e pne réalimenc pantre dpeue rne m,encipmatdomprendremenchinoo, s)mierattanun na>ysiquque les o, citpy n s r d9ntrn nat anpeux méme, o, ttant iee /Cfaut cautcun me, e qnt séeisen sorrap o, C mênt ans sxms séee plel e ndan d9siar ne dnaissaliten da zi. Rant pron nat pa, use queux rie pase, natus d9silpas la Leèclea n. tezltre nat s concernil (qe r. Du te, slesen vslel ei palont au m mor la dque les lea polat vie lai, e à l然e à lisantéence dynamique.tie stn. Lpon ldqcun me, /ne r La me par ess. Rann. Lpon ldqcun dtrde la vie, dulea polisse para moril ei la naturetie lea polatciseuéséeie l che o, ropéennes s e teedesée äasion des, d’stique danhissement lor lesoro mens pandioe dcui laderatre teedesée stus haut, quest fare, ste len Chst iqucuiis. t dit, it pron pail eentrldqa, stpon à n. itiq esteileeést quacen bi stuscit>tie use, te rech1hysoésull paancee lusn. Lt ld ln vie lan rentince d nat s n. Ltedles cun me, 949ours stcitnd noyso49ours st /rteorte dee concréti sent iltcitnd noence dynaSynamisme qui quir la d9si vous ee dsa pas (il e>tie is ilhissement line)s ate teedesée , evietre obe ncicec a:à elle-●气质_ftiino à ssi laglebe lséeila n’taine, stuscit>Lg五oupées生性évapartenao rdt naei que) . Rient soigner s deidu pon me, 生 n. me micro, disee l natn bue entruqui issnîaqula viole ispêch VII, e / n e>mp:ohé /ng yi doit VII, e / n paadj du pnanct expseuu /nuin sobue. Riesntiet s deioe,性 n. me microasne mrie qntulaes e ptEmen n. La me qu n E vie lstiqccorder leadj du pi. 生性 e) qule,e l’on peutla n llchien Ch sne mne dlesorocoa nre, un La mela nêmutan par ess’stdelchien Chancne mé l©乌re, un chisinoiso, nans il epseut clpas n. Lort denourscun Ùtiq es / e) mente qn eéva /eacque eredes manesà elle-U, ever laut eest: 生 pp>Lg, o, e / n paadj du pe pe ssi laanct rès La meexpseuueluin sobue. Ileenfin conce de pam, C mê感a,t pron nat pa, use queux oe, nat stn. Lanccun me, drsquobien, es t p subratn. L>,-crdindes concun es nouvero Pis mile n e lidl, naqua deao clpas lea pola)感a,anc oe, e devint vitn. Ltraucun «, pse ureé/ical. ile s uselque so(文化ewen q (confe, p pax une frnle e n vle, e celi’t pahissement des con’tiiiee, /vas ltn. Ljourtiouvert pastroancue !cun ß pastroancutancee lst pastroe lidue : il eoudeseclpase !à elle-● 脾气la aituno Pune s脾 n. dde soiusui la naturewusptushé感iieux Chinoieaon ds, est unontuslesorotann coveroé /idu flûts passance de menI, lein, idva 49 fin, iestrmilleno nci n49 fin, (ier les noms, c&rsqpe à drle>ysrès La mee à diee /tradel. E d9sigouvséeilimille Ùte dlée rdtst quever parieng, agituse, o, lmor pan49 fin, il ytpro nadesC pase, ttande la vie, dudetushé du mille,oe, il eimdtstmenil eiynsoro anre naaév感a,n. Lhéuxcun uineer lausica v em>,danmen lause dsoro s signstde naaévntuseessance desà elle-Elle peus lesoro/e teedeséenmenévnde naaéve p pas49 fin eI, chinnil eiynsorooyensnans exms séee de naaénmene teedeséeno rda pvers dtst que dcip es pment . La nae cecuqgiondu s ifi/hécun eà elle-erses. la natureLg natsane l cis s nde naaé oe, rdre atdeca veelfitle n后 huu n. e ssi laaupetle reste, saee on petle reae s /ngtsche VI遗ale n. pe ssi laexmédunort,s nde感e qu isrès La memilunae sne lnmmetaquamen taqu VI症 no>Lg n. oe, qusteon stde ssi eerisantétaditio.ytioratin con ndane l con后遗症 s n. Ltan nat la o usisantéton petle IIne oyenisréuxngta zie : tan nat alon eusisanténoise dplet d La meévnde naaévntuseees e tan nat la o©ers dtste ltaonsent istcnifiee à l然e à leees e : 后遗康huu yi kel.a(康kel.aoe, ilust>m. Uuxneon stann la enuniee /tsà elle-erses. la nature la naturetie tuees e usisantétuineer paab pneetuees (sent panfigu ves sanasi vois dtstus>x n voiusuees oe, paab pneetisantédes身体 pp>Lti (ilust>m. Uuxneon st n. dde so enuniee /tno Pune s身 sp>Le(s ifiyshée pl e que men体, l (inifiemn’re ill,chinr/ tyladesAfigurations. Ausuees oe, d9si rdtstlimtylar pailsinifie vie othétpl e que ri ui< naséeitropte Sittes miequameitioas >tie tuees eus so nae !à elle-erses. la natureLe pl ensne ms iyssent e Sistulis piysonaus>tie paistéituériint) mais s eor labralnnequametsent it nal pleenfin drèe nc. R paistéitué d9sigeI, nal natmmain iluce o la mme nans tiot prondinaine s, liluc dtuel f>, s poasée lilucte-0enthé ucen’amen nat paseep pas49outan e ne pes)mrmoev(uesau ne sut d pen e !) liltusain e pad pothmi un peun po nasà elle-Asitst doup>Enfquua peuinses e veit>ejours) e à vndsainiyshquusi parenPrrLcort ena uent snaeeenx- ma va u sl emiute de l’-erses. la nature < emrtieemiulitCC mêmsi pac dtuel mhé me, i p’re il 和ataasà elle和 oe, prdre a禾atad n ve ssi lot o Pdqumednae口 k ti n ve ssi l des brhino9n)感a,ademen n.ndsaesona latruquntiqmisréuxuindn ne ptlipte ndu aelfitlese pleenfin e= «ne pn lai p>une pos dsui anvapea po dann’re ili n vi paedsurtit 龢ce tit uinsespte ociuéne een. liltg qnpesonot o Pdtnn ,radeelilmiee lil, naqutg qnpe poe= irescun nt lié 和a i p’re il oe,n luindn ne puinses t nmda nce , pailrade meni plilveix-rade n e s pneetrent snaeradeie àe>vtuineeeux Chinoiv asent isjes gen i p’re il)感eoremiasé veit>une possittes miovat lea polesonai p= ire naueoRsysfa vemuer touva475-221ce toe i prnle uinslil!) aplet dlile partba/ne lun peude ro Pis onai p’re il a lliltuqnpi n e= jet »onai pèeuniversesonnssûtfhé toagà cain ’hoastr metlifeu me n oe,lilfqiquubrai premiasé nlrde i n von rdne roe me/arti netnndaala noe me, o, paron use use,,s n humaine, de lliltoet expms s qui re, n, pail, mar paidies n el pas. Ce qui ne na i pPdqÙtiie paro hlénns vemenhto n⒌atalel eon rde ni nausent i rfl)感a s poaséar pailtdelchienfrai premiasé e>ve= j感-0T n⒌)i p’re ilrie pase,ui s poaséars e= j感-0Tst s deeès ns e= ala iclpa nsdmhé(ex, tl,c> Esri!)ence dyn-erses.tie sdivlai lt me e àlaLune tone p es p u s-ifie que eeinses e àlaLus que, d lea polesi paie re,asà elleA u parxeedu s entiivltpte e na snVune de soe>vobumme e à Sispuhisqula es onsdush st nci(uesdlaolelein,penRe>vnier les no po qui ame sur st ncitdue de se ee>vne ndue n eo hluubr men,ednee pont i a lsier les impe nae na snfquceciraea pocn,ep per t quim mor lc tiq e enlte naeie meeinseieeient,raehiniysrèssier les fricltdier lesoabansenlt,raehin, e eoquier les aaévsésLe e,le me e, dla sla Amtres coa nà elle eà elhon e z="1"e s Jacques Gernet,d-, nhorarsoaèeu-top"ee tyl="backtg qndars à:#FFEAA8;">snlronss t="hypom>,d-, nhorapic">simgal='' src='http://2.ln êmar.ein/ êmar/bee0244298eb7ed5c8a5d576b0684679?s=100&d=mm&r=g' srcse='http://2.ln êmar.ein/ êmar/bee0244298eb7ed5c8a5d576b0684679?s=200&d=mm&r=g 2x'onss t=' êmarce tmar-100st oto'ataight='100' width='100' s /nlr>snlronss t="hypom>,d-, nhoratnd "ee tyl="unrgin-left:140px">sh3s Jacques'http://inoisalehyputs anaeese/, nhor/inoisal', tle='Fe lnueoLupu'>Fe lnueoLupu.phpMf zPch .phptp nnlr>snlr> nnlr>s!-- .paryarsopar --> onnss t="paryafo>o"> vlss t=" ched-on">sai >vlss t="a meen-reaton-tnd ">Pus ses e q3:i > na hmon="http://inoisalehyputs anaeese/142"qÙl="bookunrk">s signss t="paryacine eus s ppd",,ste sig="2010-06-16T12:13:29+00:00">16eau pa201016eau p lnuPus se" ched-on">ra - tks t=" ched-on">sai >vlss t="a meen-Ca, eg, sstr>Pus ses e q3:i > na hmon="http://inoisalehyra eg, y/arie-e.hyr -saser>sesos anaeera eg, yseng">COURS &i p; NOTES DE COURSe lnuPus se" ched-on">r-ifiunl- tk t=3s p n:i > na hmon="http://inoisalehyput#lpa iyn">Les ee la s-ifi>,d-t">" ched-on">sai >vlss t="a meen-aehinMEDECINE CHINOISE -1-r>Pus se lnuPus s ryr --> nnlrpar -->aryae lconflu pnlr# vnitus-="paryaaant- uneda/ear-nnle p eg, y-lconflus-e.h949ous tarsohs t=" o"> o>onhs t=""paryh2 o"> o>onhor/i t=3s p n:i > na hmon="http://inoisalehyp3ts anaeese/142"qÙFANG YUN (2iresue. Rie)e lnu2>yhs t="> nnlrhs t=" aryarà:#FFEAA8;"o>onom>,o>"paryPce ture>Ldieremin.ndsansedieresst, etesosAfiguratizP pnoru iyshqo>moreits eLe .pune eapdieresst, etesoa禾atrsaau Cpfiunesi paie , dgeslestsse’tionnneeFpasoYect: usi> esuluube mPysh lesallan ddb9e anoestoaséaemiidihulil!)a Cpepversquusut d psent i0T n⒌)r lesmi unson maden-tvelo-r,umenoemanblrsaoabiqu meSer lsstnesoûe= te r t qutplusutll e ae réelle m Dap’rce tno pailviemic,peveixpveqo>rsaeuninoitdlien méun s,aleitiseaanepneFpasoYer neNakanesa Atsuunutre e aa polesonaummi8iressAf d>(uen messéala s-isutehinlil!)ier is l, d ,moe ala éalie=eiadihummirce tno pails s quiAtsuunutrt unsent o-Asitc='ht unsnoestnpeli paâilt exp que rtiiue Deuva47 Vuce tao = dn.nT1hyao Pufr e stnecyalil!)ihqoalil!)pan21ce neia sier is l fansesial'a,va47 VII, ne ntiagliluerFpasoYesignefqiqmhune  ce so neoasme soes a t se prsaeeia plises qui amadersa Dap’tn een-tn onfig la tusyiyshse rsala roaluerisqui lilutlabnsesunrnoestttf let, sonepeig e=rsaatiqll 89onnyaFpasoYeadrsala le repe n erresun un peun La sier radelpto"> f lefiunrturde anoes…l pameerd n st neos eold mJes pûe=pun>,upû leccasioqueesonveidantyeiunrs nLla noleld n iysc,vgLeèal'll auroiiyslese)d mQxnedstdsrè mo9en-ts nLlaet e papnat lfqucndaal onmoe t uinsespûia sier dsrèsent fiunrquimlteeos d n st lelos tounVu ltnûia tfla moristéiilt t noreinse /nvdli nedessrepe ee e pad nunesier ldlieoldi nebae :is onvepea astds eLeeos s en21ce n etiqpeehin,s eoong tes mt c menatu lnios senesi paie FpasoYeam ans unoa u s-ifiedes a iue paunell ea pa,e=3sait pps.org/wp32- e p n"es.org32- ehor/in"En la natui anmo9en-t Enea ahôs l, dhil léec'sr-à-pame,oe luce t n-tep an /nvdlastrè m un69n-tpaunell ea pa,el, dn>,u,pearx plises qnd mi un e na Dan>,u,petrè les,pee=pSudûehé x >sesuss patrèll e di nter ./wp-admin/pauea,ûi Dala re on pi Da s (ao = dd n cIne eog eo"moree= te raehin,sh leldit/ ansdrsaeupe soe>véalitii e :is on neosst,us tle=oldiesltfheos la ese signepèal'os bae :is onnuseniiysslesain ela ßa,e-bae :is onos ßa mêuimenusendiE Cpetrs co un69utils dll lilnsentdhumll ea pa,eon eeehidess a eursarsesg:is onC p mehyala us tee e paoabumiciestrcInd fiunhesn cInp-ifiyad rdn.nr is heosßa mll ea siruneossojeeehi pasaocarizl pie tannalil!éalitlêanne xpmenueosy tyEne(芸豆)dnehilgyEne(红豆)deup0T ics d ici nansenhezuki)mr iymest /se s (iliun0enalil!>ses Cpee et paost性soal' me pie tal'allil! s (aost性soal'eieestrânanee=pnivaosci tur mence dursai laauqui oroaséeao = dn.ldiosso il eigesto (mr iymest吸unseséeitr ssi oims n i Danau cruteses eo"monell ’ep an erreal'dihummieses e reo lGllel)mr iymest味噌汁latsoshiea lGllel)veitrèo"> ,pe ntnepeses ea peessénhieaesto 汁ux, tl,c> Eona lpau Sn a Dages méuineese dv-0ednu y DaaderansFpasoYeampe neuinsx oss eLe a hes n dioyeni Daoonal'eighsunrailnheC p, o,ansex >êannfa e,pee=xp0T ics d ici nansenhe>sesg:is onsentn e s p=oliossigestonsenhen.nr is heosßa nsex >abumiciesnsentuin soi=oliossigestout rizl pie tannradeunrs (iliun0eneitam>,taudsnll lx >s l niynesi paie Aeti osse IInsimplee tiqmisréuxun , d’auocaoimedieremin.ndsansexdierenhe, eteso crutyíaron u l ilnheysc:is oneups n desi paie ce ture>tr>P turgpu.ph ptr>P turgpu.ph pMoa pss me42"tiqdsnps sr>P turgpu.ph pruneossojensent pi osrizljalilaoe nivaost性soaldsndiesnorau42"ti t= e , nu ehin,s itu neosrnoa pss m comiqmi ysslnfioscInh l p oyenila pas4n, eieestsn rtoaldiEgcieSn sn t ques a litu nesdi nnocnp o Dala un>,ivie al'o Daa peessueuuFilSn anp s poocnp dihummiplen CpuuFèal'>> < na a Da, qu oyenila wok snsimplee.ms enhes poocnp oss a pss menivatiqll -0edn Daa Cpupsys e nlil!="bactplus bture quEtie s ps enhes poocnp oyenila aqndextrala tiqmpae hinatiquua ups n.iunr n.e r aCxunro Da, quolStdms s (il>> Tr e pee=pe nr>P turgpu.ph pses oreits poocnradpeess o Dala un>,ivie alndaaitu s enhes poocnp ehineupsus t hebmaih:is one eog D les ls enhebmaih:is onehinla fa ens mell >> ranoseog eesltfoseieespupici n= iun0a oyeni zpss t caliquimeosFpasoYeaa pccasion ma pups nlnmmxunroe exal'la fay s e hinalial'=pu> ranoseog e’st uhee fiunhl,cFèal'>lial'a lC p, o,vsée sensfin mi-aliq o,on eeLes en iva>> tr>P turgpu.ph pB.nr is heosle. Layr>P turgpu.ph papleosplen Cpalil!=li69nne ell >apleos pi osriznslil!)r nocnadpeess ot性soaleieesnslil!C paspaos emao a Da, qu. Hpocns enhele. Laye hine simplelil!pâur veqodieroyenila =ole Hpocns eti fiunrent性soalnsenva>>âremip o Das mnse Dan,emuson e n o dihumuva>e. Layaen bl dno Darnefnsent pi sne,nplen CpuuT poocns en esnll e,n aseur e ) aple,us tlecubnvasnenvasimple meocns =ple eimes,mensns enhelubnvao esn meoclee hine simplelil!paistéit>> s e sFèal'eupn.nr is hedihummipveilttplus (envan.nr is he iu ltn'dn,ore,nrapna ne naSen n pa/neite s>> unr e h-0esne Dancelil,cR.nr oroasa pan.nr is ioyeniica> s e ao esnll e,nn aseurct:> < na a Da, qu oyenila wok Deiosnorenvan.nr is he yeni Da, qua>> a papaun coé a paenvan.nr is he o,net snne fiunrdo,pansenhepais,or newok snenvatie s pismvnccasions une p oyenila tiqmpanela aqndexaibrsi nre hinenlesns e Dae r aCxunro Da, quolStdms a> uds estlilubrûl nesi paie ce ture>Cêannll e,npmenueos0T ics d ici nar>P turgpu.ph p1his zpmenunmtmillics dr>P turgpu.ph p a oyenila éliseuuMnmmal's zpmenune , nu oyenila eq oial'=-seq oivao Dalil!aoivemti mPyshsns dihummipire ao au42pi osE tyladll >0ednu envaps ms anre nroyeni zpeq oialquEtais,apnore,nrivemti e hinet qu’ula maxudemao Das m. Viesnoraupâuroyenila usesnse eutehinli ho yEnta nl unrlil!ll oscInataun0a,cheSn an ehi pesnlil!pe paos emon e n o.au fioyenila nolel=olisn t ques eitßa,oa évau tce ture>2his z>êanr>P turgpu.ph p

êane ,d rdun>, noifiyosf2"tipaos b9n-eci mcali69nne p ll capleosehi pala cali69nne ell >apleosema pig.pun>,i t alvaohin, e aadscInrnefansd rduli69nne p ll eses eo Da, quolTe psns eutil"tip,cheSn an ehi peron lhin, e am autral, psm attal'snvarnefaasnenvaaeSn men p gn co iqmi ysslnfie n caep leoc>, aeSn la e hin, e ae hine , evis z neunatuosmo hin, e lil!>resuadpeess,cFèal'>> < na la wok snnoiqmi dihula e hin, e , quos ifi/hViesnoral!>m>,o>e hin, e lil!>li69nne ell eses eospâu Dn pa paeupn de stneaaann>, eitehipaunvsée sensfis z êansigne uines z êancali pûs z t iosnorehinlal' e :is .s ifi/hTlcon nore z êan dihulil! EnedscI)tßa,oa edszpmenunm Dazukiu s->/>,ordihulapaeuxhnnesu êansPpd’aenvan.roiie hinsimpleadeut cs enhedscIn>êanesnsnsdms n. me qs ifi/hce ture>C hig:is onC p mehyr>P turgpu.ph p hig:is tnsys eao = dali69nne p ll eses eohin, e , quao Daptlihau ala "eeie ,emussd nocnnalil!gciesne hin, e rauadatar a alal!>li69nne ell eses eohin, e , quaos ee)dit nslil!>li69nne ell eses eos e>runeossojeeo"monnslil!>li69nne ell eses eos ehi pesitßpne nslil!>li69nne ell eses eos e>runeo Da, îmen=3sait pps.org/wp32-ts p n"es.org32-ts s t/in"SVu ltnnsstln,peoime, dszs zmer cro(海底牛奶p0Ts c nifaii)aLus>runeo Da, îmene(蚝油p0Toy s)trèn eqccoaoeml!ll ilts,or Da, îmenvasno Dae met,pquEapnatrè,litre,pee hinre> udd mEapnatrè,itn pa/n t li leoss z n eqccoads p eîmenva>li pstnleocpst(蚝豉p0Toiha)railn nivaveixrepre on pi z liq o,ds p eîmenvatrè,pa/nee hine , evis ze>runeo Da, îmen./wp2]e ln, 1!>li69nne ell eses eoerisosS0ToxpigmeSparll >s l niynesi paie Enlesns epstm>,,m9en-vaoszs z> hig:is ,t: es eitestûtà ds ps poocnp osla un>,ivie al' pig.ubr mcoszs ig: Dyenila wok paial'a> u na ahin, e , quao Daptlihau ,cFèal'e>rSn ahin, e ,emuss> hnaneeits poocnp nl unrd n>,s e>sds ,cheSn ahin, e rauatee st> hig:is ,cClial'll ho vnt dscInataun0a me oyeßanore,ne>runeossojeûs ze>runeo Da, îmenûshin, e , quaos ee)dit ns emuatee ehi pm autrn p gnsm Viesnorsax >li69nne p ll eses eohin, e s m. R,pa/al'sn ho ateeiqmi mijr -->nivathin, e ll >0ednu ensesveiosz oineeanra pan>,hnne fiunrLancßa p> eus sensfie st> hig:is cosz mea eit meaqs ifi/hT posvnsns oyenila n isnsnsdms a> udqs ifi/hce ture>Cabumiciesr>P turgpu.ph p, n.ttns meoyenina pmuade stfan ma p>, n.oabumicieste hine Dahsau ,cFasoYeeeaeiltsz z abumiciesrll ee on p ntnepe soep a he e papnieplôpt sta paj Dapd mtn pu anoests z t > hnnatrènnmmxfiunr ivaeti uatee Dapp,r o,i fiunr àe>vtuinnsdi paâ ntipaosdieine,vaoszNakanesa AtsuunumeS lesc:is tneateedeséela e l'aade r neKimpl maeeecun stlLu abumiciesroszFasoYeeiq st t cla s tettns meoseog eci mcaabux >lôpteci mcks> noifiyos"eeieem,cC es e st>abux eitsax moits,ies,cFèal'emeocns =ple eima nl unrlil!ewiqpuuMnmmal'lil!>.ndsacoszemu mel, n, paa s tettns m,chryte nor> hocnp osz abuuate> hocncoszem. Tne n norilt lil!>.ndsacoszemu) apleadpeess,cPosnorla uuimlSen atelnmmal'ds pC poiiehinen uuimlSen (s zeanrquusi iuear noifiyl,co iqmi e st>abux t g, Les atenafiunes nl unrvein ciewhe la mme d>, osze st,litreu ,s ifi/heus enfie stmoits,ies osz abuuem a e stbnven dole pa rll e Dae lo"mol! la mme moimal' uinuqu ivaem a e steine,vx, tl,c> EFasoYee t rapnae stmoits,ies osz abuueits n peti p a en21cest /de rn p gnzs z abumiciesrdihu ne pie tal'dsrizaomekleos liqti uatela e l'ehi pads pC fiunherânanst(moiun9en-tll >s l niyn)ads pgciesnvao Darau(sax e hinla moits,ie osz abu)t, osie ,emusup0Tocnnst(sax e hinla moits,ie osz abu)aomet性soaleieesp0Tocnnt, osiemoits,ievaoszp-ifi (envadscIutll >s l niyn),co iqmi 42"tia rdscInh l p d>, oszsnsdms e lss estliluglar a royeniosie=olvaoszpss t cam>,o> no qs ifi/hce ture>B.nr is heosßa rll eus>runeosz ojar>P turgpu.ph pPew e stb.nr is hr>P turgpu.ph pli69nne ell eses eos isosrizljalilala osn -rnef battalil!>li69nne ell eses eosplen Cpaemull >s l niyn,p etu ,s ifi/h e n o oyenila =olie risosrizûsszemûs Darnef battt, s zplen Cpuupo Dapddso Dalia s tefa /se paial'la n p gnzhunusnnip,ce oyeßanore,nvinedtmilocnn uateepee pss meadatar auuMalaitmnivatiqll -0ednsze Darnef oines (il pyeßaanee iysedtme rn p gnzla e="bl nemPy pesns lil!>li69nne ell eses eomen p gnee iaanet lil!pss t cn.nr is dihummi42pi rii69na ro Dae me(FpasoYeapai.punvapss t van.nr is he Dalil!ar nss seite stpaiénpicipnore ie>rSn at snne fiunr le, ildtmf zpire l,cRadpt nore Daonanstplus nivatiqll s zpsoss zpve r(envamoiun9en-ditlt,qs,paapsfimmxunroe exal' etnrs.nr is hl,cRe et inla wok o Da, qua ls,ieseidms a (sesnz e hina pae stb.nr is hz oiiun s (iltiqt siqpsl,cFaial'a> u na (ll 180°)t, yqu eeLes nl unrbr mcataun0aae stb.nr is hz(rauelfi l Daede st oiiun s (ildo,pal,cOnore Dae r n po Da, quaeitoaséaénpe stb.nr is hz hinli tiqmpaEnedeeaqndexaibrsi nre ieite stnrqdupeu,s ifi/hce ture>Pew eus>runr>P turgpu.ph pli69nne p ll eses eo Daeaalil!>li69nne ell eses eotmf klealil!>li69nne ell eses eotm pie tal'dsrizalil!>li69nne ell eses eotmfhi pesitßpne nslil!>li69nne ell eses eos e>runeotmfojaao = dali69nne p ll eses eosplen Cp,s ifi/hMnmmal's Daeaassze kleassz pie tal'dsrizasszehi pesitßpne nss ze>runeossojet, s zplen Cp oyenilasz sesnse eut e n o ll ho yEntanivatiqll adpeesiqmifiun. N eqeeiqmi d pature mea ehinen ho ptas ze>runesys dz p cheheSn anvan.nr is he sz pnedtme is sensfinivatiqll -0edn Daa Cpup oiiun s (iliniyt siqps osze>runmeSpsdms e stb.nr is hzoyenids pCss tie=olv,s ifi/hce ture>Gpigsoal'42"tiqd l pie talr>P turgpu.ph p, br moiun0 noifiyost性soals (ileieesîaqig.pun>,i t alvaosz pie tal'dsrizaci mcali69nne p ll eses eoskleos liqti eci mcali69nne p ll eses eoszehi p,s ifi/h e n o e stqigyt con,vaoszs z42"ti t=,s ifi/hDyenila wok a> u na eitsewiénpnivathin, e ll >0ednu ensehi pe oine nti i nfiunroasesedolo iqmi g/w4n,pam mEu iocnsûs au t, bl dhiepe t性soalrll ehin, e s men.nrap n .iEgcieSn e t性soaluquon l romeo es eit) apleeti p s poocnpuuMnmmal'e sts poocnp oszt性soalll 42"tia rdyenis ze>runespnl unroscInewheoyenila =ocspnaf p>s ifi/hce ture>tr>P turgpu.ph pSigesto (eses eo"mol)e P turgpu.ph pntnlils) osux >li p,emusvaehiusekszeleocnuqla moia,adem>li69nne ull >apleosemalil!>li69nne ell capleosanf klealil!EnedscI >li69nne p ll eses eosze>runmfojat(sm a o,ieine,)ala na m loszdaïko,iildms a osux >on,ivie alva>r mcoszseeLueurl,cLszdaïko,iEne(ncezdaien )ta ulôptrtrè,aszea,eloszn aut-riinnsd n petiloszaine, t, a mme atalrquf mopelavariintnuseie =peeis ,chromeelfioszdaïko,nsFasoYeela ose aut ulôptr(萝卜 leoen.l,cMnmmal'ss pa> p,emusvaehiusekszll mal, cs nl unrlil!h l m eeisnsaen na m loszdaïko,ûsszs au t, e omeo es eit)sedapss t paubnv,cFaial'n.nrap,or yenispan.ni69 a e sta> p,emusvûssze kleasszsmûs ze>runesojee nl unrbr mcataun0asigneataun0 dénpe zpsoss z liq o,ûeeSnzpe stcubnvaoszdaïko,m Viesnor yenispie=olvaut uneuntneoroasudEnen. me qs ifi/hce ture>L Daees méuinee P turgpu.ph p0e. Daa aCi nla les sier lyssepec Daerèdentles re n est reqccomope(辩证唯u主义 s ep taquwei wup s ifi/h me, ntnel',euzpeepe uzp p, o,a D DaaeoongFasoYeeesupai.pneLes lil!n.nocnn ut= a> tiie parp p, o,aeeaeiltnnsteitsne n énpilt d uzs.nr is h,ceauelfis (il pamtas zn.noceprdénpe zn.nocnn ueighsunur steLes a nofiunuqu ivarooyensn n ocns vihua noew eitneauneun>, potiehine omese pfiunrosvae auewht, osva949ol p>s ifi/hJssl'ysnoii ntipamopes zeuc st o,ids pC n decabiqu pilt FasoYernl et mopelil!noe e2nelosvae auewhpaleénpppes zp ivae pusennees zp ivaoas>r,el( auhua uzs.nr is hl,cLsva949ol pzenpi ivaEnea mme eti p mQxneds z949ol atrèd n petiel(c Daerèe aep t= s z9r e pepeqeeLe et )as ze auewnoimsiiq o, crpiraeednanepaamxfiun mQxneds z949ol atrèa mme eti l(c Daerèe aep t=uzs.nr is hlas ze auewnoimsiiq o, crpdetaul'=ptftnro Dalil!esttle uaitliq no t= s ze auewnoime>run cr Dyenilasz 9ol peti re ieeinle as Daenr pluneden>,aial' p,eleitnhipaunt, oyenilasz 9ol pi iva"eeishnne t, a mme snsnle as uzuneden>,steimalnppyenispan pa/nas Dainiyteminpt, e oliduinuuMan letiamûj Dapd bm loim pamtalx n.noce crteimal a> mopen.nocnn assvae auewhtrs co un69lnppyenilil!une,tau9en-aqyenirupol ndateenpap n isva leew eearl 4enhi0ednu y Dardéo e hineti,or yenispareeitmal'oimp p, o,upat= eeanoiqmiux cr>s ifi/hpo zpsoss zsysmhnne elemopo e iq o,ûla vipai,euzlil!pirsen auhula s teau al'dsdanjine(白酒)=3sait pps.org/wp32-3s p n"es.org32-3s s t/in"Lpenanjinetrè,a recooliosrizln pa/nilt oass,ap e2nelosrizlgesoduiLe dUelospi ivaeedleoon-ttrèe e sux ma nai./wp3]e ln e hinneat pa r zn.nocep(漱 o aehu quml,cL Daalcooli àloen-losux Enen rd uinepyenis zn.noceprdénpo Dars ifi/hL zeanmhnne n.nocnn aomeaestad liese loyenis ze>runeenpe l tiaglse lo loaïko,irânanesys dzla poo,ipotiysliet dyenis zn.nocepn osal'taqnvatipeeste na,vaomenanjine: yíi pp eommxfiunr z42"ti t=upaial'la pas49 t= s hnnaehine z aaiaaomeaest dUelpas49 t= s hnnûjsz sux pame,uxpessvae auewht= s z42"ti t=uaugen>,lnps zdleoepe2nelosvae auewhpomeaestquEsl'uneun>, potiet duifiunuqyíi pp eommxfiunra> mope pe il)losp42"ti t=u( apotie nanjinec Dat r ias hl,cMx osuxhnnnepn.nocnn atrèseewhee hinesze>restas est apotûjszsys dsta pccasios poocnp oszt性soal l pie talemopeyín ocnie >,lfiunuqssvadlepa/énpeitilocn uxpeyípaiis sensfidyenilx n.noce dihummieée : eitm apasapotio Daeittaqnvamtas zneuxprse bucreqolo ne ilo p 2nelootine, t= s zn.nocnn at= e>restttrèi pc,n Caial'ailnhee auewh yEnce. L9na ro= s ze>runeossojet, ai pevm sone lo l pilosprizlfimmxunreitd9eur aade p t= s z42"ti t=ue n csojeet= s ze>runes enie sojeet= s z42"ti t=ut= s Daai aynttenaomeo esassl piljalillosluubesd n pdleqltnolo aaiaaomep p, o,use i aeitm sn.iew eeaeitsrè9en-assloaïko,iraeieîocnnaoyenila uin soi meaassle so,cL Daenr plt= e>ro pai.p ntnezlil!micne,suadpcnnvieenit= ehi pe l pitenp litneaoasesetiyaqnosnlnpenpe69nn pls zm sn.iew la e, qula omeaestquJ= ehiisthnanpai.,cC tnenpla et= t性soal l pie taleenpla et= uneun>, p 2neluesaenprl >émtalil!sent ipleles e ?s ifi/hhdln p = e>restîaqenpsslnoa pss m cAdénpe zsysmhnne n.nocnn ûjszs aupssvae auewh dihuo lt性soalrânane lnivit= ci tur mJ Daaedleoospi es z aaiaaomenoa pss mppo,npssl9naLes geaee9nalnostn Daleorneenisesnz p cheenatu lnios sen !cLszt性soalrânaneenpsslnivit= ci turomeo s ,nplx n.noce enpeednminpsslnoa pss m e hineitpaial'la soa,eloszpâurneutxprsepenpci turiqpn auhula faeetio Daetoala 42"tip litn Dalettnspilt f zpdleqlto oneaul't= aseur ie p aefqueespotie palaip>s ifi/hhdln p = noa pss mp42"tin-ttnpcradn,l ilnlnoa pss m 42"tin-ttnpps s mQxpccasios poocnp oszt性soaln Uuxp,nplil!oaseeEsent osvae auewh't= s z42"ti t=assvai,eén ane pnpotiex olidue>,lps seenitnprepo,ipoti aaiaa lnoa pss mpoimnees Dae les eur crot= s znhipaunps sqolJ= e pp d n peommxfiunr slnivit= t性soaltnpssl pilt= rizabm o es a mme s ze>runeossoje,chré uxpes zn.nocp aqyenit性soalsl'laip,rsadyenis zn.nocepmi uns ppp 2nelnoiqmiuneauxpeyí. Dauedleoospiadessls ae plosvae auewh pe fnmiis un6snlnpmi uniniyshquusio Da, quataqnvapotiex n.noce Do esas zps seenipai.p ntnezlil!mUuxpen teEs-0't= s z aaia. cLsvae auewh enpaaiaf ppu al tirivipsitnpsrènv,cCommxpsrè9en-tnea pl tiacmxpoalun6snlnpdln p psisysmhies esvit= Cxunrtnpildacnn seséeitr ssi s zn.noce Ssedpmi unae ul't= e auewhes z aaiaaomenoa pss mps n.ze côen-lp p, o,u ln ftnr dtstneei laar dtso Dalil!pâurneutxprseppnees zplen Cptneat pa lnivit= t性soale hinpo,i talil!e ppp 2nel len-un6snnees zn.nocnn >s ifi/hnlûsrès sdi paâ lsew't= s z9r e polJ= pdleiltslnozn.nocep auhuuxpccasios poocnp oszt性soaleighisvao Dalil!pss t cmoiun9en-tt= t性soalrânane lnivit= ci tur mUmiipirsent= uxpccasioe>sds pi fimnnees zn.noc0't= oim42"tier crolo sysmhnne n.nocnn sl'nhisys drail ze auewnt= len-un6lnoi69nacirainieisnda stpotie sosvassva s (v,cC Datrè,a tine, poo,ipoti litm. Uuxeat Dao.iew o leog e litneaunesre aoyenila= chsmhiqpnpais aqyauewpi ivan chs't= s Dao.iew uxpeo ltcne,olo ,nlfiunuq leew eearl 4enhi0ednu yín ocnes Dao.iew trs tr tiiipew'laip,mtas zp n-0'neeuxpccas cheisauxpeyí.l'uneymestpeq an p gn't= qyauewpo Daeaads aisndt= len-un6,cCoe. Daa aCi n p-Asdleier l ptad n pyEntquEdnmdt= mmieq p 2neadn,l i.ms e ze auewnt= s z aaiaaosls ad li prail tiacmxe pnmi aneade la olo tnemuarèi laard n pdleqltnolMan qyeniune,tau9en-,cCntnepese z aaiaairaenoiueltnrneela noimdt= nemmeSi)ml'unliltpn auhu6snsysmhieuar,r alt us. Daupi ivaitdueneedn,o dUel s (aestt= ges p 2f anoestml's aqyhumest,st;e= dliniraentnro Dalil!d li pûjszmiipewieestpeqe6snoslu no>s ifi/hLsvan.nr is heosle. Laym adrnpsaip,n-lis ainiyshquusii ivauxpem9ein-qolJ= s av= iiipeqe6rs e lesr,lpat= eeanoiqmiuisapneeitdue rs t r ioass,e ier leitsr"hyvao Dalil!mmiisal tiacmx,chdénpt= msls asee laeLes is an.nr is nsFasoYeemslftnreslu fioyeni usn.nocequon appnornee s ts esvila l, n= got dtnpsrenanjineAsdlenenn-lo Dalil!ans agnflp at= nivit= t性soalolJrs pd esrs etiqmrquusiuxpemusn.noceqdled eoop,rsanivatrs tl os.ms is ae sose s t agilSnpi duilo Daasnans9en-v,cEa rappén ane,ieie :fiepem9erneedled eooorquusi sls an.noceovatiquua p="bltnriltpai.snlnpnee usiltoiducreqitnp;e= dlinsl'nhedn,rsadl'yssee anorla e soe s te essvan oc pssuzp ew'dn,ore,ne ppp 2neao Daeoensns ea an.nr is ,cEsalt us aao pptnre soolo n.nr is dt= me. La la epat= eeanoiqmiuepeos.ptnrla rènter ppo,npml'yssee>,aivassvae auewh y ae svassval tilénnraiqyauewpoEnce roieenit= usocnremiio Daeaaqyauewpi moénplehi p at= s Dao,emusaqyauewpo lt性soalaqyauewpo lesnll e,n aseur tnpaaitf auewpie p at= usle,. La. T soelt ust r ioass,cnpenpl tpuin-lp ew'epes poasé)noreit0T esti >s ifi/hPhiice fsoeis aoimp epenanjin crzp ew'epepdleilts rll eusoêannfa e,penee usimenunmtmillics d ici na>s ifi/hJ= iuva uxLnoruxpeml'srs pedleoospiade usimenunmtmillics d ici na Ene usimenunmrs pzuki mQxneèi Inuêanstpewiipsit= mi unimenuûjszmrs pedleoospiadei a i iva: yrs pd srs etiqmrquusio Da appnoris apâurgesénpala eehi p ala emiet en npas (ilm sn.iitnps (ill tiacmx,cDi,euzuxpesrs asneEsan.nwieent n Dae os nae quhdln p usilla nanjinetnp;epccasiopnmip d éocnp o agno psoal' l pie talûjszn Da s aedp;e= dlineenaptnris aoasesesodnelos mi unm sn.iew gesénpolJ= yssee>,aivala les sier leos aroop,snlnpt= usn.nocp aenanhie soes zqyauewpo= usoêanntnp usqyauewpo= usimenunmtmillics d's aqprn p gnriunri iva: c Dat r ivieenenposuxltcne,vaoass,eutdp;eitneal tpuiriunrqyenia n p gno dSntnepe sosal Dat r iysleendtuel veiiier anoestpeqesesnz p ew'uxpeml'fimmxrneepedleoostas zimenunmtmillics d'ici nvaehi p >s ifi/h mvm6snseisa lnanjineaugen>,n-lo Dali d tnrt= nivit= t性soaleieestnapotit= peqee lnee us pges p 2neloss eig:is onC p mehyquhe usiysmhnne pges p 2neec Daarè uso.nwg:is p;eitoliduetnr auhue neade lxet snne fiunre so dLl'yssosao lleeipai,rsaos npelil!l,xpeysleendtuel tlt,fplealoon- quCommxp uinubrec Daarè usqyauewpo= use>runeo Da etntpn;eitn Dainieisio Daeterp al="ut= tnpyEncernle p aeoel2" n p meh,cEm6sntaqnvam usn.noce. T sosaoplehg prapdldes zp,xpeo Da ,emusstnpy Darauisa pvm s tnpml'e pp d ln peommxfiunr usqyauewpe eeits,n Chnne oplsrs , quaoplep-AnpenusequCrs trè,a posan;eitn Dais unm6sansedpaanepoplyslietvae qnosdenapotisrs en p aeitsr ns ao= uso.nwg:is Dyenilansysmhieu meaayrs pd o lnolnee us ass,e ulw't= ce ;eitsrs en.nw= tnps zßasqolPss tlnee s tadn,l iuxpesuso.nwg:is pisa p pocn auhueommxnn-loip qyauewvit= l, ailn neade lxsrs trèi ivae solneepai.pneade lx anoestnter pps.ms i ivanafia leew eearl 4enhi0eo= us mmieq p 2nequCrs trèo= mi unnafinn-luxpesip qyauewvit= uso.nwg:is pjrap e poolDrs aeoongla aamltcne,ao= len-un6lrii69nauquon la tine, t= liq o,olJrs p s Cpetine, t= liq o,es z pomtiai, d n pits,n Chnne opp qyauewvieitn.noce'e m a e s panao= liq o,al=is ao.nwg:is pnee us aseuralil!>.nwg:is lnee rs t ltnpis ao.nwg:is pC p meh'srs npieqe6snent, tine,olo o.nwg:is pnee us aseurpaai fipis asuao9en-t aaut=alil!>.nwg:is lnee rs t ndarèoimmal, p  crzy Dais aqyauewp mopla ;pis ao.nwg:is pC p mehsitt quaqyaqyauewpneed au vas Da, quaailrs trèis aqyauewpa mme e éocnutll s zpiip ivat,fpla tnpi ivaei pce ;eitetiqnn s as zn.noce' eeL meaolo mmieq p 2neao.e,tau= tnpsip qyauewvit= l, isa ,fpla otityenis zqyauewpo= uso.nwg:is eseitpo,i ao lyslietndt= s DaadpeessueuuCrs trèlneeuxpeml'l tiysnoiiuxpece ;eite l tiagll'la re fiunesip o.eden>,sita mopccassoa,euqu énplln posane qnos tnpysnaaunvsta ent, meaas zqyauewp t=" po mopeo= Dare fiunolo Dae parla eethniosz;eitfipaqenpnee rs tririoeta eao ppn ace enp rs ,emuses Darimûse ehi pesip e>runuzp ep,otineen.ntit= C pvasuso.nwg:is ppew'lalfimmw= esedp zlumhnne >s ifi/hhdln p ip o.hig:is onC p mehyûse sysmhieu=olioszeseil eigesto eos arooè usn.nocees Daresa tnpe me/artiae sosvassvae auewh y Darapotquhe usiysmhnne l pp alil!t l aaut= tnppat= eldacnn s zn.noce';lnee zq>sdses zpat=ew'laip,mes zp n-0'neeis ao.tpuiai, osze auewp dneauldp;eitpem6sotisuso. o >, podneuqu ivarooyensn ;eitpem6sse bnven ao= ip ée.ms ehé atiquua upiraLancla e poityenisrans une uuCrs trèmi unin- st tn-lyssee>, pa;eitaaunlnee z o.eo >, podneuuCrs trèse tine, tmekle;eitoliduinsdi pp peeitisusqyauewpo= Darle :quhle :sitnpkleeos aroo e poisusn.nocem Vqenp pphg prsusqyauewpeog p atnpe typla o lehiuseksze soloszehg prehgaqeeeitiaade r neoaïko,es typla s estlilubog p a:pi itôe len-un6tmiumhe quShiuseksztnpoaïko,ipas.nwoasesotisusn.noce'tnppnpoaseiteîntpne sosvassvae auewh y:sileesi pr aCxunv,cJ= ehgvatp-Aldne putleos aroo acll"tfon->s ifi/hhdln p isn.ni69 a,enuivapeqe,euzpameEssnlnpnee us abumicies dLl'=olisrèosze sosa s tsntai69 as estlrs trèis att > ,lnpta ent, meae rs tt qmrquusio lnivit= cabumiciesr;eita n p gna l pie taloszriza lklepew'paitpnis aqylndt ehpi inenaitpn;eittaqnvamtnpaesa susn.noceeta ho,cFasoYeens asssnseew'uxpeml'n ocnid n pe >,lfiunnseew'paitpnisas xudemao= niviehé atn nei)m Darrsdiyns, lneee l pleals e hinrappnor li iva p cesip adp-0vanrûl n0va;eitfippnpd éhse so dJrs pesdt oeppnl unrneeobnsiaaneeFasoYeatnpml'e enuva lnoxudemae solta enocoti auhuetau isquhmen.nèoszmopccasyntau sdeneenoznott= nhisysa ûse oimniv crzynpierse FasoYeaosluubeseieestsnis aae ul't= eieeocnew'al, lpce se ho pr aCxunuuCommxpae ul't= eieîocnew'n Dam. Uuxeala eaade r nenenholiEnet= rs t lnenholp a;eit  ieîocnnisusn.noceatnpe Darmip, ms pata ent, meaa;e Dam6snildacnn sip nl"tipvapetis Dae les euruuCo'uxpeml'yssee>sitrènterier anoestsusnenh atrèal, lpcp apetiis aqynhln atimal se nivit= cabumiciesrtnpse kle dLl'eenenûayEncitf sdi paâpetisip p-ifiya;eitenpos. :sid n p pesotsdenteriotienorse rôse y DaEses tnew't= tine,eta rs ccnwilo ût= ieîocnew'i fittle >s ifi/hMusn.nocetf sdi paâamin-s mopetrè pusnnseew'e luerap orsevan.nr is heosßa dLlvan.nr is heetiqnsiqpst= e>runenpis at o,ipotnns pesoce dyenilx n.noce seew' se epame,soa,otiy Damip, ms p,cEm6ssoimgp e po crzyyenis zcao9en-tducreqetènatpsssot e>euz;e= dlin oinebnven ao= vieenenpn ocnsquhmesysmhieutpsssnen,eneînpis aosayss iyns, nhbs,a atimal susqyauewpla e"ut= tnp oal o lp pss metnpsx olnceew'ehi p at lp a dUa uu>, psssn;eitpai.puxpea aßa rildn,sa lp pss metnpuxpea aßpss meildn,sa lp a dUasaap éo ;eittrèeommxfiunrs aoepe2er pi itôe ;e= dla uu>, psss dUal osuxhnnnepae ul't= osayss iyns, sitamal se pilt= rizljalilltnpse pie taloszriznatpvm s >lo e>runeossoje'srs peiteînz;e= dneesx ittnp0T estinar pe soec Daarèpame,isea,sasevaae ulvit= e auewp d.ntita 9eur s aseoti9eur s stomisquUal n rdhnnnepae ul'uxpeml'srs pmmxudai,apeq nhigtnr s pn p ze pppodnet= sx e>runeossojeûjsosa lnoneniy Daappnorail ze auewnpat= eeap éosat= sx plen Cpttnpaade e enutxprseps estnhbs,a nenileorneeéosat lnais ay Darnef. eaufipnter puxpelrs trèce das>tnpleorneesnlnp;eitn Uuxpes Darappnnen,cEa pas49ûjszehgvanhisysaapetis Daildmsat= eslu fisevae auewp ta n.noce'tnpt= sevatt > als tnp se epetisiatp-iaaoplystslu fis Dae naodneuuCrs trèse yEntpleorneesnlnp;eit poechs'r p pquex >s ifi/hAile nnhisysa al=ml'srs papt,apeqûjs a paeà ayssee>, 'r pbnven ao= aeLes o lyizuuManosipotec Daarèla les sier lpem o lrizl;eitnhigtnrta eoi mJ= fipnyvaoenu o lrizl pie tan-luxittrèos. id n pn. me tf s,apeq w4n,p mQxnedFasoYeal tiysnol;epeml'apt,apilnal'o lrizetm6snn Da wiiusnntnpfiposntt= opl pamtalx n.nocel(co'uxpem Daraps,apai.)ût= iysnoal';epccasios poocnp oszt性soaltnp pphg pris an.nocp aoplyizl pie tan->s ifi/h mvm6snnhisysa olDrs ec ut= r p izleslu ae le dlre dneûjs osa tdneaup apet uinepetco'uxpe rs a eao puuMan rnlbrer p izlnal, sséeitr ssi tyenis piay-AsiheLlvae auewp pie tan-lvae DaryEncisesotitnps Daetiqmrquusitrèrooyensn aade r = sx n.ni69msat= izl: olnceew'gp eéosajs osa ednmp apetir p pie taltnpilnéoisusn.nocp aopln.nr is d;eitnhtnrecsal'i ivanhbs,a atyeni-0vaosayss iyns, sit= e auewpquheoc;epen.nocp aoplyizûjsziysnovao lt性soaltnpneeoc;epe uineml'esseeeuzsx ent, e pppodne>s ifi/hEa o.eo ivdnelo lyspeq,enuivt l=olioszn.ni69 os artnhgesto auhuesss tsodnelosvan fiye auewp ;epepew'lpepysmhls :paesa nen,eneloe i,odnelolnce acll"tfo p 2nelolnce>s ifi/hLl'espeq nl nne n ao>euzis atai revm sone er Daetiqmrquusiy Dar, vao lespeq ;eitn Darocndt tyenis pesotenenpo Dar Jrs pit duinenio.ese nace d Dais a,odt n-luxitsrs trèieq nr nsnenidi naoddt f s,a;eitildacnn e solr posapv,cJ= eomne e';epccas etnpmoédpml'esaqep ll eoinsFasoYeeatpeoa,n-l e', m>s ifi/histy/in" 9o- ignl="ight">Àtnhght"s ifi/hw'eizin" e/>  s ifi/h=3sait pps.orp32- e p n"es.org/wp32- >[1]e ln Ea Clô ûs Da mo9en-t(Ene Dahôee d Dahil léechin, e sr-à-pame,oe luce t n-tep an /nvdlastrè m un69n-tpaunell ea pa,el, dn>,u,pearx plises qnd mi un e na Dan>,u,petrè les,pee=pSudûehé x >sesuss patrèll e di nter .s ifi/h=3sait pps.orp32-ts p n"es.org/wp32-2/wp2]e lndSnu ltnpemp aoims aèoszsx eer cro(海底牛奶p0Ts c nifaii)aLus>runeo Da, îmene(蚝油p0Toy s)trèn eqccoaoeml!ll ilts,or Da, îmenvasno Dae met,pquEapnatrè,litre,pee hinre> udd mEapnatrè,itn pa/n t li naoplsx o.eeqccoa'oiy eîmenva>li pstnleocpst(蚝豉p0Toiha)railn nivaveixrepre on pi z liq o,ds p eîmenvatrè,pa/nee hine , evis ze>runeo Da, îmen.s ifi/h=3sait pps.orp32-3s p n"es.org/wp32-3/wp3]e ln Ll'nanjinetrèla alcoolit= izln pa/neeetioass,ap e2nelosrizlgesoduiLe dUelos,ap ivapeencdt sitrè e' e sux ma nai.s ifi/div os ss="wp-aeouo- t="or-uu>, sdir-top"isty/in"backgi ty-uuré:#FFEAA8;">
s div>

=3s p n'http://zhilgyi.hypo=" nv,, L/ t="or/zhilgyi' s t/in'Feé',s,aLupu'>Feé',s,aLupue ln

=Msal'Postse lntr>
c/div> os ss="tamay-for --"> PubChn-l e'e Pei/c3s p n"http://zhilgyi.hypo=" nv,, L/p32"'esl="book42"k">16 f s 2010
16 f s 2010
< lnCtleg, isvae Pei/c3s p n"http://zhilgyi.hypo=" nv,, L/ p eg, y/its,nsev-ut- 9oes"'esl=" p eg, yttag">ARTICLES & p; TEXTESe ln<3s p n"http://zhilgyi.hypo=" nv,, L/p32#l tnpn,v">Ua uutnpn,aitpntnhi FANG YUN (2nnneppet is)e Pei/c ln--> e lts,nl >

<3s p n"http://zhilgyi.hypo=" nv,, L/p17" esl="book42"k">FANG YUN (1ieenipet is)e ln

D>euzmi un s tsnrepepneeml'.ps,aaeLes pew'l ysmhnne uinûs Dat auf Da tdir etisestans vaEt=ewv,cJ= l tnpns,ala =olioszla m6ssitaa,nce>mJ= platnhiiri,apeorse tine, t= o'uxpemt f o pptv,ceaueenaptnrlneeuxpccaseoceisauxpeyíuu>ps,,rsitnp;epccaseoceisauxpeyís ameEu>ps,,rsipeq,eis a,asq d Daexonuvme>mJ Da ittrsaynaopll tiysnoal'6ssiiees,euzpseoommxpe auewapeos,n Chnne taabnaprtyeti auhusx ohgvti,ieeniato énp,cMxdAnpeFas Dyenilansysmhieu meaatm6snfsoeeommxfiunrceis,a atnpi ivacaseens,ntam0'neepeopnorvuhueoi mPhiûjszehgvaos. ila fidln e'ople ohgvtinntnplavasleen,euzenpos. :siosaest6ssuquon e preqsitnpaait edeEsxprsesolPss tlnee s taMxdAnpeFasuf Da iieuu>,nae cn toial>s ifi/h>FasoYeatrèep ataa1915ao>euzis a e papnpiay-As ao lNoon-Erèt= raClô . oé t= r Dao lupaodnelmr iymese'oplsx Mpn abu is (it1931)ûsx e sopemlis am u eoie m e'Fasotrè tbnssa aewpla o Dala ,etytlna iyrsita tarni, tyenie v m6AsihePlnéoiosstnuinûosstanmp nûs posu ae Datrèv lta e>tnuuCo'uxinstyenila s t v m6Asi'srs t aèvieenenppeq paue>mC= plti9esdi p t=p écsamalq phiesdt tyenis ztaar Enpihiûdx 9eoimdnele Datrèagnosnssaré o l poechsnenid= ra ulwal'qti -na iyrs ataa1937olPeew'eqsiosuxlmlis pgepnsd.ntios.psnpac;epeewiosep ivata p ivari,mo p> Msasen>s ifi/h>Ll'q,etytlna iyrsitt e>pa tie i aocnnusnaenpehé peqep-aoi dx esxa lornee (安心tan )»tyenis=p as t= racRadunatuosmuquon t= ra8ee Php> T enssat= i tn=3sait pps.org/wp17- e p n"es.org17- es t/in"La Hhg hnnnepT enssat= i tn (八路军abnlu-jun)ûl tnpnnssapeorse tnealeaauZhu D atrèis at=p osuxlT enssvaostnliasssvaostbattéoissvaJa iyrsii Inuôep-at=p aaunsta enssp nlmdne i,ssv dUal osisestdivgvt,euûsx 115nnneutleaèl tnpnnssapeorse pltewi42"nchauLtBiaoû lil pftnr DaT enssana iyrs aneesx batai69 at= Ppdgxpige i,i25iseipsoal'1937)./wp1]e ln pneeilvasam nne n n-l oznulwalquhs pn p z pfmet ao lJa iyûs pq,etytlna iyrsitrèesssn-lta Clô epew'vght"r auhue>pa tie i dLlewidmsafsoeis ea tit mo pe>mLl'osu atrèos. imeîntpntyenis DaT èt= radas>ns,neuqt= r Dat stcnnen,cReit naeew'eui-n fien lumLeénpp=p oi  s tvan.nrots » mo9e r uûrau ad aur,n-le>euzcssoal'eqsid.nfin,vaoszs z ulwal'civg9 aeqsin.nr aur,nnensitnpeqsil2 mietopcnp o ar Daieenima ï,ssquhmx pame t= MxdAnpeFasûravasam snscnen a mo m6snenioi tyenisqsidn,eewes »>s ifi/h>Enpihi Nakanesa Atsuunuatrènaèt Dala vg9 sil2o wio lp aestquFasoYeae Datrè p cetnicivnssatyenis pbnven >mC Datrèaré ux Datm e'e Datrè ér a royeni ozohgvtisat= u aapéoidln pbr mch l p o lntsin pr wisestlees,cEm6sna eo lehir n  tnpe Datrècsass tsnssais aomtin,ln e'fidln e,cEm6sn nplxsdi paâvght"rneee i,eutleeo.edmdnels (ilsûwioses apeq n Daueiusnwiosed aai69 o dQoédpm Daud mtn FasoYeetm6sn aait 89tanuz;e= dtm e'oa,ait t= f o,ieeniapnossqs ifi/hS m a MxdAnpeFasûe ee osu a,n nscnei laar eeL meaenauhud.newhuqtit-tm eûltnp aewnesxpmûlrs trèd.ntiseti6snenipeoco'ux Darau a nscnei xa ul deneesx uineespt naeew'eui-n fiitnps>s éoa9esestt= aitt Daéolbr la lnisuxleqsilaao pfin,vaoszsign aposs mopaeqsin.nr aur,nnensiidlurg mopuûsestd g mopuirupol stae fiunaitpsitnpeqsif ioeoimdne t= r Darn fnodt ltamal se Ja iyitnp ozClô . cReCaoddtuel s (iloi e leeii »leeonosxsestleale nûs posu ae aait oaseiteîntpn9es meapmo Daraufapit tyenis ,aaonen t,fplbrses,cFasoYeetnpNakanesa Atsuunua aaitamapeq,n-ldx ivanott= peos,sat= dx G a t= cRadvoesodnelCulseenm e'Pse leitdun a(无产阶级文化n革命 wuoco jieji wenhux oe pfpig)eneesx s a hnnal'oip ozCaeeeo lnoonûmopccasepeos tyenisozo pe i at= Hunj ég dLlvat,fplealesihuquma(户 o aonosilo p t= iishe o )';epa9esosu a,npr,n-dltleamaaau mtamaféoi,i,ssvûravadeenamaena.eo rr dtstnpco'plti9eewio" ner dtsleedn,ort=p aaiéop>s ifi/hhse alil! uinedx ulwal'peq,n-pae Daexi,sseo pe DanscxLeen a mo m6sitnpieg,a aneesx uineanuz;ee FasoYeatnpNakanesa Atsuunuao.entnat= ee eeLadv dneat= e osu ,cEm6snoasit : oi aqht"rtyenis Daec ut= l a9esoalneutlrs trèto'reeslu fiensbr rUuxpmtamanauhuis am spe tnplrs trèaadx ;eitdld li  »qs ifi/hEa pcxLtéoiFasoYeûjsznerehgvailno tipaux Danm e's a stait t= e Dald.ennwiosee osu itnpchsrocit t=p at >q p 2nestleivder p ll esit0T esti la deenss,cEm6snensf leocnstait tnpae y-Ait nauhuis anott= etau issd.ntico'uxieseitnteriit pneoduin,cJ Da iti laariri,acsase naco'uxpem Da aaiuzis avgvt,elta peos,saelsto't= eeleale eo lPensshe t Mpoquhspeoetnpn,as fi pnnéoisusnott= nsUuxpet= eeo.m6sEsesi,odneuqtu G a t B ta aaama(n跃进Dy yepaj )tnpcnm e't= eesnwrder cRadvoesodnelcClCseenm eûraueenaptnrt=p dmssteisher p "hyvao leyssnnneppew'ceex moitpc p,ainamat Data peynwir ciritquD Da ile p écsamalq sam o.ewnanneaoommxpensae dne : tyenionosxsvaosam09oesûraule,ait eisher (ll p duileisher as esteisher moa tas fi)at Daleocpe lnee Da se pvdnelo leyssnnneuuMan pcnmus.oree pai-Ait peq peoaaasslu : raufapit r cuxLeoiatnppc p,nwioseeaeetmal s,n i aneeco' rUjtnppeqs ifi/hQoédpmes oi,at Dae pduir aa'ux Da aaitamap l pht"rFasoYetnpNakanesa Atsuunuûjsze pv oi,ar p t,fplbulsp-ûsestégussesttnpr p ruûs yleoitdneai Imopc6s-aeava aaitamalen-lo.ew4nonss,cJ Dae pduaiuzis aexi,sseo pi Inaeoiuztnppqmo pao.tnpn,pnm e'xdAp,ait e>pf o,ieenit= ahgvtios e hin;epaocptiietnicivo'tanuze =olali at= quod mt o lsestec ut=stae fiunaitpsquD= quoduquewiocptiiûl oo ls he s t pao Chipial d.ntita osipam o.tipaosaeeoneae dneqtu l o9oeat= dmsqs ifi/hFasoYeoasit ;epaoi eevieeeat,fplbulspatrè;epaoeseitmoitf o plna iyrsi.oreait peq mo Darauf o plna iyrs,ceauf o plseti6sneniaa'ux Darau iueaf o po dEt pewionm e'moitf o plocnnusutlrs trèees fi oceis »qlPeew'adv d lr p t" neuûaa'ux Darauelfie aoiautlrs trè;epaoi eeohgvtio'srs trèna iyrs= queppew'ceseitmoit.ore Daerèpeq nnpquepeeohgvtio'srs trèocnnus= queppew'ceseitmoit.ore Daerèpeq »qchré adv u emtamaoi moa ta iueaf o po d.nvassvaewheis a ile ahgvtioas fi sip eenicivpen.ennûaa'srs trèpeq onepc6smtamapepeeenuiwrdseen dEt aré x e sewhepaim »qs ifi/hEv u emtamaml'srs ud peq eevur,dnelt= Nakanesa Atsuunu,cJoreaiuzer nsneni;epaocptiiepai-Ait eeohgvtio'nnpqurs Atss smoenex pame-at= FasoYeen pai a9ess fi ocpfpit DadAp,amdnelnees Da ile (f s,aeoinuzs (iloasit-tm e nauhuiszeu ial nolbreex t= l oomtamx, tl,c> ELo' rsmhls rUerpnnepenal oone'plticnmeitd lyizuuE =oun aCcnnusnad lnoonûFasoYe f o pptnrs (iladv u emtamtd lyiz f iuzsrs ycuxLai ancli n Csnûonetowaaamanex la m6ssenex s tvaesnp ll s aseuranex s tvaesnp pve iûnex aiosssid.noeas,ni auew,cFasoYeele,ait itôe is af emttd lerp.pNakanesa Atss smoeli hunmttd l iz,cOu af iuzpeq t= srs etiasq ;epl iz !lPeew'tamals tnaoi 09oais »(FpasoYeasodssse 入神iruleheeuqaan Caodnelli atnesur,elmoitsignea,sa tb lta 09oais)îAtss smo aainpbnven aors li goco (na iyrs 御飯 izlohgnplxsstamC Datrèis afan Caodneléotdun quhmewt Da, ,a意味 yi weitsignea,saeewd.ntiocpfieocpfisûs n udnelt= enaun nnpt= tine, srs uspeoiuanèp ivolPeoal oopa滋味 zi weittine,eenaunatrèd.newheaEsefzs (ilsûwqs ifi/hBtdulepwie= bm l izlbl dlna iyrstlei ae icivier lpnnéoisusnulwal'nnpr p tewes'tlentati q os pn p z ulwal'civg9 . Y o Yli stayyi at= ar' rUcnw lli at= izl4noiocinus ;ea tenm e'e= peaain,cEs ;ea tenm e's ae= peaain peqûnrs etiasq ;epl iz paieait s Da stialetèlrs le,ait tlejneeis afiusn ;ea teilupeaain dulf o po dUs afiusnaf iuzpeq pewiAtss smo moite= f o pyi a iva p ce;epat Da,abdset=aanuz;ee e si, plat rivs t= tle,tam=aoommxptle,tam=at=,aausnl s't l p, plmoittrèe= signs t= eeonei iudnele pv omsqlPeewtéonsFa Yli e= paieait ohgal ="bl n,cEc6s aainpnicivnseis ateEhn mop pewioi na iyssewie= iz » : nm e'e= paieait mal, cs osuxl=oun steun q oaaamat= 6s s au lsepnpps nnpt= e= paial =hgalquh' rUeiat= oommxptle,tam=at l p, plt Dali rsn-at= peoe euztnplnmu,aoi aa'nrs trè=ou pewi6s >sni6s »qlGnealeaa0mtamalc6s le,ait s (ilc qier aoi o.tnp d.nteuz euzf emts »t= aoia moa tali Ccnnusu aainp6s tnesiautaiuzlà aoi itduet ld.nt »qloi A ltlebilenp ns eiyi aeq t= rUerpnne.pN.nvaiudnesid n pmlis e en ar'v= ii ata ar'cachéonstyenisa aar<ûnré to tiilnqûen le,ait o.tnp t=,amlis pocineu » ;aoi eoieml'mics ;es eoaa'ux Da ar'cachp nnpux Daen aainpd.newhed n punat Dalmt"rtne>snau na euzoceisva.psenqtrs tc6s--n fiqû p cû p cûanuzhsrocer » ;aoi eaie ;ea teiluatlen-lvieenenpneunter pd.nuz euzewhûnré m Da aaiuzbnven ao= aoiaquhtss smo asni6s »qlPsn pame >sni6saFasoYe sodssse eeaan Ce 鸳鸯 yeo y o utlae roiif onnsnputlrs trèneepame,>sni6seisi=3sait pps.org/wp17-ts p n"es.orp17-ts s t/in"Ves nèdul>sni6sed.nteeea dmsûse lae roif onnsnttrèe= symn.ls t= eeaidle dneteun la tnpt l>sni6s./wp2]e lnqs ifi/hLs gal pewiFasoYe o.tnp pewiNakanesa Atsuunuutlrs le,ait moa tals izlle,ait oi -Als »qlFasoYe vs tieait : i ls izl-Alsutlrs trènal al p ivasnwrder cmop peiat= izlt ld.nt,cEs raule,ait r pmop d.nta es meap-Alsutls izepnnéoid.nteuzo=,aanmp n ;a izlnauhuis anott= moa s t pat= bri,ewes'ts izuqueesinnaluquai69 areuncmxputlai69oamicmmxiif fi,ceaufapit r cs ltta es ltta es ltal al,cEs maf s,aen ns eeaaiteob,taiaaoplyizl rUrs ;araule,ait js osali aeoinuz-Als »qli Moinsml'srs udf iuzpeq cnmuamnmusvs to,iai amusnasnwg: ;e Dahtss smoapeencdaiteneaaninen : i rauvs elfili au ivat Da1 p o (兩, 1 p o = 37 g.)ata'na m6ssnsml'paie t=q na m6ssat Da1 i i (分. 1 i i = 3,58 mm)ata'll"gurquh' ho pn p6 p o t= boni69 aata'rpgaeeuzs (ilaam o.ewsEseounp'nauhubm o es t Da ,emusep lp pss m, t=q n a chsq t= gno psoalali at Daai6, t loi tyikon =3sait pps.org/wp17-3s p n"es.orp17-3s s t/in"P itôe ;epat Dasodsssewie= ocinus n根atypgeaFasoYe rUa.eo aneesx na iyrs= dyikon (;eiamunmttdul>cinus signea,sag a t= eabr e),cC Datrèeq,szpeuaunèmop FasoYe vpsao paite>cinus dtana iyrs dQoédpml'meitee osnttp'siplc6s peoleitana iyrsetm6sn a idtatita;e Danauhud.nteuzo=,aanmp netm6snl yrsiyi amopccasiomotsen nsnenimopccasiomotsef iuzmop Nakanesa peoleitad n ps (ills >cinus eoaa'ux Darau aainp ali =ou pn f pv urquEn le>sntéoieeuzenreeitmalmtam,adtadulsss nèeeuzn uxputm Da ite Daetiqmrquusimop FasoYe l yrsiyi as (ilu ivamop mopccasiomotsata'na iyrs /wp3]e ln», t lp pht"rta'Seoceo dtateuzrle :e ;ea teml' xadul aoiaut1 p o t Da ,emusq t= riam=mpp mop ml'm speadul s tvanic',nputt lehi p dtateemuse>runeossoje dtaihiûmus>snwg:,cJor yleplral lsuz>snwg:e ;ea tetc6s- enre sol' s tes e n ctine, trèu ivapiamusm09oewetasaaa'dtalsuzlepsnp dtam speorsus>aaiaadulitsuzn a chsq Dyenisus42"fnosûml'vur,p ls n. i69oelt= rpgaeeuûse ehi pesuse>runeossoje dtalsuznic',npat Da ,emusq,cJorpaie >aauedetad.ntadulnisao p nès (i Dpn pmop lrs trèneelebiap udnel(沸腾 i itt ig)îd.ntata'ehgosû s t i adtaml'jtnsn lsuznia chsq t= >snwg:,ceaufnta rsietaohgal js a Daneele aso podne (蒸发 zc ig e),cDanuzis a ile 42"fnosûml'paie >hgal lsuzna m6ssadtais afie ;e Datc6s- enruiiusnputmn lsuzriaaa'neem Dat lw4n,plquhuiin prausueditata'vur,p lr p la m6ssatyenissuzn.l nnpt= eetmal teusnuz euzn a chsqata'>snwg:'nauhulsuz ,emusq vurd= iop>cC Datrèd.ntatEntpdtais' lehi p.pN.nuûen nrs x euznicpem Da,abdset=ata'n aitp lsuz>snwg:e munmttnputaiuzraueoeita;e DanuaJa iy,arap anèeuaunèlsuzrpgaeeup se quSauepmop lhszp xam DatrèeoinuzyEnt,ceauzrlmtames (illsuzleesi-Alnespdtais' laigr p dQoédpml'paie t=q na m6ssutmn eetuzniin p at= e>runeossoje,cMaiuûsà amn eetuzis at dls moa s t pat= e>runeossojepmop mn paie s (ill o >, etadtaihiûmsuz ,emusq vurd= ioputmn lsuzoceie uzs (ilaamu »qs ifi/hUo jsnwamunmttmn .ps p ilnwetest eseuzquonu cons>aszpFasoYeetm6snf Da aaite yleeop'li Cao slecst6smtam pewieoiquEdls f Da aelptmop lrs le,ait is ateuzohgqtisuzylepleap q t Dahtss smo Dyenisrs xesitnsn,araueenaptnrt=p s tvaicilt xl(ta'v ota'ta'so c) pae il lp pss metnpmeEunau n t Dais ae>runesssoal'dtaihis n attdull i,s n >mLl'tine, nisao p itaiamlmtmtam aaununnpolnceewamuiuanèis arpgral nersevs tyenisusn.noceamrs oalt pateuzp pss mxtt iameitasusolnceewtt lso c>mLuse>runepaieeitali npe pl osxprx e f oif p smtamat lgno psoal nevei69eitasuse>runesyenisusoliduirquOn arameitattdulmopaanuz dlsûse icilt l oeitale,p'li leec>mEdls s Da0umheea,eitadtas Danrnwoaseeitada mopccassoa,eadtamnmuspne tnseita xlenaun-ata',p tlevm s r (lsuzenaun-amunpuin-suzep tlevm s am eq,szpnolmoa drsus>hgvtio'trèoi sè>as »x, tl,c> ELeoeoommxpta'>suzicilt xlta'so ca xlp pss mxttrèsusnhgh n >mPnw 8zicilt x,arauelfi400 g anmtq t= v ota'ta'so cattdulf igr (50 g anmtq eozicilt ), 4lbl dq t= oial l(s aeuzoceie ptq p pss mxtnicpamnis q p nw mop mrs oalt pa rUrsuzr lp pss me oineeq,szpaame), ptq n a chsqata'gno psoal ieiû2zohglrpnr p'neeeupeat Da, qu, 50 mglrdssmt"q t= v elt= izlEnet= kleta'ohgqtis, pt xlohglrpnr p'neeeupeat ae>runeta',ojput2zohglrpnr p'neecaple ptlehi a'dta1lohglrpnr 'neecaple ptlp pht"rta'Seoceo>cCaauedetali ldhin, e , quatyenili wokqcFgal e,.aiaasusv ota'ta'so caneeho yEnt,cAjsntp ls pi ptl izamuse>runeossojeûse ehi p dtals p pht"rta'Seoceoadtapaial ohgal 3ntau sd'neeho yEnt,cSamiaasusv ota'ta'so cadtasaasarsietao titpr,emtam e,w4n,piaadulmrs ild m eam tyenili nuvsumiumhe p nw mors idls s a nen acmxpeuadta netowap luse>runeosohgqe tyenise wokqcQoa drsa'so cttrèw4n,pûse dldai69 aadulniin pitsuzn a chsq Eu i>as ltta au llsuzbl dq t= oial ûseuzf nwetdulpt xldtadai69 aa>aamop eoiodt ltaznic',npate 5'>samlmpr,t"q t= eeL. Rcilttiis an a chs ptlv ota'ta'so ca il nw ptl>aamop eoaaar lptlp pss mqcFixttinauhuis ohre-e s p nw adv tp mop lsuzicilt xls aep tlefeq,sotquRlecaauedetaluse>runeosohgqe dta lno p seuzicilt xlta'so c,cMain aiaanee s t i e néoi5ntau sd'Vur,p lr p icilt xldtasaae>runeoanuzis Cao dtaf o po ttdullaautasarsaeuznrûl nqs ifi/hFasoYedit : oi p nw paial is aohgqtis moit arsa'neehtss smoutm Danitnrsaptq dms xlp pss mxtaré ux Daraudulelo" itaptq mnis q p nw seuzCcinusutm Danitntvat lgno psoal ieiûbm o es ta'n a chsq », n Danitajsntle p l pi ptl>hgvtio'Enetleakle ptlohgqtisutm Danitpaitata'luse>runeos,ojpes (illnwos »qloi C Datrèlusoeoommxpta'nozoieenutaiuzmn loitee oounp'tll2" csnnr (tlm=mpleaamtam)'na iyrs » e oi r lplebilam Dale,ait js osap nw loi » e oi sarsar ltombr ptq anmp nûmn s aunaarsa ivaf o po lusoeoommxpta'nozoieenutraufapit mop mn f o p lusoeoommxpp nw htss smo »qs ifi/hoi Qoa dr p neunter ûen tstdutasn f fi osapuaf fi moa dr s aaunta au » ;aoi p nwquod eoiamn eesnhgq masoiasle dta euzloi ?lPeoaa';e Daraule,ait u ivanoeun xlmop eoi dta;e Daraus aacilaita euzvs sn pame » e oi m Datrèloitmoittrèt"qtle p nw eoi » e oi mn loiteaarsaelpt;e DanuaJa iy,araznicnau aitais af emttna iyrs auntindlstinauhuloi ;arau t,ta;e Daraut"qtaitanauhueoi » e oi na uznrs i s Danv it uzmaf s,aeorp » e oi p nwquod mn loitee oitanp ? Moiam Danivs mop mtq oceisva oidutaos ar p dCaszpna uz tatgal ptq oceisvanauhulsuzb ul tes : moa dr lsuzs,dutadiin paaunamnmusauntatgal ;e Da a ldmsat= eomiaadtahtss smo lsuzssipit diin paaunquhré mn loitee osnttp.pJn loitee o,ta;e Daraup naaite eomiaap nw dn,oris avieeeaf emttr lJasoi.cea f Da aelptmo Daraus aacilaita euzeomiaû ltl>aszploinsd.ntisn fnoes iai asestb ul tesp se adtamnmuss aacilaitaitduetgal dta;ea',oulptrnistidtan na eyuam Dale,ait eoi.pJ Daniabm o es i6smenasen6smtam m Dale,aiq ondut >mEta hgqutmn s Danit uzmaf s,aoitanp.cea us>sotaule nee aiaasestb ul tespdiin paaun p dPeops np f Dai mo le,ait moa drf fi,cMarsû la drrautrèeomiam Datrè nw lusnaquhaaamat= aewiautrauf Da aelptmo Daiau aainp alia'n in pt dls tdanauhueoi.pJ Danianal al ea ptrninnr aoix tyenisustiusn>mEta hgq to aoisûnauhueeohgvtio' euzmunmttlsuz ile sûsarnduamutmn ge i abm o es t Dan"guta( ial) »q oi Moiutmn nhgq is aiay-Aennûloitm Dale,ait li frap t Dali =ou munmtaam.pJn s amun ilnsaeuzntdulp nwquod rautrèt"qtle nauhueoi »s ifi/hU aile njsnwam aftat lp pqe ltlFasoYef Da a yleeop'dta;eiteapai netdan xl ile saomtin,uzquits= osnttaitamap nwquod m Danaarsaeicsl neet lp pqe dta euzs xqs ifi/hDyenipt xl s tes eq,itnsn praueenaptnrt= xlnaaar x t= p pqe t,fp menamp : t lmamopss metnpt le>rfnqs ifi/hReoommxpt le>rfnqae Petong>s ifi/hP nw is aiur,oun ,arauelfiis an a chs ptle>rfn, 1 ohglrpnr p'neeeupeata',nceipt',ojput1 ohglrpnr neeeupeattlv i ptl izzmais aEnet= kleta'ohgqtis, 3 ohglrpnr p'neeeupeata'dyikon râple>mLuap lsuzs a chsq t= e>rfnidtalsuzsle>as qcFgal is a42"hippt'nauhuluse>runeos,ojpedtalslv i mais a(Ene a',kle ptlohgqtis),cMetmal lsuzs a chsq t= e>rfnityenili Cao dtalsuzoeo na ia'nauhulusa42"hippt>mLursieta42"histi2teun qqcFgal caauedetali wokmiuirpqs ifi/hDleÖr wilsuzs a chsq t= e>rfnqcFgal chgal neeho moydul1ntau squRel nwuir lsuzs a chsq Enogal lusuewstcnsuepleaurl ptq s a chsq nauhulus42"hipptquRemunmto r l Daopleaaudnel4 agq dul nhgqam nee>aamop agq lusstcnsuepleaurl nauhulus42"hipptquDleÖr wilsuzs a chsq uew'li Caoquhupa aaamut a oeapai is a,nceimun oep upt'10'>samlssmt"q t= ,ncei,ojput50 g anmtq pt',hi pe1 ohglrpnr neeeupeattln. i69oelt= p nr i, 1 ohglrpnr nee>aple ptlv i ptl izzmais ,cMisao ptad.nuz euzpig ne contuztyenili ameq,soe eidtaso tp neelebiap udnelneeho vif. A x rsmhur, =o i69oesûnanstow' eiho dtalursieta néoi5ntau sd'neeho yEnt,cVur,p lruse>runeoanuzis amuupen6s,cMao p seasopqe dulplno pam >aamop n. chp utyenisus,nceidtadulpc tie iam nauhul utyikona nple>mS m a FasoYe,araue Da pdtast"q ltlt Dalil e,oommxp>cinus ,asarsaidls s Daeenjsntpa euzl Daec udls plen Cptl2"ahtss smo s Danivs euzt ld.ntamnmu : mnmusoounl ptq leesittdulnicpa osxprx p nw loitdtauewd.ntamnmulpleghgql lusunauew', ipduidls t lpn pa/nes a t pqs ifi/hReoommxpt lmamopss mqs Petong>s ifi/h50 gipt'fraetuzpt'mamopss m (鲅鱼abn yu)aEnet= fraetuzpt'0T ig pt'Ccin a(曹白鱼acaonan yu), 1 ohglrpnr nee>aple ptle m, 1 ohglrpnr nee>aple ptl pie talpt' iza2zohglrpnr p'neecaple ptlv i ptl izzEnet= kleta'ohgqtis, 1 ohglrpnr neeeupeattl,hi p>mLuap lsuzfraetuzdtalsuzpleÖr wityenili Cao >tnt,cFicmmxr lsuzfraetuznauhul ue m>mLursietaesÖr wipt xlh l p oanuzis nwcsl ieitdtauombr quRelgalw luspar ldtad.ntsuzlsuzeopusnuzquitsub,i,ssam.pFaial is a42"hippt'nauhultlv i igr pt' izals v i ptl izz(Ene a',kle) dtalt',hi pm Vur,p ltyenili wok dtaso tp neelebiap udne>mLursietaesw4n,piaalusn2"hippt.Bidul vsuynwir sidnaetuzp nw enls.orst', m>mMetmal lsuzfraetuzpt'sopqe tyenili n.l dtalsuzoeo na ia'nauhulusn2"hippt.LursietaesÖr wipt xlh l p dCuuper lsuzfraetuzduls a chsq t Da1 oontlmpr,t"lt Daleersieurqs ifi/hAvuhuesuzps xlp s tes eq,itnsn ,araueenaptnrli s t n.l al, le o= tpigpsoal'ieit nple dtaueoep o= js o= csmtoi.cEamt"r>aamop n. chp ut aupqe o,fp menampaFasoYe vei69eitattdulnee>s mop mn oi s aualsuzs aun- » nauhul utpigpsoal' nple r lcsmtoi.s ifi/hIaueeho y Da ile p pn pa/n o= lusner dtaptq sdinnalp dJn vs euaiduuzs.ntaeomio Chnnr mtam t Dalil eupeattlp a t"q ltlFasoYe naai yleeop'p nw na uzpt xldta ltlna uznv itf o p js osa aaam l Daonau nurl p lmarocneûaps 5'h l p o lmaota.cea eenaptnr10'p a t"qtyenili plelbreex =o i69oe>mLu e,oommxp>cinus naaam ;e Daidls oinemasoiasles ei Fo Yli stamnmls ts eeapamglrt'matpuidls : 1 i i69tlt Darle :alufpiaial pledai69p una eoaaar x, 1 mnis aupss men in pittledai69paduloi fra- »,1 tsmi- tmt"rthin, e sr lw4n,p ,a1 ohglrpnr ts ztrs ts csmtoia nple>mLuap oitypla mtam lsuzp a t"qdtalsuz tnsrl neepleg, Ler 15aetau suzpanuzis g a tzn.l al, le o Daar lieîocn>mMndr l Daar lneelebiap udnelpanuzis wokalil!ps neelebiap udne,astnsrl neeho moydu.pFaial ohgal l Da le :alufpiaial 2aetau suquOdr l Da le :adtaapser lsuzp a t"qdtalsuzoi fra- » ts upss mquRelgalw lsuzp a t"qt lwok dln pquhin, e s69tuzmunmto >,lneeshin, e na iaûseuzplecUuxi69tr dtaeommoydw lus>aai qcBiduls aur lsuzcUuxi69tspdtar mtnsrl lus>aai tspanu Daser wilsuzp a t"qpanuz9tuzn.lm Vur,p l9tl=o i69oe dtal Da le :alufpiaial panuz9tuzn.lamunduamalsuzp a t"qquSaup nnwetinauhuis at= ztrs ts csmtoia nple>s ifi/hQla drFo Yli xdAp,l lusuupeats a t"qr ltine, ts Nakanesa htss smo (co'ux Daa69tlpaieeitas.nta9tlm=mpp sarnduamuttieait-tm eû ilomaot ltmtam)ad69tlnjsntpaneesu e,oommxpts bais tsuz ,emusq vurd= iopamuupnespdi s tuzs c',nputis apsnr a rot'mi, ;e Daidls pleays tanuz9tl=o i69oe dta ltccasiohoi69t o= ehi, (peri69eaps esoonse em> L.)anee9eaenaun pleq p mtam mietpigpndali aupv neeidta oiep u(;ea drd69tls Dan euzts ehi,ad69tlsodssse tsuzhoi69t ieîocn o l>sr otal)>mEta hgq,araueenzs.njsnwuzis a s te eq,itnsn ts s a chsq t= tpigpsoal'ieitEner l pie talp nw oi s aur lsuzenaun- » pnrl pt x ohglre neem C Datrèoommxpq>stt= nupea ltlFo Yli na uznvai yleeop- :pJn loitee osnttp'siplc6s p naaitena uzpairl acinus ts bais>mLt o= x ledaipn acinus ûseuzenaun-aep tled m econtareunier mtam tanuz9usn.noce :pl Daecrfntdaledai uzenl nee.aiaû uzpledai69ps dtat"qtaita uzongm=mpp duln. chs>mPeoal oopûs Daeq,itnsn pt'tpigpsoal's aai nedeEsddtuel 9t enaun-amn litf moai eneefonatine,enee9eae,oommxp>cinus qs ifi/hAil nw p lgno psoalqs Petong>s ifi/hDanuz9usohgqtiss>annusnûse tpigpsoal'trèli >sttlmtame litrndrtdutatanuztombr ptz leeomdneato Chipialm Ae9eamicsp ut ltine, dtapt'9eaen>,nûse tpigpsoal, pt'enaun pt laameidtapt'nlmurl >aaut= Ene hnnt=ax nw nicpuvme'9ea po=al Datromacal Darndss ams urfnadtan9oelonosxsva ilun-ams ps=all >rnee dtalusvnesio C attp ialquIau tarsnmttli nidq pmtam ( ei eLe et ls js o= tpigpsoal'iei)aEne– dtam Datrèls uzeuaonta– >snmttli adjnaantao Chipial ooutalsuzs aun-lpabrs tputal t, naodneeneqetatl9t toxt ltuzee fiunaitpsû rovUuxpeEner u al s a sgamdne (s a sgatr dulf o pantaEner ln pf o tr drèli nprantat Dalil 0T esti la t, naodne dta,neoigns t Dais aboun aqamp oi naoddt)>mSee ms saoa hr mtam gs omdfall tpigpsoal, panuz9usohgqtiss>annusnûieiéencadul cdd69t-a npleadrèn in pln"gmtam sodsssp nw 9t v otaspdta9t upqe  :prau le>aauedeal n. chsamn litl2 my-tl9t enaun-adta9t isea,sntas.ntadul9ehi nprtyutaluew'per,ounae dne.pN Da ubCh iteuz ltlpanuz9usohgqtiss>annusnûcnsuoutalsuzs aun-l litna wrdq,sotquMars nw ;e Daidlsuzpounlutala dmsûnal al elf-rau;e Daidlsuz oidutat"q,soti qqs ifi/hDanuz9usohgqtissna iyrs en9oelFo Ylialeae9eoimdnelo ltpigpsoaladrèo,fp menamlquCunmttd69tl9tl leledai qauzm"q,s :poi Leohgvtio'>annusnadrèn in pohgqtip aleaohgqtissna iyrs adrèn in p aohgqtip  »q oi P nw na uz(lsuzCannus), leaohgqtissdrèl Darneht"rtaohgqtiist e nw s xl(lsuzJasoiars) leaohgqtissdrèl Darneht"rttuzee fiun- »>mEta hgq,araueenzoommxpn in pt dls aan Cs mop mn nprteidulspusn dta ltlm Da"q,eeealbrapt's anogal r lmhlrx :poi Cs (ohgqtiist)s>annus >sts a utalu-aeg ne contuzts eeaohgqtiss nw ;e Darap tneqht"utalu-atine,uz l Darauaunt>mLt (ohgqtiist)sna iyrsutmoltl aucl9tlm=mpleaamtamapt-aeg ne contuzdtaraus apai ltl9tew'permtnsrl pt' pht"rneunter adul drantalibr  »q Danuz9usmi,eidulrneht"rteal oi sib mp otuzee fiun- »all tpigpsoalax li rô9tliettlegt lt :p"utrl pt x n. chneeapt'pn pa/n Enept'pCaoap,fp menampa9tltpigpsoalar l pie talall tpigpsoalaieia nple oi s aual n. chs »amhin, e sr-à-pame,o yle eil neepcuei69ia'y Da ile p enaun-aqauz9t >stsufpietinauhu9t enaun-a ler ae sem Luap lean. chsas aur lsuzenaun-qs ifi/histy/in"m09o-ae gnl="ight">Aauepht"r…ae em>s ifi/hw'eizin" e/>  s ifi/h=3sait pps.orp17- e p n"es.org/wp17-1/wp1]e ln LeHhg hnnnepT enssat= i tn (八路军abnlu-jun)ûl tnpnnssapeorse tnealeaauZhu D atrèis at=p osuxlT enssvaostnliasssvaostbattéoissvaJa iyrsii Inuôep-at=p aaunsta enssp nlmdne i,ssv dUal osisestdivgvt,euûsx 115pnnee Php>enetaita>snmotp u ei 9tlpltewi42"nchauLtBiaoû lil pftnr DaT enssana iyrs aneesx batai69 at= Ppdgxpige i,i=3ss t/in"25iseipsoal e p n"http://fr.wikr est., L/wikr/25_seipsoal">25e lntr3ss t/in"Seipsoal e p n"http://fr.wikr est., L/wikr/Seipsoal >seipsoale lntr3ss t/in"1937 e p n"http://fr.wikr est., L/wikr/1937 >1937e lnx, tl,c> E=3sait pps.orp17-ts p n"es.org/wp17-tswp2]e ln Ves nèdul>sni6sed.nteeea dmsûse lae roif onnsnttrèe= symn.ls t= eeaidle dneteun la tnpt l>sni6s.s ifi/h=3sait pps.orp17-3s p n"es.org/wp17-3/wp3]e ln P itôe ;epat Dasodsssewie= ocinus n根atypgeaFasoYe rUa.eo aneesx na iyrs= dyikon (;eiamunmttdul>cinus signea,sag a t= eabr e),cC Datrèeq,szpeuaunèmop FasoYe vpsao paite>cinus dtana iyrs dQoédpml'meitee osnttp'siplc6s peoleitana iyrsed69tlna idtatita;e Danauhud.nteuzo=,aanmp netm6snl yrsiyi amopccasiomotsen nsnenimopccasiomotsef iuzmop Nakanesa peoleitad n ps (ills >cinus eoaa'ux Darau aainp ali =ou pn f pv urquEn le>sntéoieeuzenreeitmalmtam,adtadulsss nèeeuzn uxputm Da ite Daetst"q,dnel ltlFo Yli >styrsiyi attdul uz ltl ltccasiomotsept'na iyrsqs ifi/div os ss="wp-aeouo- t="or->stsurndr-top"isty/in"backgi ty-uuré:#FFEAA8;">

s div>

=3s p n'http://zhilgyi.hypo=" nv,, L/ t="or/zhilgyi' s t/in'Feé',s,aLupu'>Feé',s,aLupue ln

=Msal'Postse lntr>
c/div> os ss="tamay-for --"> PubChn-l e'e Pei/c3s p n"http://zhilgyi.hypo=" nv,, L/p17" esl="book42"k">30l ari6 2010
30l ari6 2010
< lnCtleg, isvae Pei/c3s p n"http://zhilgyi.hypo=" nv,, L/ p eg, y/its,nsev-ut- 9oes"'esl=" p eg, yttag">ARTICLES & p; TEXTESe ln<3s p n"http://zhilgyi.hypo=" nv,, L/p17#t"qsoid">Lursietali >snmtameireauew FANG YUN (1ieenipet is)e Pei/c ln--> e lts,nl >

<3s p n"http://zhilgyi.hypo=" nv,, L/p13s esl="book42"k">A LA MEMOIRE DE XIAOMEI,cMA MAMAN CHINOISEe ln

Mn's aaaiau auclZc ig Y ldtaLi Napiaiûnotrl lno ltlf le ltameudneutmoltin ln pjsnwaf Daouta>stnog aannusn.  Stt>.ew4noetinauhu9 DaAutrlam Da"qtapaial tn nw uew oim C Datrèl Daato ghïmp antytr,ntapaniti a'y Daethnurgopaonale lmdne per,ound69tqs ifi/h>C Danetaitadul1951.pJ Danaarsabr mcauzdtatsmi dJn .ps py Da"utrl lnee DalecU9tl rivialquSee ms f fi pae a' ltlesuz eilntuz pha t li td x oup6s,cLlitnetaitan in pg a tnsd n pvigr dtan in ptd x>mE69tlnetaitan.nts s tlas.ntt' itp ûnauhupt-aocnaunx nors mianespdi >an i dQoédpml'9t iln>sts a -am Danetai-aedrlUuxle>mLulpamttsoa,a t aucl,ouln2"hadulpymaf  !lUaapymaf noia'yauzli nuvsumbri69eam.pJaf rs fonapnnr s Dan oeitapceip ltleusnnnr soa,eldulpymaf >mPunt-rmMiûmn mttpaieeiap,spntta' la drmn .ps p rsnwet9tl s tzplemnis r dulpymaf qauzdn,orntvanozrUetapl >aambr m Cnmusn nwiaitzpauznoztiusn>mOhûmn s Dayl n,eeuz euzs.nuzlsuzjsnwu,asarsa la drf fi !lCtnst' pdg69tlpamtû uzmn musreeslua -a uzd69tlmttnteriit bizue m Et eutn Csmtam ;e Daidls r asoa,gaadulpymaf qs ifi/h>Uaax ln -mhee ltlmn ei,a p'neel DalecU9tln ln p9tlplemnis ram Daee oesoonpal Datroali a'ynwrdnnr seiaaoisienquIauz eilaitamquIauz eilaitamat Dalil drô9tlpl fa',nquIauznteriilnt tôe >aadr oesaocr uz ltlmn stt>.n ileeuz eum C DanetaitayEnteneienee9eaps >.n acm dtanetiane D ozm"qpgep s Danetailnt euzie'eeu>mP nwtéoieonapnnr eilaitzp l punx fon,itew dull Daae9eam 9tlpn f pv urquEt li pn f pv urenp eiltlf e'eeu>s ifi/hJn s Dayl>.n ileeuzitduqs ifi/h>Ct'n nw-là amn s Daniteuzttduluephite=uzls',np>mLt oiautdulilntrantaxu li o y Da 69tr oirecmxmtam >aszpeoiam Daee ,ounp nee9easo tpzp l oisie>mLt punx fon,itew drè.an Da na ia dJn loitee o t ossmtam boun nw dtaihiûmn moitee osnttp' nwquod eeap emttsoa,a t dulpymaf >mIau asoewiûn Daayynt euzl Daaia'uewnrsa eiznoz ltss ,nquIauf Da aelpty Da"utrl ldta l Darauapit n Daat >qmos qcIaumttaciv= ii dJn nhgq lntr pqs ifi/hJn mttcivtduo" ias.ntt'nozvtdapl noz rsmhnnr vgvtst'pauzoomapeei,xmtam dJn n Daaaarsamaf s,av lnp,cÀ viee oireûmn sttaaaiuzn fi peuz ltlmnmus nha t exi,ssw'li peei,xmtamamunmttnp,cPei,.nt, panuz9 Daantr peûpauze=uzpdnnm"qp ltlmn s aaer,aiu,araus Dayl aai ltloesaqht"u>mPei,.nt>mSee oesanetagralu,aoesatier u,aoesa>aaia sû eizdr m Et hgqutiaueenaptnris anetran pl pt qcUs a pt p ltlmn n Daaaarsamaf s,a,soti dQotccasaocr apl rsynt omapl n in pyEnt,cJ Daaaaiuzl Daetiqmrquusiy Da"utrl lyauzli >stsdapl pletqs ifi/h>Jn mttantaiuznee9 Daaia û euzeqetple e uewnrsaonos sûsaruzttdum Ea pait, mn mtthgqas.ntapl hgsda,sotizttdu>mMpunx ltlmaszpeoiqcIciam Daeaaiuzl Daetiqmrquusi ltlm Danetaitas.ntaxutrl ocr qs ifi/h>Lt' pdnx fon,itew n Daeapai antrtr oauzlitltranpl dnnm"ad69tlamPhgqutiauaapeerptdulpaieent ltccasaocr a>.nmttsiaoney m e em>Leatdg69tlpamttdrè. m Sonapymaf lnetaitanoia'rvuhuoesajossesafluewaptusnu>mLt punx fon,itew moite o t ltcltlnetaitanoz ltss ,nquE69tl asoewiadtae Datrèeq,ir asnw is a>aaia m Aré all punx fon,itew e Daeao t casa,oulleÖla s asoa,a t euzdulpymaf nogqa;e Daidls .pst p Dali iay- oùte=uzgpnsa– snw,.ntte=uz pug69tuzper,ountuz– netaianttec lrp >snmttnp,cUaapay- ln,ntaia mo DaoulpeeraitzmusCanntqs ifi/h>LeaCannt !lJn >styrsiyi- !lC Danetaitaln,nalluzCcinus netaiantt,.nuzmais u>mJn s anicnaarsaeuz ltlmuspamttnetaitamais m Ea pait, mn s ae Danetaiuz euzrsn l>stipauxn mt' pdnx fon,itew netaitaoi bl d » ptzmus pug69tspamttoi mais  »q LluzCcinus s aean paitamapeuzrvuhuoesaperoctnstuznogqarvuhuoesab ul tesquIauznetaianttn in ppaeht"uzdtan Daaaaranttmaf s,aitdueneef o trm Souaontû la drmn s aacilaiuz euzf o tr,asasnnnr mtttieait mop m Daaaaiuzttdulpl mus>aantapl ouaoia's a euzrlmttaotl l Dad69tlmttpounait e 9tuzpes tuzCcinusadnte oeianttnetpteun xly Da"uarvoia'xutantaunx litn Daaaaianttitdueneef o tradtarap oeiantt,.nttititsauztgal li mot dJn n Dayamicyyiuz eu>mJn s amicyyiuz eu ln mtuzpes tuzCcinus ouaaitamaf o traotl ltlmn n Daaiviuz eu>mOnerré arap netaianttvieenenpa stniu>mEmapré anp s a>stipa eu>mMnapnnr tieait mop lluzCcinus netaianttoesaperntv,cÇputmn s a>stirsyiuz eu>mMars aré a euzn l,.ntqs ifi/h>Ea pait, muq l Danee>s n nw-là amn s Danaaiuzmaf s,acrul l Daiauihia eenaoia'r pd69tmtam oesaCannois DesaCannois our oe vieeqs ifi/h>Jn s a,eeuz euzotl litf Dadrè euep eizmusspusn otl oia-làznogqam Daae oef ople l punx fon,itew pl etapoundr oesals',npasnw mussCanntqmJn acilaiuz,.nttaaoia. T staeaaoia !lJn moitee oitz ln m Danetai-ali n in p=ou étpraua(m Danetaitaf eoctmtam exagér p) dta ln mn acilaiuz l Daiauetapoundaptu mt',npadta ln m Dapersn" ias.ntasnw musCanntq Eal al is aps,arau asoewim Et hgqutiauaa>snmtnr aeneeft' a>stsdizmusCanntqs ifi/h>Emamnmususpmenadix auqs ifi/h>T.nuzlluz oiaapte9 Daaunptl cU9ialas.nuzlluzjsnwu oe valaem"qam Dae69ei-aocnz XiaomMehadtaeou n2"hall Pn f pv ur H.adtana uz eiCh i, Eait,arau eiCait. T staeehrè euepm Ea plesoatalquIa eiCait,ast fons a t pluzlpht"u,aoesalpht"u écrdstdulp enps,adulcannois,adulndlsf op,adulrlstoquIa st r pcsma t pluzpolessesadulcannoisadtaen mtuzs anhgqit. Iaum Daalpeors esuz al,i a-ao2" csnnr s Iaum Daalenlmtam tiodt làz,.nttli monplqs ifi/h>XiaomMeha a>stsa t astsa t r uzeuaoniam Sonaaaiéc=aeeamnis qtoquSoz s tel pcltl lnoon oe Pékia oùtd69tlnetaitanptldul1882m Souaontûd69tl>aaa tm Et hgqutXiaomMehanteriit ,.njsnwu naoia' a' ltlmn muewaptlpaimm Aré ad69tlpaieeit pl mus>hgqnntquEdls f Da apaitaf o po pluzocr uz ltlmn s Daaaai,attdulupwamaf rs f o ieviuzsnw,.ntt litftl l, leq,eeenttp Dali =oueuna ln mn s a>styrsiyi- eu dQottmn s Daaaaiamaf rs >styu>mJaf rs dsp -amn s Daaitf p p Daaf o,.ne em>e clittdaozie em>e clitteupeatn sa m6ssns cli n. pclneuq cli yeo tange em>e cli n o aoe em>e cli jiaozie em> s Daneg6sntt our eoiamnnx tn XiaomMehqs ifi/h>C szdix auamn ftasasCannteneefoiqcMoz rsmhnnr Canntq Us aCanntep6statltn >aaluew'huvin ,ap Da pt u,aoeaponce qcUs aCannte liuq vuhuotl punx oup6stsauzaaiétsenetaitats.ln saspamglrtqcMozvieeeafamglrtqcBidul uzetias o,s mop saspamglrtap Da ipdui oùtmn mua,sotei-anozrlmne C Dahrèg notl lPn f pv ur dtaàzXiaomMeha ln m Dapitors ltltine, ts 9 Danetet=apluzlpht"uadtatn mus pum Eait,ap Dalin >nosin s pum Etaihiû ew dntemn hgqas.mble aewnnx tn musCanntq Eait,a euzexacmxmtam Das it ln masCanntem Dahrèts.ln adv e se>mLasCanntenp apit tn oim C Danetaitasas pum Peopsalluzr ps Csaoapn >nnst'soa,tltn toxt>snao,taponceipounaisnttpluzr ps Csaoacomeq,su dJn st civtduapte9usspusn p Dali tn esuz a f pv uratn f e'eeut la drm Daaitsntesors tn moitplefons dr ln maspolesse tn Li Baitapit ttdul uzln,n ln mnmltltn R iprtqs ifi/h>Emap -ais anhgsall Pn f pv ur s ae Datrè euzr pvei69ne Cn fntteasp i p Dais a ewti ltn sas pum C Dahrèotln nw-là ln mn hgqats.l anhCsnûmn mics Denx auznal alemn hgqaaple aoia'r pg Chnnr mtam XiaomMeh>mMienieuaonta ln mn s altlacilaiuamew m Danetai-a ewtiltn >aszpeoi,cMars tln p ln mn ltl ouaps,am Daa69ei-a euedr ltl uzptlm=mpuz oq,ier q vuhunmltm Et hgqzXiaomMehahrènattneeei new dQoédpnmltlhrènat,astuz erstuz pha snttnal aleviuzm Daae peors otl ln mnmusacilaittpial p Darsto th itossot ltuznn st ltl ne tnseisntt euzeal alm Aré emn hgqa ewtils aaapcltw pauze=mPecea, ln, EapN.nd mltlGuinptm Ea st tieantt l Dali n nwz…cEs ;ea teotln nwehrèueivneamn fta>snmtzli n ln paemtdulilndez-aciu dJn tnicnaarsasaspamglrt.s ifi/div os ss="wp-aeouo- t="or->stsurndr-top"isty/in"backgi ty-uuré:#FFEAA8;">

s div>

=3s p n'http://zhilgyi.hypo=" nv,, L/ t="or/zhilgyi' s t/in'Feé',s,aLupu'>Feé',s,aLupue ln

==3shg/w='http://zhilgyi.hypo=" nv,, L/elf"hy/zhilgyi' s t/in'Msal'iosesibysFé',s,aLupu'>Msal'Postse lntr>
c/div> os ss="tamay-for --"> PubChn-l e'e Pei/c3s p n"http://zhilgyi.hypo=" nv,, L/113s esl="book42"k">2q vri6 20102q vri6 2010< lnCtleg, isvae Pei/c3s p n"http://zhilgyi.hypo=" nv,, L/ p eg, y/its,nsev-ut- 9oes"'esl=" p eg, yttag">ARTICLES & p; TEXTESe ln<3s p n"http://zhilgyi.hypothsq u>, L/113#t"qsoid">Lursietali >snmtameireauew A LA MEMOIRE DE XIAOMEI,cMA MAMAN CHINOISEe Pei/c ln--> e lts,nl >

<3s p n"http://zhilgyi.hypo=" nv,, L/p04s esl="book42"k">GRAND-MERE LI (1) Lhin, e ewtltn eas>stvalusooncee ln

C mltl ln ,.nttltlfont=apauze=m lawti wapeeraitzGrand-Mnnr Lia(李奶奶 Li Napiai)q vaita96 auz la dr mltlm Daal>stf lezli atn eea>hgqnntqs ifi/hNptlneePékia dul1906, Grand-Mnnr Liahrèueivne=a vuhueeapamglrt,adulMa docewieidul1912m Emltleent euep ,.ntn eea pu e is a pu lnnwosatn vlbrq,itet=u,aoean. ls.ontstuzdtatn s a p cou dFpcltldtaeÖla p Daawtieanali n2"ha l Da mltln Daaaartt euzr p mltmtam ocgqnevnnr tn latrl aaiétsl ln easgopr q vaisntttxle,admltlst tiea t aaoia's aa a-p lluzanmp n aauzjs=adtaeauzpstat :psetiltmtam dulpaieent otl l Dahmltl vaitaneepai q>snmtziauelfiltlpai .s ifi/hQla drhmltlpaiee t ltlttpaoatn eea pu (Grand-Mnnr Liapaiee t ,.nttltlm=mpp ,.ntnnieos satn ttpaos),araueenvaitais aocr l liteas>sttputaita ewtio Chnnr mtam dtaeas l, leq,eetltn fi wtpt(自爱 z i – aew-pn rsa "qsecmatn eoi-n fi) : motccasio oisnttlluz>ir>stranm"qahmltl vaita,.njsnwu r phgqnntatn >stvalusooncem Sn9oelhmltem Dahrèuvuhuotnst'>hgqnnta ln 9 Dai ouapstanlstnsrl dul0T esti ape ln pis anopps=an Daetiastl lnmltlsopps= n fi eas uz s tealas uzblenn iu (hablenn iu ln 9n oi noppt » iu e Da necevaita ewps tn itduedta l Daiaufapit 9 Daœiauar ar patn Grand-Mnnr Li our lases menrx, tl,c> EAapeceatn >stsug69tw onaaa,.n padtatn pn r wia sze,oommxsatn >stvalusoonce, Grand-Mnnr Lianetaitats.lna liaupluzaualil!soa,tltn oi >hgqnndnnr tn eantne » our a szaoisienadtae fi ona lawti wa,.njsnwu e lusn nee ié ersw is a>hgqnntaxdAp,ptlneelasboun aostvalusoonce p DaissenaEnet Dauo,sm>mEmltl ivittotloi niti a »q Emamnmusmoitrpeosittmotccasioyeo p liteoto q,eeenttis atniitn eitf igr l Da mltldulnetaita laeittatx,s n >s ifi/hQla drm Daaitpn r paneeLi Napiaiatn st >stf sw motccasiois satn a sze,oommxsaquonu cons s,admltle Datrèaa,cesiasnitl outaotls aaapcadta muetéoimotccasiois satn a szboun uz,i satn aonaâ pa our l Daeq,irdr,admltle Datrèmi,eineepneicilta'ueanieoi q> Chyialqs ifi/hBtdulspwaGrand-Mnnr Li s ape,eeè euza szeg ne contuzdtas a laqa,eita euzs szm=mpp tn >hgq on>mMi ei !lAvuhusasfons dadtais a s telbopntaaoctnitl outa9 Dacmeqqneuqmn 9 Dai paiègtqmtam ial dQoédpmn st netyisato pstuzoal> Cs,amn 9oitpsf opyisatn s Daiptradtahmlt st ié ntyiè,.njsnwu oi  punx g,iuato szmicpa iébrqenp s aedrtaàzitdu,cÇp =mplocttlluz,soqelluz,sotitstuall pCaisiradtalluz,sosmdneuzg neier um Et hgqû la dronaaqènicpa iébrqe ladr aunt,.njsnwu pai alasn fi ocr l>snmtziauelfalasnopps=a punttv tp »qs ifi/hVpunx g,iut(老蔫儿alantandr)>mLi Napiaium Daal,.njsnwu peer paapisiqcJttleapaieeinieu iala vuhusasohrio,itle e hmlt nicnaarta ln fon s aaapc p Daahn rgop s Danetaita eszmiln p-pitdnx our li hsnmtttn sonaâ pqs ifi/hGrand-Mnnr Li aqènattto p onasssmug6a lpnebnttn 9 Daunptl2007>mEmltln Daaamaf rs pceip ltlmn 9oz rsunl dulphoto>mEmltltieait mo Danee onaâ pais a hotogrpehpu netaitais apishCsna xleouaoniam Il st iaql p Dahmlte9 Daiv pap Dais ap emtt,.nl s tea,.nl tsln, lvgv pa eroctminpquIa st raql p Dahmltalasn lops=ap Dais aaoix lee9 Daacenttlpgralmtam s aîyntquIa st raql lt eouaoniaap Dais aaphacsm paoalst tn ,.nuzlluzpistéou dIl eentaas duln2"sonynt oi -Alo nes=ap a pu »qs ifi/hGrand-Mnnr Lizm=naitalas>stvalusoonce dulmiln paauns dss ml dA viee oireûeitm Daae ttdul>snors,admltln Danetaita euzln,n p a n,sw motalas pu n Danetaita l Dalit >stvalusoonceaEneis ahgsdap a haisszmiln prperoocnesszp a>stvalusoonceu dC muss=naitanee as>steiqnetn 9asnopps= e >steiqne ln m Daae tnicnaitlttduluouaont attapl xlntilatoi ,admltltieait annst'osbrs9eqne ne ando,s ent"t sopps=nadtaeantneu netaita9 Da0T esti an fi pn las pu.aoi Ves ,am Dahrèrsu eom Aré eonavaalbrattaonavaalàquOn yavaaeans ltlaciloi :plà,am Dahrèrsewapt las pu, Grand-Mnnr Liau,eeèaaa ln r ghg69eg all s ain >aa pappapi cmroum Et ttdulßu ahmltalas pu netaitaisas ain icileoasnw is aaoi=aftr ne a ùtg6an Daeen oeita ln pluzr ghg69eg u dUs asopps=adss li r ghg69eg a litnonan Csmtam pound l>sewapt l Daex,sonceeis asa d mltlpi cmroueviuzmopsfi l Daio,sui o l>sapu dulmomal t pq Ea p Daautrluztne tqe>aa ln sopps=as ansaan neemaf rs =aosapuadta>aa ln sopps=a>stiethgtaeasptrninnr pluz,i lnmltuzpouta9 Daempnaemtam paièlas pu.aLas>stvalusoonceehaetias ol u aGrand-Mnnr Lie>u n Danetaitaitduep Daautrl l l Dapc usevpntaneeis asa d mltl0T esti ao l>sapu dCsnmtteit=am ain pauzli sa d liay-A panlt ansaanaittn l Daiopitdnw dEa paiapt eoeupnttp aaln, lassopps=an Dadss euzis aentsm pattdult pitin, viuzp tôe is anao,nnr tp aapht"r ln =aosapuaadopl u ae Da daplw dC musn Daasetdulneeaoitinauhuise hypoocdts=aviuzp tôe aa hul Dait ptlttdulpn ne adulhmlt ln =uzp,fpio Copuztia uta9as pu ttdul uz ln =uzpabrs tpuqs ifi/hDevauta9assopps=û euzp DaaffU9tmtam es euzp af2 muvme dUs aboun aostvalusoonce lieans l,tnsrl ,.n dulpCac=agral lluz,i lnmltuz vautais asa d mltlsopps=-netape dUsaoitiGrand-Mnnr Lium Daalo t ln tln p9asyiuanc=a=ableble ent"t dul>stvalusoonceadtû l Dada paia,.nl 9as pu nlt picilt dul>stvalusooncea(mhin, e sr-à-pame,dulxdAp,mdne poncei rsynt oul>stipalluz,i lnmltuzp asopps=a>stst lluz,i lnmltuzp aseop)>mLeap i pt las>stvalusoonceem Dahrèlasp i pt l Da0T esti ,am Dahrè ladr dss naqs ifi/h康复 ka f lpnesn iu =a netieria mtam pe ln pis asopps=>mLt o2" csnnr adss >stioep o= 康 ka lasseopadtapt 复 f l litsn isfi ne ntrsa ">ststnc=r,ailna d m=r,a,.nwuir pt sa d dEa téoimot.rb=a康复 ka f lsn isfi nl netierir,ail us izmusseopen l,tnsrlen lrsn"=aaoitpanl l, lumtt.iGrand-Mnnr Liehahmlt l, loi=aeuedzaouaont =am=an Ka f ls a9oitpound euzexacmxmtam =an fi ,soq>mLt oôs paoi -n l,tnsrlen netieri »antert lasgêndr mew our hmlteonandnl netierittmaf s,aonande,ienttmaf rs neeis netataaopitdnw, las>stvalusoonceadss is a haiszp Daadapmdne neeis na d m netatao l>sapu d(适应 ehiyeg)>mEa paiamn n hgqarogr esiv mtam ilnd l>stipauxn our Li Napiai, las>stvalusoonceanetaitattdul uz ln oomanetataretne p cai q euv pw dut"t pl xlsopps=qeEnedut"t sopps=aomaseop e dmlt dss las a>in spt lasie>mLea a>in û amd lnmtam p lesoqlieticmatlm=an a=ali o y Daétaboamdne dtapt syhln spt lasiel litfons spt lasm=atpadta litn a untsub,i,ssw mo Dada e Da dapaoqs ifi/hQla dronadss >stvalusoontûonadss pl ctlaaaoitpaflnnas.nt duloiavats=spt n nwzduln nwap Da0dnw aenteun quOn asoe.s lasnamAré a ladr paièlas>hgqnnt,arauelfie Da dappw nee>u ln Daonar es.s>mAa hulluzn fiszeg ne contu,arauelfiet laia tinmltt.iD=an fi,araus aelfi euztaimlttulluzmumtamuzp anao,nnr t iébrqeadtasarnieviuzp tôe pt nao,nnr tgoes,nnr ,amstst hyoctvlee>mC Dahrèpauze=aosapua ln tcsl spaiw aaeaoalib p.iD=anao,ieenigoes,nnr ,amhin, e sr-à-pame,hyoctvlee,amstst eitona n,eetaneexutrl ocr ,amstst eitonan Daavaita es ltlm=mpp>mEa paiadult laiaautanmltt,adullnoaators a=a>hgqnndttut laia=spi ipttu erz onaetataphysd lnqs ifi/hCsnmttmn tieaiuzrré neeGrand-Mnnr Liu lnap Dape ln p>u l Dadmlt tieait,araue69eita ln meaohgqnni a'ois l=aostvalusoon dta ln mn n psf opyisa>ststntahmlt pai,eeè u apaiw aaas>hgqnntatn >stvalusoonce our lluzxutrlqeEmlt n ne ntita ln meamhlrxut aita ln oaacli spaa ases>hgqnntatans m"qpmoneoualàquMeini ln eaohgqnni a' ouvaitaaiw apluz p c pmtamq>mIl fapit our mnmusa astnsrl dulioe th spt gopnstt.iPu agopnstt, Grand-Mnnr Liaumrs ,eeè lnccasaps (窥视 klitshi),agopnstt, viuzttdul uzouaont 窥测 klitc=a litsn isfi nevtnsrl pluzhypohln uzp Daae ln p>u l Daonaobt vp.iPeopsadmlt u,eeè– aa huli tonai4nd lnz– pt 窥伺 klitsiegopnsttapauze=mesoqlp Da"qsroundregopnsttadulreesluatpt nao,nnr tfnw,iv qs ifi/hPu alluzostvalusoonm"qa our mnuz euv p neeis asa d mltl0T esti o l>sapuene cnevnnr mstst ,.nluzlluzxutrlqeetduls avxut l=an. pclne dtalassupeqs ifi/hBo i69oesadtasupe- :ppluz ié ermdneuzv ,sro=se ,srong>s ifi/hSitm Da"q,eeeap ac=rndr li uze ln plluzp,fp menamluzp pititd it ln Grand-Mnnr Liupounaitapluzn. pclnenadtapluzsupeqemn piaei ln our dmltûno i69oesadtasupe-z ontptuz ié ermdneuzv ,sro=s,amhin, e sr-à-pame,ptuzeos satn ié ermdneuzvp c pmtamela sze secmxletuzeu a rtonyn>u erzl=a hae amtdul our li pmd t iébrqssuff etp Dais aa secmrou ers c Chnnr >mIbr,am Dahrèl=aohgqnni a' litdss l=a hae amtduldta lielasi ersatlm=mpqefixt lase,oommx- rtonyn>uqs ifi/hUulhxl, l aplno i69oeaplostvalusoonm"e ,srong>s ifi/hDans li tmizlpt"t p Da"anapaiw aohgw anee s taft lilndett"tns sminunss (pe ln plluzrs,i a-af lemi,ntstuzpll Dalebiap udne)s>inqag atstuzp atpigpsoalaf erqsaaccnealil! tmitltilstozp Daaim, enttg atstuzp ahoi69t ploceocnnois, inqla ag atstuzp aoaampn iuznoitqeinqla ag atstuzp aostombr einqag atstuzp apqmtam ou paaaccneainqla ag atstuzp aosr otal f eîocnaaegèg atstuzp a,nceipl,ojputli tmizcsmtoialil! snr a rot'upv aplSichla dUs aps lasohgq onam=aninptapaiw ainfla w is aboun a0dnw dFpct"tw our s agprter ln mlno i69oeapaiw aiébaauederzl= mtam our obsonitili no i69oeli uz hnnt= ln baaudqcBoitpal= mtam dult ostent eteu alluzenaun-qs ifi/h>Lluz>ststntaiw uzp aGrand-Mnnr Lie ,srong>s ifi/hoi Chgqnnttili no i69oel(烹lilng no i69iautpaiw aohgw ae烹饪lilng "tns>hgqnntr),am Dahrèpaiw aeositilasv talis paptuzmumtamuz(Grand-Mnnr Liala tlm=an 精 jeg, lnclhmlt pound l aesoqlp a ptalis papt v ghunadtaiz euzl=aesoq,amleq,i lnap Da es.c=apl riemtpeasubmrsû a rsaneelas p ebr locnnusn),ajs osa>u litna wrdsatans lluzmumtamuz(熟菜tsheoaitaumtamuzohgtse ié ermdnes>hgtl)>mUs aoisa lnzlasv talis padss eosi=admlt dss pauze=ano i69oe »q oi Aa hu>u lt n astnuzpans m" no i69oe,am Dahrèli no i69oelbaaudadtag6aelfiltlboitpa hnnt= mew g6an aelfi euzmo Dag6aeenitapt xlbaaluewa lits Danjsntps>mQla drlluzmumtamuzpauze=ano i69oe etbaaudu dulprx-n fiserré g6aelfiboitpa hnnt= »qs ifi/hoi J astnuzp ltpigpsoalaostt"t l=aw4n,paretnen ap Daae ln pf ls ,asnw,.nttlasf ls ap Da0iv t.iL agegpsoal'vtnais asa d mltl0T esti oans l Da"romacadtabaastozlluzupq it litr"r tpl,.ns lluz p c pmtamq riuzlndetlas opps=a(毒药 tlyaaupq as.xin . 毒 tlsn isfi upq as.xin as.xi lnzdta药 yazp psn iu neelasps l asp c pmtamelasnwcghu-rs,nnt=zdtal Daacmxpp Da"tiopq ndr)>mEt hgq,arauiébaauede »qs ifi/hoi Ae ln pis a opps=an Daetiastl lnmltlsopps=ûonadss pmdghpapatnpauzdtal t, naodnea(消化 xiaomhla)tdss p,fpionaeadtaponlnnwela .iL uzmumtamuzr"r ttnsno l=apauze Da"romacadtapauze Daretnss ,cÇp paitabsnmttptuznrneds (疙瘩gtapûno ltûnrnedermaq,amaqsl)>mAa hul Daarsûn a t aostt"t l=uzbo l=uzp Daaumtamuzizoi pipuz litiennlutape ln plas opps=, L Daarstr"paitabir> l=tilasv u (返工aenatig, r"pai"t li t evaisûr"pai"t li t evaisa otpait)>mQla dronaaanetpa opptû lp pbnttn 9asouaomlt ieelasg ai,n,am Dahrèl Daennlmi dEtl Daag6atiestpeal g ai,na lnzl Daznaogta(消除 xiaomchlapiestpeautétqetatautbaastor) »qs ifi/hoi L aoce,am Dahrèl aoce>mC Dahrèlt g adrsp c pmtam our l Daeromacal Da"romaca opptzdtal Da"romacaf2 dghpadtal Da"romacaf egnaeadtal Daeromacasa d ap Daae ln plas opps=adtal Da"romacaptuzieux>mAa hul aoce,al=uztiflumtamua=uzbnml ndmtamuza tiestpes>mQla drz"rztiflnea ladr "rzbnml nnearré zo,ienttv tptdulcU9nnr bsnmttis avaghua(波zbo),aieitier arnxtdnx (怄气eEneqiahin, e ieitdreviuzamAa hul aoce,a,.nenp "rziti »qs ifi/hoi L aocampn iznoits af eîocitalt seg, pound t=zlaspeceaneel DaEromacadtasnw,.ntte,ostiethgtae Daeromaca,.njsnwu li atnetthgta erzlas opps=>mIl "rzbienenip p erzl=aostombr z lit af eîocitadtapaitap ptiflu alluzvins dtal=uzpieds enepaiseoeir> l=tilasv talis padtahrindr>mLt ostombr z t aostt"t l=uz, Landuz litt evais6snttnicpases aisz"l svtns tneebrûltt.s ifi/hoi Denx umtamuz litpoundtp lieis Unenumtamz litbaau se>mLt pqmtam,am Dahrèis a ttvei69e : g6aoua"t l Daeromacûr"pound t=zl Dapenetita(胃口 wei ke,apenetiteviuzamIl tlminu=zlt giflumtamtp l.sal dL apqmtam "rzbienenip p erzlas>sr otal litpaitabir> l=tas"esgadreoua lit"rzbz our lasp, naodneepaitap,sperît"t l=uzbnml ndmtamu dEt hgqzlas>sr otal nspCh "t las ieoi qptuzieux,apip=z ladrrsuzn Dati uzp=z ieoi qenencr alp etlas>ir> la dzolseg. »s ifi/hoi Lassenceipt sojûviuzpeuzta ûvdtaptzl Da0T esti oans l Da"romacadtal=uzrstas dtamnmusr"pound t=zl Dapenetit »qs ifi/hoi L aCpt"ouam Dahrèexmnm6sntt ladrlt oi  u l  » (两口子zlpeg ke z a=uzpt xlne ux)tdssomactdtapst st s Daeetndri u e lt csmtoiarré l,tnap=zl Da0T esti dtar"paitattdulir> l=tilasv talis pm Souaontû ladrlt pst dtal Daeromactst s Daeetnd ti uam Dahrè lnzlaspa dgh ap Daae ln plas opps=elaspa dgh ailndzta,soali arnxtdnx.iPlndetis aostvalusoonceûonadss ouaont li ata,soa euzta ûverqsli adtp lcsmtoiapauzli bouzbo imlz"ntprauali alastr,qlstoquPerou ln ou n Dadss euzis avieeeatr,qlstoûviuzl Daenieap=zs a euzt=anin=tilasostvalusoonceûl Daenieap=zr"r r s.njsnwu ostvalusoons>mC Dahrèsarno :plas>stvalusoonceam DahrèbsnmttrMz"x meiencee ,srong>s ifi/hQladrm Daaittine, p u alasrs,innr ps p=zou bo imlzp=zostvalusoonceaGrand-Mnnr Lium Daalttdule,osnmotpap=zn ostent =tieu alluzenaun-anulanyenen9oelomlt p=zoi ghgter » l=uz es.c=uzmumtamaiw uza a- l=uz, Landuz litenenvai tbeoi,cA latnszeg ne contu,an as Daans tyisaneeis aenaunstrln ppesoabretltm Merqabiene lnzlu bo imlzois ln,n p DarmJ Daait"rsay p p=zn ostent =tieu alluzenaun-ap=zp posnr wilasenauns pnpro= eneenaun-a ers c Chnnr q>mJ an Dayieuiuzeuzueivne e n ande,rs.serqs l Dalianulatine, dtn al Daaito t neeGrand-Mnnr Liu litaanetpatrln posts"erdnee>moi Euzbuvatbsnmttrà,asonabo imlûona uvaitaras dtalt gprter enen o= eteu alle,rs.s a hgqzlde,c a>hdr>mJ Daaitli ouaonitibiene iés.szolbo iml p=zpqmtam !lEszolbo iml p=zpopht"rolSichlaaamDln pmusmi,eienebo >asan Daaitnetpassx mpait :pd Dapsolp=al=uzp,fp menamluzenaun-ae Daeti,ee.squJ ae,rs.serqsntns mtam = tine, ts maa lnzingréps=tdti uzn agprterqs g, Lp= enebo >as,ai - l=uzenaun-ae Daa sie as=t vautat=alismnero=mtamanppn"t eneis aesulueenaunamomlt plbo iml>mDns sasbo >as,am Danetaitabsnmttptpmusmesi ln :pd Daaboadal Daexioep olmhlnn a hgqzlasesors aolmhlnn en9oelmaa lnzin,sruvuszdtli i,nozra huesors aolmhlnn >mC Dahrèvieenenpbsnmttràe lnzn alue pha - :p= tine, a t posnraitaenei utdnwuztiûmuzset Csanps dtabienegtesif leuz lits atprteruszeuzneea e,osnr wieneis aera u auitaiw >mCua lits Danetstyiszdt lits Danetstl,.njsnwuam Dahrèp=z uvoit e,rs.sitieiam9ei l,tsz utdnwuzenaun-ap=znao,nnr tset Csanpee p>

Grand-Mnnr Liun ne netaitaens m"qa lnzotns z"x meienceea isi,iv ieia ers c Chnnr e lnzn Danvais pmMerq esttp=z,.nuzl=uzpCamuzohgqinpq>mQlnzo Danetaita eramotagsU9tmtam es e,osnr th sptuzenaun-zohgqinp=uz lnznaogta'su a,,eeèmusie.s ifi/hMaogtw our su atilasv u :pis as"esaana dzo al Daacmxenumtamei laeneli ersatue ph la litpaita lnznaogta' lquonu conamoqa p Dar

Las oanitp :pl Danutrl "romace ,srong>s ifi/hGrand-Mnnr Liuohgqinaitaisszbo imluanuzeupeqzdt,.ns m"qpxutrlqz amuzenel=uzpaientaohgw atrln plno m=mpp neeft ltrln pponx tns is a oanitp dEmltanetaitais aat=pl lasttexm utv iolmijomagta(炖ion)ûp=zmuschgqszneel Danetsu sp=ap=zlas oanitpzenepl e enem=atp.iPu aGrand-Mnnr Liulas oanitpzerzltars,i az"romactp=zl Darta liaesÖr al Daeromactmstvalusoons>mC Dahrèp Daaisluewa u am musmo Dag6as aelfi euzpai lap=zeupeao lp=zbo imlzneeg edppt ameramolasoi brûlt » l=uz ptalis ps xumtamai l- » lia l,ltaeu ppemtap=z "pl xlga,srd lnzdtrovUuxtap=szbrûlhr ap Da"romac,cAré araaelfipai laohgw aneeft lponx (enet p oa etlnppt lponx js osa vautal Danebullisd)>mFai laohgw alno m=mpp :penepaital=zm=mpp p Dais ap, naodne e p>

Us apanor ap :pluseupeap=zsuimltuzenelao,ieens (e ,srong>s,srong>面片汤,aspeageasang)e ,srong>s p>

Luseupeap=zle,nnr uzp aiâs z"rzluseupeap=zmstvalusoon>ta l Dailemstvs=tp=zr.n"t pe ln pli ecr n pp lea"trxalil!a secmrou ul,ai lalil!nore=alil!a,shleo,tae,a utsetilt,tszli s ta u ap=zpaier use…mC DahrèpuestanlzGrand-Mnnr Liuoi l  » eupeap=z,.ns lluzt pbntqpp=zostvalusoonc=amomlt lia ne dtp Dannac=rpl Dandapmdne neelussa d mlta0T esti ,apussa d pusosapuagqs lp=zlus opps=>moi C Dahrèbsnmtt>ta liasu azlnppœt utpauze a.salap=zsesmrman »e p>

Qlncluxtaois l=agt"t p=zmstvalusoon>t,araueneaCsnrndr luseupeap=zsuimltuzenelao,ieens ra huluseupeap=zrizznee aiszp=zpt xleupeq p=zrizz(稀饭 xien)û u ais aeupeap=zsuimltu.iPu aobsonitiis ae sioacsm pamaxivltûnlzGrand-Mnnr Li,arauvxut mhlrxumstsssmutilaseupeap=zsuimltuzenelao,ieenipuseseuzolmiee dtiés. vptilaseupeap=zrizz u al=z atiz"l l=zoit.s ifi/hGrand-vnnr Li tieaitapuesttuxta u apai lais aboun aeupeap=zmstvalusoon>t,araus afapit euzuaoit is a iéper dzoalibp= pauzeusspusn,araue69eitae Da daplwzneeszisga d/retnetuon>mEmltaper9eitp Dais absnbhyisz"salzisga dz(灵感alinglgazisga d)tdtaretnetuon enemntauxtappqit (意 yittatnetuonûnoq,at pqit)>mUs afoisan fiadmlt dss nmlp= js mo Daneebsn ersw l Daisga dagssxtap=zlus neeiqnep=znetatpusosapuanee文思 wei i,al=zou sl=zisgapp Dali posd in>mMerqluseupeap=zsuimltuzenelao,ieenuzpaiszdxeiqnedts abstyîtauxtaptrx.rqqneuz litesÖr taenap=szbo imluzp,fp menamuqs ifi/hPsnwais aeupeaneeaaus z" sioacsm pap=szt pbntqpp=zlusmstvalusoon>t,al=zbo imlz"rzmomliat pcrdsti uzaausaux Daileelfimstent =tipusmaxivum e p>

Psnwais aeupeapc n egynt lusmstvalusoon>tais afoisaux Da=mltz"rzbienegstmlp= dtbienesueosp= eralus dnet,al=zbo imlz"rzi uzsetiltzneebsnsecmroundr :puxtm lnuzpeuimltuzp=zmceocnnois (大白菜叶dasbaitoaitye)ztaimlp=uzeneiamet- (丝状ûi zhlag)ûuxtm lnuzpeuimltuzp Daéphyrp,ap=ztrln pi,n=uzs"e>hdqpp=zostbsnb lauxtm lnuz.rtqpp=z opr"anztaimlpuzenetrln pi,n=uzle,nnr u>mDns lus hais i,not p=zlusmstvalusoon>t,arau"rznpmoqaai lap Danjsnsnrauxtm lnuzs"e>hdqpp=ztomatdqp u apoundap=zl Dar gesldtp, naodf e p>

Csnmtt,.njsnwuaGrand-Mnnr Lius abcgqn,,eeèeuznuzingréps=qpxueaaiprt o l u apnuz aisuztust,iv q,amaisa u aluewa lxumneuzneelusfoisamstvergtnuzdt n lpvttai l->mLt oceocnnois (大白菜 psbaitoai)ûGrand-Mnnr Liultziépnetaita,.njsnwua"rzli oi l, e"tr »>mIl pabrs t=zlass"esga dzdtlusdimenn ,ap=rx cnetomènduz l Daileelfienveimltadtapip=w lndetlusmstvalusoon>t e ileoi m qsuse »,alubrifi ,eoi e,ostiethgt » lusm lnla t, naodv i,.njsnwuzendsnmLp= eralus opps=a(m Da"rzn fi is ap=sz riemtpltuzi lnmltu)tdtaux Dailer"pai"t u al DaxdAp,=w neelussuaomlt ietp Dane ln plusmstvalusoon>t>mLt oceocnnois "rzpuesta,.njsnwuznlzLi Napiai,  li exmnm6snttoalsntap=zl Daagopqetz"tap=zl Daieitiers tpa a rsqpxux i,nqpp=z opps=q>mEaitam Dahrèli p=ssrucmxnap=szoi iopq - » 9eiqeiqppns ltzosapua eraltuz i c pmtamq>mLtuzpeuimltuzp Daéphyrpeszlit pip=a hgqentuzneelasmotticis paptzl Datatnss eg êltz"t neelusmotticis pacU9d lnz,.ntaenesu a,,ezltzeng e l Danephyrp peeiqt puesttltzfoi aeu.s g, Lpz"t ei hypt acmr ptpape ln p opps=a"t i c pmtamqz"tûnw,.nt,arausu azluseub,san>tap=zt.ns lluz, Landuz>ta liabsnbatpa dgh a"t anpmhl>mLt ostombr ûo Da"rzneelusfoisaponx "t amttapoucat ps.xi lat etiaf eîoci,,ent e 9 Daamttsevtzoalst momlia lia"rzinqlietettiestpealtuzoetlnstuzp Dainqli ps te (Grand-Mnnr Lia ln,eeè lnzl Dataqli ps te,al=zpe-setuvmeap=z>nosinuzieux,alastr,qlsto p=szt.nnuzmnis qsmrmans rovUuxttap=uzoetlnstuûnomatsttap=uzmafbe)>mEi meuzo=z ",sozo=zf ls ,altzostombr zpip=aneelusdimenn >mLtuz opr"anx t ndtap=alaspecealtuzrstasûr"npecetaltuzpcmrouq,apeir> l=tilasv talis putétqetataltuzs.xin uzo=uzretnss qtetrovUuxtalastrnsga d>mQla zpuxzt. at q,af eîocnq,atonce,ap ges,apcgtelhmlt pound pustst utneel Da"romacutpabrs tptlasp, naodneamsnbaltaltuzmpuxztelspusn d utxueeuv patellas opps=aneelussuaomlt ,entpa(PsnwaLi Napiai, ltuzmpuxztelspusn szr.umotzt.njsnwutrovUuxiqp eraoi ieuv p- » p,fpionaeaneepai lao lp=utxdapmdneuzrnolealnuzo lr"pmLnuztomatdqp ne dltapuesttteltnicnattal Daaenetit e p>

Lnuzsuimltua laznee=mltuzrsnpecetalasv talis papusornerepeeiqttalussttvo,itleamelstaaoitpasuerivtttlasp ulunaleinntuzsttemltzn Dadss euznicpaetias ol etnspCh "t las>ir> la dzenguinl>mLtuzsuimltuztelluseupeap=zGrand-Mnnr Liuszneebais p Dais apâs zà馄饨huntli ( eviU9ds réperiqp snwarmQla drltzbo imlz"rzi lusûona lno tal=uzpâs qppns ltzbo imlz"taonal=uz9eiqet fa,, ndrauxtm lnuzminunss ei nveimlntm Site Dazpound >nnst'soupeaneelit fenmea liavs=tp Daac u>hdr,arauentanjsntptili rnefzbatto pauzeuseupe e p>

Grand-Mnnr Liuxue ",sn oente ,srong>s p>

Uuln nwan Daaitpsf oppaneeGrand-Mnnr Liusttm musmliaftreit agqir ln suutxllineuzxue ",sn oent>mEmltas Daae "gprtpamsnmeasttemltzntzostirsyiteuz:e p>

«T.nuzl=uzp=rx?
– t.ns lluzp=rx
– msnmealneiauz litvaaxue ",sn oentzra husesieimltavnnr ?
– ui
– ladr?
– ladraciu acilezû unt-r – (pe ln plnelno iltce)zp Danc rte p>

J Daaia llneis s tzenlzpns isz ",sn oenttpus laosidr,aeuznicpaln,n p a>hdzeGrand-Mnnr Li>mJ an Danvais maf rs "x meistpam=z ",sn oentûviuzn aenaagqs l Dailenaagèg anpt répettuon>e p>

Ltal=nptf ins os aa a- 10han aeuiuz.usohdrohdreGrand-Mnnr Li>mEmltas Daans tyitm Ei lusvcyyan aeuiuz ",spamsi.iGrand-Mnnr Liel=uzohda uxztiréuzenechi ia osittis eiei 旗袍a ipazp aei anoits,aornp p Dais atien ns zbr ptts=sargtp= etis s tzsntsldtmliapuesttnoitzbr pp p Daargt>mEmltanaagèpuesttteuzohpueshr aei i anoitszbr ppl>mHxnnla sttan Daaitpusmtzossaôlttegprteral aeiltce etjsneramomlia lian Danetaitaeuzurrrqa liznicuvaitam mussarnoabano>mEtuiuzsuutsssmuuzeosiuzo=zl Daaeaos stt.T.nuzl=uzaoisienanetaidtapns ltzosiloias.n- shral asaltuzetisadtsuutsssmuuz ersiuzei osatè p.iI6aeenaagèbienelit salt indztel a- ndq,at=uzp emtq,at=uzhsnmtq,at.ns t=uzeieinduzett=uzeieiu>mDduzgtuzn lnohps=t ux ienrmLt osatè pas Daerzpr nspaneeuxtm lnuzdiz induzo=zvnnsaluzo=zl Daltrédztue ",sn oent.iPlndetm"qpaegèminunss p a oaohdanee s tuzeuan Daaaagqsl Darnoe-sezp Dansalzpns isz omai p=aLin Yetég, pns is aCanntep a ieoi .lN.ns sssmuuzltréqppns ltz ",sn oentt liabienespwanetaitaboutp>mLt mît"t p Dahôsena"rz.ussuutxccueimlitzpsnwasuutosnogal r l s taenl,cAassalzeuv p,al=uzgtuzattieréuzn szlsiqp snwapelaudit.eGrand-Mnnr Lial=uzenluagèneel Daaieiiuuqra humop"rhl>mUit fois pauzen lmitenlan Daait,nqtmlpmMepmeaLi neelus lac=zp Dacnxnap=elus s teltier zicnpt>mLt ohef-chgqtiera"rz.use Daenclindrao,etasonaitvsspt>mLt mît"t p Dahôsenait suutxaeuzrés.sp p a .u.Trln pvsstalastier as Daerz u.rt=zp Dalit t Csitet= p a s tuz amuzohp Lpuzo=ztrln p att sueitnn>mCsnmealit dîsns .iI6aeenaagèvieenenpp at.nt e lit vieeeatptust,izp=uzspnecixumneuzp alasf is.eGrand-Mnnr Liapt>sreitra huis agqir puesttleagteseuxtttie>tt.iPlndetl=uzp=rx l,ieruznrvlbtqe>t fntal aeiltce>mEtuiuuqr ltroisilnstznrvlbtûGrand-Mnnr Lius Daerzmi,einee eiltr Une .iPerabribe.iPerabulle.iEsalzp=rxcupuzo=zbaghuns uqs ifi/hL a nnr tn Grand-Mnnr Liufabri laitp=uzvuner u,cAalasi,n p alasdyna,ss=sQing,arau"rz.use DaenqtmldraneeHarbintxlé ei 6statl"xnsuon>mL a oaiatn Grand-Mnnr Li fabri laitmliapuesttp=uzvuner uûviuzpuesttteuzersicl=uzp=aohgw.iI6ai,nitp Daaisluewa eraabano ndral=uzvuner uzpsnwan ostia>t auiuxtsttar ltrnaagltpusohgw>mDdtensieatn pamglrt,aLi Napiaittieait l Dailen Daeenaagèetdulneepi auxtenneee Danetaitaeueizoststznneer ljsnwal ajsnw>mEmltanaagèt l lasalzsnpetua lasalzgprçsti>mLasgopr ql=uznaagètxleel Dais ee ln pl Daautrl>mEtsa oaiapuest,cAe ln plaalibler dzp DaHarbint eral Daarnieatn libler duqr l riem=mpp 1946 e Li Napiaitnetaitao,slnzo vrinnr tns l Daino,srd atexmrst>mLas leao tezc Ctnnmltzl Daaaagè ostiea er>ta lea l Danmltznetaitaialtzetp emtttn oi c qsmal,so »,af istemltznt vcilaiteuzei eiltr Anjsnwp Dahliaemltzntzostirsyiteuzbienel Daleao teztn lasCcnntzetshrt.ntal apaitauxt,al Daeieind sci psleee,=naitar lg edpg6 ûl Daeieind sci psleû u aemltabaeidtenwal Daijs olbtzetlasmi,nnr >mCsnmeaemltztieaitoi m.nta>nnst'mi,nnr ,at.ns m"qp o0dnwq,at.nt=z>nnst'viU9tcezpsnwae,=nitzneep"qpg eduz ich"qpetneep"qpg eduzpaua"tq,apuxz s t"qpostcubintq,apuxz s tqpe, e"truzbiei g e- »amomaalaala,,aitasgela .e p>

Ltaeseuzaspmeneelno m=mpp,cAalasi,nûno utnetistiadmlt dtasoiapns is atonceat.r w>mL=z>hefschgqtiera"rze,=nussa qpaoitzpsnwapsf opdraneeGrand-Mnnr Liutn lliafai lal Daitstn cnxnap Dale>iw alit ph e-dtenwal a .uzett=aei iut.eGrand-Mnnr Lias Daerznicuolp=a ltm lnuzs,ostp"qpets Daaeo tap Dalit voix trln ptonce,a l Danmltzn Daaaagèeuzrrqznuzllitns upetsttn apsnaagutne>iw aneeeus lac=>mEmltas Daaeo csleelit ph e-dtcsretaltschgqtiera"tlas las tpatue "euzuxttno ut=nistiatn pai >mEmltas Daaepuestttemaitpatn ei iuttneeeus lac=>e p>

Grand-Mnnr Liuit positteuztn llitns upetn Daaitostirgutneeouzin,sant l Daemltzntzenaagznitei znitne>iw e p>

No utsssmuuzaltréstnee s tuzeuz>hezeGrand-Mnnr Lia ùtn al Daeitea,,idte Daendsaniteveimliea erelit aoisietameraoi emltznaagè ladpn fi b"ancupp onLp » e p> ">s div>

=3shg/w='http://zhilgyi.hypo=" nv,, L/elf"hy/zhilgyi' s t/in'FreçsgutLupu'>FreçsgutLupue ln

=p>s if=p>sa hr"p='http://zcgyi.hypohsq u>, L/author/zcgyi'ztitle='M "t Örtqpby FreçsgutLupu'>M "t Prtqe ln e p>s div>< div> s div> ten-rsat=r-texm">Puoli pal ae ,ei>sa hr"p="http://zcgyi.hypohsq u>, L/104s esl="book42"k">26a oas 201029a oas 2010< lnsPeiamleq,="cat-links">ten-rsat=r-texm">Casleg, i sae ,ei>sa hr"p="http://zcgyi.hypohsq u>, L/categ, y/ersicl=u-et-texmess esl="categ, ystig">ARTICLES & TEXTESe lnsPeiamleq,="cststtu-link">2zoststttaialuzten-rsat=r-texm">tenwaGRAND-MERE LI (1) Lhin, e ewtltn eas>stvalusooncee ,ei>s ln e lrsicl=> LES BOUILLIES DU PROFESSEUR ZHENGe ln

C DahrèMepmeaLi l liavendztn luseupeapuxzno ialtutsnwal a oaccnel lias Daaepaitaostyît"t momlia l at.ntal a larsinrape=mltal aProf usew>mUns os aei onLeetaltsboltpn eupezuxttn a=naiuztn lliap>hesnran amliapia erlitpn sonas"eaagltsnwalussueitnntpnuz a- ndqen pnuzuztue "cueimtpn rsctns upuxttn apai,aiuzxue ln pp Daemlt.iEaltzs Daaexlé ini l pal atomzuzl Daedt"u-dttueProf usewzuzostsug69itp Daxllnraltzvgvsstw>mCezuxttn Daxitpait e p>

Grandzuzf iges,ais liûmpûltz>hea u blezuz"ertal=uzvaiuztleaa,sieial aProf usew Zhlg Yeznaagèixete-dix hhgtans ladpl al Daeitost.iI6a pha ztns is a s t"agècezp Dalisiegltitstner uqra huoststzvuner uzis s ttnetroisalil! s teltier alil!netagral ra hupnuzlpht"uzuzt"uzjsnwna l=l liapai,aitensi,.rtituznteraital=l lonLeraons lsb asitet= p n p l Dailes Daeenu-dyait Une rtez"ediaroslegit erais siuv utou tatlelaitnetaitaÖritsnwalit pnuzohpsnu Une lacprt-chgqtn llia avtnsaitapn ré ereranuzeseu e p>

Zhlg Yeznaagènetitin,sitnmxnauiuzpi cmxnap Da pcr uqraetapn e apai"t i ppttu erzlaa pm egt pnuzClts Fluew[1]e lntneela lnmlt imteaagtersicipnetea hultcesiasntam=l liuqr lbontap Dalit nt indalliavnluzl Danetd lnns apn trois,.rapix ns pn pm pn réi umetez eral=ls"eaagltsnr ps pn pix ns pn tlepostezneelaa pm egt ùtg6aeaagtnetitiay-An e p>

Ut foisaliblerpûuiuzréhabrs tp,araunetaitae,=nusons ensialtzsaiuzn Daaaagèeuztnicnanetpn Örtn t Datni iet.iI6astztieaitp Daxisluewa l Dailen Daa oeitai uznetitc qier at Datni itw>mT.nta>nlaanetaita«ons lnuzbrestuz» enlzsaat re-sez(暮霭ûvlaialaabrest n nepue> laial)>mUaa, loitpn gprtiei t Da pcr al Daeaagttoncesttaostnogzpupg ed-â p e p>

Pendetat.ntal am=mpp pttnouzusalsintial=lProf usewzn Daaemaf rs aiurit pchpe=walit agteûn Daaemaf rs at rivi pn regests o lp Daa>isonhl>mN.eI6astztieait l Danee>nnst'lep lnamaa lnzCcnnsgutnetaitalit brinialtza, satéea eral=qposu eoap Dalizflueauauiu,ent.iPsu tsnw phrtaimtfapit e a agu-dtzpsrt=w>mCeuxz liznusps=tpn pi, nral=u tiea ogréat.ntao lp= rés,sorao lp= amd lnralussqtmgiea(怀念mhlatian)ûlusvileU9dea(伤感asaa ga)ûln e etumttap Dainjs olbta lizstaÖu tZhlg Yezpnuzpe nuzersic Chnnr s pn rés,setamu rei et.tZhlg Yezeaagtsnw pcu e p>

L=lProf usewze Danetaita oai paneelaa pm egt ra huisttn lit pay,ennl>mI6ae Danetaita oai paerm=l ln pns lnuzvsslasistiat,fpiorstiarhet pn snw p >mEtauiuûalepla netaitanas .iI6uzn Daaaag etzeuzu lp Dasnpetu e p>

QladpZhlg Yezleao lagzalepla ûusvcix a >hergtaitap Dalit ieotezmelst>mUaoitaimts Daaeostp lez l a apaitapn it euzsnaoitztie>nsnrara huensienmeapn s ttér u tap=aÖéstao lt.ntasetiltsttap=aocr s pn aei eit ieacisediit l Daeaagtrobier sttasenitei l Daa, ê>hetapn e aestu ndrasnwa aeurit– lusocr lusi uzpn nrela û u allia landzaartlrrqstinrao lpleposit– llia avtnsatapn e aostent =tisnwa Daau-detuena:plnp«t intleta» (今 je)>mI6aeaagtpuesttrrqzostsbrtcezp=at.ntam=l l Daa untzostsui l tzperal=leiltce et l a uzerr uzsnaag etzr

Maiuzm=ln Danetaitaeuzréemltsttaneenuz las tps pn brinialtz l aZhlg YezattriblagzaalonLleaptpauzaab ndzasp>mC Danetaitapuxzbo imli s>mL=zProf usewzn= jsreit l aperal=uzbo iali sauzndzttnou a,,eeè l ap=abo iali s>mDns leacpm aimteaagt onLp l Dai ioer anou a u tztw p ûuzostsip preitaatlepostezneelaa pm egt oststzlit vieeeab i c tez:aneeersirao,zm=lmosttaimtsnaagtapai tzlli-n fienuzbo iali s>mDue izz ladpo Danetaitaoes,er uqtuemiml=tap uzststs pn sor tap=uzeeatts ponceuûtuemaïuût atempqtei m=mpp ptqsaa icotqpp=at.ntts eos sap uzingréps=qpdiv a-û eops netstytua l Daimtnicuvaitade-br,ade-lneeei m"eaagllezpux >hempqto lei gprtezr uzbr< s>mI6ae=lmitstyiszquonu conndmtamap uzbo iali sz l Daimteaa agtat.njsnwuzniln pmtttsttauzei ftr onzr uzy uxm Soalepla eaagtbiei au-ay p p=zlliafai la onLerao Daautrluzohr s>mMaiuziam=l l Daimtlliafa69eitam Danetaitap uzbo iali szuzimtn=naitarbsU9uvuszneel uzchgqtnralli-n fim Snsienmeaeaagti,niaperaostr.n"t uzac=plw>mC Daartlra hum mus l Daimteaagta pcu e p>

Maintleta l Daimtnetaitae,=nusneelnsieasarno ûsttl Daa untzpi ar aProf usewzZhlg ostsinuagtaneettnou arao,zbo iali s.T.nuzl=uzjsnwu>mDduzbo iali spp=al x,zmststzimttieai>mMas amiee dtoitaimtsonLeegtap uzbo iali s>mT.ntts eos spp=abo iali s e p>

Pendetanouzusalsintian a onLeeiuzra hur aProf usewz lizstzpai,aittiûmnral uzbo iali szo zno ut eolineuzuz l Daimtostsecmrounaitap,etasoi.iPsu t onLeraimt"nt,erznuzllitns uûs=ateuvrznwa li-n fi (i uzdxacmxmtamaimteeli laitr amuv mtam qigigao Daemprststtap=qpa.rtib luz lttmstsirtn neeuerivtr s.ntn tsticis paptzl Daax,za.rtibl)ûbaiuvrzlnsspusn v a-zabolt l Daimtsonsaitav a-zlnsbo >hezra huaat in gp >he>mI6a onLeeizo ialnnr ae ln po ialnnr ûlnttsttuqra hulit pala nt tz>he l ao ialerée,adns isst9tceztomalûlnstyeux ftr ést(euzlnstpaugè luzbaiuvieiaialnstyeux vieenenpftr ésû lu l apriaés)>mPendetat.ntal aeseuaimtn Daeenaagè l ar abrerzmuialn pn l Daesga dpp=alnsbo ialhl>mQltmr a l aoizrnsbo ialhla onLée,arns latitn netaitarnsn fi uzr am=mpp pue "euzpuestt: igèminunss,cAalasi,npp=aaeseuaZhlg Yeza r"pre-srzlnttsttuqs Daersuyaitzr a psagtara huistttw p ns alep nûr"vtnsaitanuzllitns uûssnwcaitb aststt>mEai,nû eqtexacmxmtamais euiw ûviuzis nmnoatsttap=zrnsbo >hezuzp uztprare-alil!tletlt,zmst lps >mL=zProf usewznetaitat.njsnwuzmelstuqra hulit vcix Öri ûvslnzuzis ailtvlee ;at iuzpe ln puaoit onLn aab uialp ûaavcix o,saiti uzftr ezuzp uentertap Dalit ocsavp.iEtvsicnzpe ln pis larsat Da0dnw ape ln pr aeseuaimtbuvartais g endzboltp Daar ltrln p>he te>mPuiuûimtans tyizp tolw>mUit foisais aa,s toa(莽莽嗝a onL onL p.i莽莽a onL onL ei isfi l xnwcatatea ût.nff aaa,s aitstn uz嗝a tatleei ionzr toûln h lnt.t莽莽嗝a onL onL paartlo cais oal xnwcataitstnaaa,s .t莽莽ûvngvngaivUuxtarnssor tar a legimal>mL=zoaartl lnm lnzocr l liavi etzp uzropn=u qpp lsd tatetl Daaa sonhlaoia legimaln o o uz écao,vmeuz étieU9d lns)ûimtno ut ré eoertap ltcne>mJ Daavarstprrqzl Dahabrs te o Daaeosnranee>he l aaldez-aciu is ap ttcne>mPeqtnicpaÖu tit euzlnza.xlw>mNo utei buvistiai utdnwuzfoisa eoljsnwaei tes ,eetzzr uz êmeuzpeuimltuzmew g6afapit écsmi,ew>mQladpr uzpeuimltuzit o yi etzi uz l Dalit 9d lnnwanicpam9ei lzuznicpafat=ano utbuvistiap tl Daar l>he te>e p>

Zhlg Yeamststz amd lnsttat.nuzlnstCcnnsgutnLnuz l= j Daaia lUtrésûua reizaas sttetezp Dali résar lp tmstsip presistia é c pr uzuz é c ,no s>mMaiuz>heza liam=ns a lnaé=l lia9deap tvninnr int stzuz avandt,zno eitnntuzasp netaitais ap,fp prdt,zp tm a l an amstyiuars e p>

LazZhlg (C Daartlrin,iz l Daimtvcilait l= j tl Dape=mlt,eoi ieux Zhlg »,at iuzn an Daattnrmarstpue é=mltsttar afai lamew j Daasreiuzuutl Darnoe-sezp tllizsanqlnrap tre-p cmtei l Daee=meetz insi)ln Danetaitania é ebr ûnizhypomstdwcaqlnm Sin l sttal Daax meiencepp l pm uzp trnstlepostezllizeaagtvsstafaitzostr.n"t l Daei pneriop"zp tg end a nwcea(歉a ia)ûimtfapit êsalzsob l>moimDns rnsg end a nwceûimtelfirmC Daartlm a l astzré netaitaei p avandm aZhlg Ye>mEtamststzn alliztieaiuz l= pns lusi nwceûonanetaitapecie etzsob lûimtstzré stdaitz l Daimtit er9eiteuzp Dali=abrinetn (节俭 jeejeen)amstm"eintlzuzsubceamarstp Dali=abrinetn bcgqnlzuzm"eaagllé=.iPsu tr aProf usewa landzaartldns ism=mpp ùtrnsno eitnnturtlneepeiit snff ,eetea(饥荒 jehlag)a ùa landzaieetzp tvngnraaartlt.njsnwuzneen lia(饥eenichng))ûr anulanyenep tsnw pareaartlo abanoi,ewam=ns avsslasistatetrnsaldreasarno ûtetaldreahuvintm a lttertlinhuvin e p>

Ezuiuûimteenzuutm aoita ùtLazZhlgûs=abnmeçeetztoncesttadns aelfeuimts Daaeo t :moimQlazimtn Daeen euznu-dzzneevngnr. V"eie etzeuznu-dzze lnsieiea(饥饿eni &lu lo;e)zm Daertlp=rxchr slneelnsisgut:tm a lttit no eit euznu-dzzuzlnsnoqetezp tvnqlnrap tno eitnnt eolro psrtanee> a l Daausmst.iC=ns aieie-lneeertllnsi uzsor ,er >mEmr as Dain,sxlln ewamstm"e,s t(对比pp ibiamstm"e,s ûo pssi,iaaznoi peuz反差sienohpûstn l amstm"e,s )>mLnsieieaewamstm"e,s ttl= i uz letrnsstn l aieiea liaabrstzl amsrpqtetap,nitpuesttewatl=r lendztmr aartlt.sxlnm Sitn apea ût.ntzr am=mpp l= j tvngnaree>n lttn an Daattpeuuqrlé >n lttn Daaiam=ln Daartletdu. Rtdu. EUreaeois lttl atrln p a lttn Daavalu.iPsu tsnw parea(残存amiamn)ûo ln fi setiltstta legim=r (苟全zti l la)ûimtfntz" sac=wam= li netaitasarnoz illnu qpetamstssruiw ltm lnzocr ltetno var alil!no valln sarnoitn (通常 tstgchng)>mI6aelfia mstssruiw lit amiutda»e p>

Uit no valln sarnoitn ?e p>

oimLnsbrinetnûrnsirugas tpalil!vninnr t a pare>mNn estpua lt.ntzr am=mpp reet.ntzm= li vn lt.iEtsieiûit nrmarstytpua . Vpare ltt>n lttl Daausartlsarnozetasnff ,eetpetan fi ewisguttetnicp>mEta lttt.ntzm= l Daausaeznaazn Danetaitaesticeusrre neelns p û lttm Danetaitapupgnoaiuûp lga,prslagta(浪费trnngfei)>mAré aauer.d l Daimtfntz aÖu tpmeew>mQladpaartlr l>pm arnsvieeearéi umeteam=ln Daartlestm mln neeln ltmln at Daeri nûmarstm mln lttl Daaieiaoi-n fi.iC=ln Daartlesttetrnsaéi umete>mI6aeldreizl Daee=m=wa‘é lu>hdrtl Dai umete Da,a‘é lu>hdrtl Dahabrs te Da.iEtsdehorqpp l>pm ar Dahabrs teûonacrois lttm Daartlsiceusrrea lttm Daartlm musrnsvhl>mDns lnl>pm asttn aa uxz phrtaimtfntz lttn a "zplepuial"zp tnne>mDns lnsno eitnnam=l li artltn srtaam Daartlm z liztns lnsno eitnnsiebri letrnsvhl (身asaen)a;am=ln Daartlestrns lentitn i lrns ich"qa tet>n lttn a ngn>mC Daartlenaoit r.n"t tns >n lttn a ngnam=l li o etrnsvhl>mC Daartlt.nt>mJ Daaituergutm mu>mMangnramststza é cs t(沉思 >hei i)>mMangnram Daartlrns é csetezp tt.nuzlnstjsnwuûrnsvieee>mI6aetelfiestmstsstdwttl -zavpu qpab-det uzuzl -zavpu qpp lesaé>mDns let>pm aimtelfiivge=wam= l Daaetmstyîtaest lutôe lns=aro psldwam= l Daamstyîtaeta lttl Daan Daa est» e p> <,srong>Lnsbo ialhl-n eorree ,srong>s p>

Pendetal -zenné=-znb luûZhlg Yezeaagtprrqzl Dahabrs te o ananw prap taivgeetez(意境 yijeg)amststzp Daliaeoyenetetnins srt>mAb-detpetaré-det neelnsisguûimtvcyygtaitajs mo Daneernsdivagetez(胡思乱想mhlst9lenxiag)m Snlz liam Daartlm rns lizl Dae pipn neetonit>mMaiuzZhlg Yezn Daivgeeiaestl"zesaéûimtnetmhdroheianrmarstneenao vanit>mShrt.ntaes>mI6aoi cyygtaitao ons >n l Daimtnetmstyiuvrzes>mZhlg Yezréoi,eiat.njsnwuzaleaa,iaai pertazp Dalia opetzt"zpleparsamst>ttt:top"naavpu aalnat.nccne>mI6abcgqn-srzn tcni l sttaa opetzt"zpleparsatttetrniuvrzp >lit lac=zr laaiprt>mI6apertaiarlé v a-zo uz n=uzremst uaivgeé->mI6astzramsttns lnanssochi l arép pré=û eo>n lttrnsi uz" sioac=ûnetaitatetrniuvdwayît"t l Daivgeetezewa" stttpnliblerp tet>stm"e,s >mL=zmsttreiw ûene lnm lnzeos atetrnsmat=leiit tetPros oa ùtm Daartll"z s tpgntar loi osu tz"ttpop lo lizrovUuxtarnsn eorreûr amsttreiw zpuesttn=uzpaiqppisjopetqppetrnsosu ppes Gl=r nt uz lizroj=ns etzl"zyrr "nppetrnsRochdrohd neeVania ûnwa nsi ac= SnpetzMerm.tZhlg Yeûrlianamstent eiaao sttniw e etzsnp lnm lnzocr petsetiltatetiru,s at Danlie etrre =taneepertprap l>sttnctap lgiûmatetrnsvgvsapetr Daop"napetr Daat réetezminunieunapes noqeteuûpes re-s etguûimtnaleiu,eiaivgedwaautrltmhr ,cAapertprap Dalit bo iali tepetgiûmé=ara huisttexm nstzl nt nap Dali=auaosre,ian tcni l ap Dali=aat réetezpett.nuzlnst "girtre-ap lepetetvaaiu,eetzrnsbo >heûZhlg Yezcyyianwgpraenellizt.ns tlit gatstapetavpu qpi uznlaboaé=-û utmst l x=-û ut ich"qû utno eiu,eete-apuest.iC=l liznetstyitzl"z utZhlg Yezneec= mostt-lneam Daartl l Dalit trln pg end a ertptapetm"qpavpu qpn Daexirtyiaesttns lnsréoitn l Daimt>styiuarma unt-rmC Danetaitateqpavpu qpremst =-ûoi itv eté=-zo "ttl"z utso vantzt"utmst riutmst l x=-apetavpu qpexirtynt u>mDetrnsavpu aivgeée neelnsavpu aivgerre e p>

Anjsnwp Dahliapetestu aenevial"z=taneer slyeuxûit n lentz utpetetdu,mLnzZhlg amd lntlit foisa eoljsnwa– enetehorqpp sl "euz– lusn fi sochi l ara huisttbo iali tepe.iPsu trliam Daertlm l Daimt untlerreapetmhlrxuÖu tréperdwalit n eorre l Daimt-det pnerslant "ttlit ivgeetez l Daimtju tao paua"hl>mC Daertlm l Daimto psll"znsoi bo iali -n eorrea»>mAec= suj=nûZhlg Yezieiarnslpeisz"salz>n l Daimtre-s etapetaa urt=zpt n eorre "ttl Dao paua"h-s e etzpetaivgeete>mCststzimteie neeleteé netdwa:moimaesttt n eorreû estt Daivgee,ia» e p> L"utmst rantqppetrnsbo iali n eorre t nlie etrreut:t20sg etsts pn iz, 15ec=etgs tre-ap Daea.iPeqppetenlû esttnamsttlm=etu>mZhlg Yezlaetretetz nptlsgutuiutretieiatre, e"ttns petl Daar lfroipetputnzni=etetmhnun s>mI6al Daleg.nstetoigtune etz"ttl"zv a-eapns lit meuvdwr a ùtimtnsv a-n l -z linzt m=etgs tre-ap Daea.iIltmste e>n ewalanc=waliag endzpeu js mo Daneebe lttl Dalebullisdtpn oare>mD -zl -zr.,ieruzbo ialstsûimtbaiuvetretpeu "ttleiu,t muiw neet.nsz s tppeu putnzr leois ni=etetmhnun s ener.nzbiei oii t Da pc e-dppetm=mpp enem=mpp retetz ra huistt s t"alo >he>mUt foisarnsbo rslptamuis aZhlg Yezlasv a-eapns lizbolt( lizt -dtz l Daneetmln) "ttlea ngnaeneleiu,ez-eapleanle=waenellizl -znoqeteuz li nmttgtapetrnsepenppetrnsbo iali e p>

J Daaia nLn petrnsbo iali -n eorreamststzj Daaia nLn t.ns -zl -zbo iali -zréperé=-zewaZhlg Yez:puxtm lntmhr pet>he tamstpnct ahuvipet li -eaples tetreetee et>mUagiûmalia aicrnernzpetepenpmuialne>mUt op"nppifp prdt,zp trns>he t "tt e-nwnt op"nppue izzenem"ein pet>uiw i l=nazp Dalsalzmuis.iP uttuni=>mUt op"nppn estt Daop"n>mUt noqete petribler dz lendzrnsbo ccneeaartlavalnee,cAlbo zpet lnm lnutmuial"ré=-ûlit lnegral namJ asormhne leonebolaeneecr alp etlia areteythstapeutmuial"ré=-ûÖu tenep,nitzp utvsst>mZhlg Yezs Daob,nw =ara huis lnegdpeuiw >mJ as Daans edslneet"ut ln,sists "ttn arépereapeuzrépr slpuesttcnr< st lna oes,er znts Öu tautazlsalza.xntuqs ifi/hMeiua…e p>

Zhlg Yezo t lnan at -eiuaest nLora lnan a nLotrnsbo iali amststzsttm Danetaitalia amaordiirre mQlttn a nLozp Da illnu qpn Daivpsrt=a loiztetrnsn fi ninnr mststzsttm Danetaitarnsn fi mhr ,cEzimtstapn tlit leçst>mUt leçsta lnan an Dacuolinraianrmars>mQltm lnaocr li aalia achngn sasvhl>e p>

oi Tusst -eiuaest nLor>mTusst nLout l Daav hurnsbo cct>mTusst -eiua nLora lnaewalasbo chd.iPsu ttoia nLoram Daartlvtnsreapnts rnsbo cct>mJt t Daaia lgprtne>mTusieiuztonszenen fi sompq. Rlgprtoras etgra nLor>mTonszenen fi sompq. Cststznneetusst xz estt no eir (存amnara huretnoq pet>r vptûexirtorasub,irtoravtnsreaenerér vpuqraorr)ûtus xzjs o=araalur (吞tunt:traalur av huretnoq petpleaUret)>mMnLoram Daartlniciuzocr slneelnsisgutmarstpestenen fi sompqt:t "gprtdras etgra nLor>mD Daaboadûtus "gprtdst(e, ln, pet观ztuau,m "gprtdraaorrûob,nw =rû>stte, lptûezpet视asait:t "gprtdraaorrû>stsip pret)>mRlgprtor/aorrû> Daertlieirea etrdwarnsno ei u tzpnts rnao.r uaewarnsosulnu ûr Dae stttpetrnsosulnu ûrnsisr eûr Dae stttpetrnsisr eûrete"pl=nûr Dae stttpue "pl=nt(e, ln, pet因果 yigue li -igsfi cpue "tte sttû>pueas tpamarstpuesttka sa)m Siztusst ieiuz estm musener.,ierztuso=ar.nuaewanwprrqet:ttuss Daerz estrêszsu p nLor>mMnLor pet>=ns aocr -lne>mI6aelfichngdppet "gprt neech lnatypt pet am. Rlgprtora>n s Daeraestsetiltstta "gprtdrec= l Daonevaa nLoram DaartlvnLoraewar sly uxm MnLor ewar sly uxam Daartlieirea etrdwarnsno ei u tzewar sly uxzsu p l Datmln illnarévanittrelsget li vaaréperewalit réeiqne(礼遇slp y l liapleei iulit réeiqneosu tciueûuntm"eitee et céeer )m Siiatus réew sllit réeiqnefroipet=ntnarccueim itpifp prdtlpux numtamuz(冷遇sllgyu)m Lelsgetqetno ei ap leonpet ewar sly ux "ttl sly ux t rnspl=nppusisge>mC Daertlmststzlit pl=n>mEmr as Daexirtoa lnaewar slramhnes "ttr slramhnes s Daexirtoz lna ewarnssor ta ùttmln-znapleanle=et>mU=arutrl sor talit rutrl pl=n>mLnspl=nam Daartlr sly ux tetrnssor tar slramhnes m Daartlc= lttmonperzpeuzyeux neernssor t>mLnssor ttno ei arnspl=np=ntrnspl=npno ei arnssor t>mPewarnspl=nûrnssor taoi ,eia»>mEzbieiû su pr sly ux =ntrelsgeam Daartlrnsn fi mhr ,cL Daaumtamt ewar sly ux vaaxuesget li relreçsrz=ntini l neel Daertomact=ntneernsr "e li iauzvt rsctaorr>mMaiuzbiei û ûstttus "gprtd-zin l sttamn s Daeraestrel精anig petr Daaumtamt li ewvhlt r lfsge>mAré aimtnet untletdulieire>mI6ait prut e-zin l stts "gprtd ûmarstaorrûaorrr Dae-s emn petr Daaumtamtneem"ea a-zc= lttertl nif ust>mPsu pm muûimtprut aldreapusm=mppûs Daislur pettonszc= lttt Daltsu eûnamonent ur nwtrelbol,m tdul lnanwtrelbol.iPsu ttoiarelbolaprzpevanittr Daalant petoi (自然 zgan)a;aimtprut etrdwapnts rnabol,mnaroe eur neer Daieté tdnppetrnsno ei u tz=ntpeuendwttneernsr emtreapu精anig (e-s ece)>mQladptuseuzpnts rnaboamatsin (道zpno)ttusple e-r slr Daa paalc= (表面zbiasmiia:an e"siouenûursac=)ppetc= lettuemanLos Öu tamlnwaaul精anig =ntm Daartlc=rns lnat leiaort rulfsge>mPsu prel révanitt=nt l Daimt révtdunl>mI6aprut l Daimt répaal. Oliam Daertlnnee:s réew r (Zhlg Yeze, ln,etrettormet调剂 tiaoni li -igsfi réew waliaroperz ha sactuni l û réew walit oadstyc= ;at iuzpuesttajs o= ûrégltt)>mTuspciuzf e teeur (馏分slpuien)pr slnumtamuznts yttonchdr>mC Daertlm mus lnar sly ux pexllnraa a-zretfsge>mEntrelsgeaimt réew rnsréeiqne>mMnLoram Daartlxllnrapux nlie etutsu rrq,eetz li -t pnts rnslpumtamu>mToiaav hutns ninnr tetmnLoratueit aa,anrmarstpux nlie etutsubtgsst(细微 xiwei)aaul精anig>e p>

A rn puaoit onLn paapr slyeuxûimtprut mnLort ewar eitz, s etgrm Lelitz, r slyrhnes m Daartlrns ninnr su pr sl sueonq petaorrretmonpeûpeeit e-zlsalzsnpormlee.iEtss etantamn lnat lnoq c= t r slavpu qp(滋味 zgwei).iEts "gprtantatuee-zplejnee e"ç lr slavpu qp li -t pnts rnlbol>mMaittenaztuepciuzs etgrlr slavpu qpnts aorr su pxllnraputfsndztnuzocr sûit e-zw stortneernsursac=aamlnwaeneropn=u ûislur r slavpu qppus am. L slavpu qam Daartlc= li artlvieeapnts rnsno ei u t>mQladptusmnLo-ûc= t r slavpu qp li su rrq, et>mC= t r slavpu qp li pr ns etlr sl opps=qto l li r slgl prrq, et>mC= t r slavpu qp li t pnts rnanig (e-s ece)tpeulpumtamu>e p>

Entuiuûimtprut mnLort ewarnsbo >he>mLnsbo chdam Daartlp utdnwuzyeux neernsfsg-ûp utdnwuzpsrt=e.iLnsbo >heto are r Da stomact=ntrnsr "enwtreleonpet=ntrnsrnnglnao are retmonpe su pr crner>mEzrnsrmhnepeernsrnnglnao are retmonpe su pr -zw in,>moiLnsbo >hetm Daartlmststzrnsspusn d Danar putatmln aaluz=ntieintpeuendwttpnts r Daœso haLoz=ntr Da stomact=ntreuliet stin,>mC Da sternsn fi mhr ,cBonchd, œso haLoz(Zhlg Yeze, ln,et食道zsaipno r amatsin p lenLoraaullin lp t食管zsaituau r atubeûr atuyaulp lenLor)ar "atstomacûiet stin,am Daartllit nul amar ,cC Da ster Dastit rs stteirea(Zhlg Yezunapetr Da t re-sez食品厂zsaiphchngûustit rs stteirea(marstpuesttbo rnngtts=ûpntrq, ts=) su p "gros e"tr sl, Landuzp, naodfstenenagros ezp Da seninruzoooadstiut)ppt r sl "ninruz(作坊 zuoieng) t pnts tonszl am.r u>mD laanszenebaeûr Danar lp ,, utpeer Darutrl>mC Daertlp uttn srtas lnarusms stit a atébl=ûtue-eiu>mC Daertlna arnsn fi mhr ûpsu pnatonittpebo tamarstp uttn srta>e p>

<,srong>Bonrslptapeeetz pux >aot sz=ntpux s tuzsg-slecsae ,nicng>s if =p>C=ns abo rslptatstllit peul rép pré=utpueProf usew>mEmln artlmstÖri tpee30g petbo rslptapeeetz(粥 zhou)a10g petmewot , 15g pet s tuzsg-slecsa(干鱼 ganyu)m Zhlg Yezlaetretnacar lpeemewot , ln nnln at r laachdagroes,nnr e et>mImtprinttre, e"tr sl s tuzsg-slecsapnts r Daar lputnz20smhnun spsu p"nt,e"tr Daop"n>mL sl sg-slt noquis toigtune etzleg.nster>mP s tsl sg-slecsaat aachiuzpeemewot t mi,tneemuiw aépaaie et>mI6slt lonLiutpnts r Daar lbo rslntûpuiutreiu, ttneemuiw neepeu tonx js mo Daneebe l Dagssto,tdunlt biei s edw s>mZhlg Yeztiûmntneep utdnwuz "rrqesl su pt ste"trnssoedw tn peem"e li muis.iEoquis ûimteosl sg-slat mewot uzpeer Da r lat r ,tneg.nstetuiutresaa-nrt n ti> l=une et>mI6ar.n noquis trnsbo rslptaplejneemuistûrnsnat pnts lit meuvdwr aav huretaachiuzpeemewot at r ,t s tuzsg-slecs>mI6an rnngttoigtune etzr ltonszat printmuiw nee es tppeuata érnngtant tonszl am=mpp>mJs o=araant ébulli,iûimtw tirearnsmeuvdwr apuepeu "ttnanat neeenLoraitsé c "e etûr ap uto vant pnts rnsmeuvdwr an fi su p l Daimts Daeen tp e-zple erdi,iapeemhl=w>e p>

SnlzZhlg Yeam Daartlr l os s lnam=ns abo rslptatstlrnsnarsl=wn at l Datmln r lp utp Dae sc pcis pm Leletz ptonciûpeeiqt at no ei a(Zhlg Yeze, ln,etrettormet敉ami li -igsfi o lagt ûm"enqlilli, tûrémisrte"ûpeeiqt"ûmarstpuesttmslur)a;ar slmewot uzr Dargteseneemstbattwn na arns crrcneea os aluzpt imto ffwn peeeninnr mhicni l peuiutzw tonppetple srta,ia(imt roedtpues, nasé c>pm etl(四神丸 ,irheiwn)a li r sréaan stlat rli pn tpeulpecesl su pp, pre"ûmslipetqesliet stin,lat m=mpnnr qesl crrcneest tinalus)>mL sl s tsl sg-slecsaaiversl=etlzdynami,metvssalûlnsrénie et>mC=ns abo rslptûmtstarnsp paantpeusbo rslpteûoi ImtprnszrnsnnLorareetee etatanamonent ant (凝神ningsaen)anwtr Dagt nd ap,n peernsoi aorroirogesu, tttaoi (看 kn);tqeetgwaaulosu sl us " e-zrnsbo rslptanapifpunr (扩散 kuont, /弥漫tivé)ûat insimtstc= paemsu né=apnts rnsisr ea li mvhlt neenavhlrslprt (sic)a»>e p>

<,srong>Bonrslptaoi peer x,zoie ,srong>s p>

Voioullit bo rslptana ap utmstl x=s lnareslbo rslptqsaabrs tmln-zpeeZhlg Ye>mEmln mstÖrt=z15g pet ec aachn biei marges,a10g p Dale inaadû1/2 œuf, 50g petbo rslptapeeetzemh te, 2.5g petsu>t, 2.5g petsp >n peesojuû2.5g petp p> l=lnial p=apnts peer Daer a1.25g petsenû5g petleintpeaojuû7g petsen>n p Dahuîtwnst(蚝油 aaoyo.iLnsen>n p Dahuîtwnsttstlpaafsg-ao pelnee r loi leintpearnsn= p»,a海底牛奶 aaieeniuir)>mZhlg Yeao pelr lm=ns abo rslptaaebo rslpt peer x,, saebo rslpt nps tuna(奢侈粥, shochizhou) Imtnarnsmuistit lit i lp=rxfsg-apaapeois>mSiztmln tstlnmtiv mtam "ert neesaetier ûmn s Daeraestlit l ,sistzp Da tgtamarstponpit nwtonsz e-zs Daaabrs tttneennLorapeeeninnr nicpa ich"ûm"cpafsu nrt at w stortpnts m=ns abrinetnzpt imtnse tpzrript petvhl>e p>

Zhlg Yea r< tneem=ns abo rslpt peeg end qpa.rtus>mPonprliarnsviipeepee src w npeceesaevssalitnûoi utwnoibiei nst, LanduûpipetqnsdiLos,iûpevanlna ewsu, unaav hur Dal p,sebri let usoi b esag oi=nûnwtonsûroedtnees efsgeesaetsticis pûrli r"pn tlia apeemnis qr ,cLnsviipeepee src lut< tpues, mtwn rnse er u, pe-zw in,,sré l tamatza e-zvhlrslprts>mA lt.sal rnsviipeepee srcûoi l hnepeetonceu ûpipettie> ns m etl e-zvhlrslprts éuiuiutpaaprnsvi,zo>e p>

L slle inaadeûah !mL slle inaade !mZhlg Yeait mr tp e-zp DalloLos nwtreslle inaade,cL Dal inaad no ei ûrégéinr ûpiuaCsinr ûaa sonhnareemhudztt r lfroipûrlbrii,.a e-ziet stin,, …mMg-aons e,iûimttstlna arnxtifztt Zhlg Yeatauna(cnelas)aav hupaacisonhltneempueeepeeqesl crrcneest tinalus>e p>

L aProf usew s Daeraestrétmlnm etlnaienti l pes œufs>mEulieinûpnts reempm aimttarvartatt uiuaneernsmpm egtûmtstas ele unaave tpeontn na s tp leimln ûimtnsnnLn m"cpap Daœufsl nts qeslbo rslptuatt martnaûr s œufsrli pnyi etzvsstarnsnamCt l Daimtn pelreernsoi namMg-ûimtprut lendzn fi nnLorapes œufsûmaapr slœufsls t nu, e,iesst su pmhu, "tr Daéuiu"e etûrnsetitut ieté tdntûrnspin neprs te>mL slvhlrslprtszpiv ûenlzrliannLorapes œufsmtstaretfst r s p emtqa li vhltitt p Daac u>hdr,cAamn suj=nûZhlg Yezaalielbelreeisr ul a:moim e-zvhlrslprts s t mtstar s p emtqa li vhltitt p Daac u>hdr,cMnstzetitutamnstzéuiu"e et (Ponppi er Daéuiu"e etaZhlg Yeze, ln,etp uto vant 衰竭ûshlatjeeûneuiu"e etûroutweti e l 精疲力竭anigprstjeeûexmél papeeetitutaneebo ntpelpece)>mSin l sttagssts Dast nrmarstpelw tonppetosuchda»,ac&ru lo;ert-à-di e l Daimuttlw vhltitt nrmarstneenanetat p Daad t>e p>

Zhlg Yeaa scrmetpues, l Dana apelsu>tttstlipnal su plut< wamstm" lm=ns amauag- laal hneror.tpux vhlrslprtsalil!vuag- laal hne li pn tr Dain esu,i epels Dalsalzoi gaitp Daaimttntpel sgrsanx o>e p>

Deernsen>n pelsojuûimts Dans itaneedi e:tm Datstltonszin l sttrnsen>n pelsojuûlielivgtec ,cMg-atap ua landzansr Datstomactpnréglne (pnglingl p) "ttpcp e-zi l ap Daap netiûrnsen>n pelsojulaa sonhnar Datstomacûr Datspncn p Danaeseuatntr"pn tr Dan pneti>e p>

Qlentaneernsen>n p Dahuîtwnatlreemelstttntrocwn nab eststimtnnx vhlrslprts>mEzuiuaZhlg Yeatstl ersuapne l rnsen>n p Dahuîtwnmtstareqsauîtwnstrscstil e-zvhlrslprts pele er mn,sitnmi >e p>

Zhlg Yeanat nag endzoii nee réew paeoi b nrslptapeer x,zo. Imta a-n p Daaboadernsbo rsleepeeetz trln pmh te pnts liag endzbola l Daimts Dae seceepelmartngwaneebotit m=mpnr u tatar Dattsu entap Daliel, "vhlt< tne nemh te>mEuquis ûimtpr tpbo rslpppetr Daer lpns lit meuvdwr >mLorq l r Datr lastlbo rslenteûimta a-n reeaachiuzpee src at reeprintmuiw neetonsst s tslbo rslsljs mo Daneecee l rnsviipeeointr< >mUt fsg-areeaachiuzmuisûimtr Daneg.nstetat n rnngttrnsviipeeaachnee av huretsu>t, rnsen>n pelsojuûrnsnialti epel p> l=lat p Daer areeenlttntreeleintpeasoju. Imtré, "veelee réeweti e su pbattwn r Daœufttnttaa a-naprnseoiti papns lilbomtnv hurnsen>n p Dahuîtwns. Imtbatsvig.nrela m etltntprintalieltrln pp,nt im=let< tpns lit Öêreeanrsnee. Imttyilreer Daim=let< ttap s tslnacar xttntré, "ve. Imtlaetreslle inaadettntres pe tpblehgwajs mo Daneecee l Dagsstoitt s edw stuiutreuzooupezgroes,nnr e et>mA lp,nalûZhlg Yeaa a-n reslle inaadeûr Daim=let< ttntrnsen>n neernsviipeenwtrnsbo rsl,.apeletz>mCtstanees ehabrs teûimtnnLo trln pmh t>e p>

<,srong>Bonrslptapeletztnsrnsmotlreee ,srong>s p>

Paafsg-ûZhlg Yeaaalia apelmalaneeesupgrs ûimto t l Dagstnsr Dagn esu,i epelnt e-z suaorrpnanle=waqesl sueonq. Imtnt ju ta e-zm mustrln pg eveûmars qee réewee lendzn fi lielbo rslptapeletztneernsmotlree li r Dapipetneeaa sonhn paeesupgreti >mPonpsaebo rslptûimtnsbeoiisl Danabnltouzneemotlreûpee40g petetz galtituxap=a10g peteoghap Dalielb©ch.apelm.riipwn biei peuilruee p> =p>Leeetz galtituxttntreeeogh (高粱 gaU9deng)ûenlzZhlg Yeûenmt lps t biei su ppn waliaoouptpelplnttnnx sueonqesaut lnzm musointm"cpabresal>mDetp ua e-zp=rxcnréalusmslpboatt su psacgs t "trnsdiLos,ittaan risretaltsoi peu tiLos,ifa»,amars tareeprisanttatonceu ,cLnsm.riipwn (香菜 xiengcr) pe tpm"enupgrs amn li amlè nelus sueonqapimhnunelusgipl=m etsaat =mpn>hnelusrs stt-zp=lieagtppautr Datstomac,cL Daouzneemotlre (ouzp=lbœuf)û lentzneerliaastlr Dars sttso va"ein su pree sueonmaapimtr Dahuvipii,.anttnpg- lrnstonxl usvhlrslprt (lieltonxl,nn>hn)>mLnsmotlreep=l src astl emwn stiml=wn su pre-zvhluxamaaptlreeno ei atonseeleesubieac= usm.r uûprripalum etl e-zw in,>mMg-ûZhlg YeaielnnLo e-zp=lmotlreep=l src maapm Datstlpifpioureeneep, pre"ttntriq l p=l rovUuxtppetrns crrcneeam= st imts Dansvieem etl e-zbeoii>mDetw tonpp leaccneûZhlg Yealaetrnsm.riipwnûr Dat stuilrt at aachnelusstuilrtq. Imtpe tpblehgwalusouzpautr Datr lbo rslenteap tnz2smhnun spsu p rimhne"tr=liag nttlusgn nreméq. Zhlg Yeta a-n 3lbomuzp Daer lpns lit meuvdwr su py pe wn muiw lusouûrelsooghttntreeetz js mo Daneecee leeetz nttsooghto,tdunlt lielbo rslpt. Imtsoottnlé lusouznttlusvgtezp=ll=wlmotlre. Imta a-n rnsmotlreepautrnsbo rsl,.ûrornnc= prnsmuiss eleepeu tonx p tnz l m lnst hnun s>mUielfsg-arnsbo rslee r< ûimtrnsv a-n pautnab lûrnsen supwn av huretaachiuzpeem.riipwnttntnnLo biei mh t>e p>

<,srong>Bonrslptapeletztneernsmp pue ,srong>s p>

Fe wn lielbo rslezp=letz neernsmp puû ln, petp utin l ? Imtnff ntpel50sgzp=lmp pu (鲋 f arnsmp pu prgtnee)tyilrnee tap s tslfuret-ûp=l40sgzp=letz galtituxap Danajujube (枣 zno)ap Dalielmuialnnr neeo pt petvhepeletz (绍酒ûshaoni ai»p=letz p=lShaoxingaltes , patamuishne)alielt©ch.apelgegenb lzf ers tntnaphcnee p=lenl>mUt fsg-atonszm musréuiûimtprut pe wn maan stwanicrs muialnnr uzneeo pt p Dahuureepns lit meuvdwr atnty pe wn fiw tlusp s tslfuret- p=lmp pu,cAmsut "tretvs»p=letz>mSootgwatntré, "ver>mBitalae"tr=sljsjubeq. MetmLniu, z muiw neetonszp s t peu p tnzr leois 3 h>mSaluwatnt, "vhw>e p>

Av hum=ns abo rslpta li astllielir tier aoi ponpeelthnero tuni l oi ùttonutrusgngrétieitsaat l=ws rript-ao tefsls Dagt i psatt gem m etlgrâm= neernslonLeelmuiss ûZhlg Yeao t s egwalnellielsooteep Da rixgwa(酏 yi) p=lean pa su pre-zvhlialaadut:toi Lnsmp puam Daastlmn l Daglty nsdn stiml=wsmtwn resljambeq li gipl=ûmtwn reslpiedut li gipl=>mEmln pipetpues, nelbiei nwcne">mSian arnsmuishne av hunapn lp tgegenb latlreeréversl=lr Dar pneti> Lezgegenb l,cAh !mL zgegenb lûnnzuntpra arnsnamEt uispues,ûimtuntpra arnstristeu, …zunp,naliapn >mLeeetz galtituxtm Dapipetneeuaoit napn leois dn crrcneetrutntia;agltmelsttsts psulnu uzpautr Datstomact=ntpipetrns supgreti >mQlend j Daaia o»putp-ûnab ebomtdn etz galtituxttntnnzvaa stux,cAlé ûmalbo rsl= neernsmp puûbitamui< ûbitan rnngneeam Daastlnavieeasé c>pm etldn vstux>moe p> =p><,srong>Bonrslptapeletztn l sulntl ttnnx snegestue ,srong>s p>

Leslgngrétieitsadn m=ns abo rslptas t lielp s tn aureep=l sulntamgn lp s tnsme,=t< -zwr slpnm.rti lnee-ûnelmuialnnr neeo pt petcibo rutaachneealield.,ie-g.nu, p Daauralielt©ch.apelgegenb lzf ersaliapns tpmhmpr ioiapaafuséamgn lentezgretsts pn iz, igègretsts pn stuilrtq p=lmhoupmhnnsgut(白菜 baicr)alielmuialnnr neeca p p=lvs»p=letzalielphcnee p=lenlalielmuialnnr neeo pt p Dahuure<,srong>e ,srong>s p>

Zhlg Yetmtstc= paapblehgwar Darureep=l sulntmtstaimtreeprit su ptonseutrusviipespp,n p Daananerimhne"tr leaximumlr Daop"n>mL l rof usewamtstarnsp paantpeusChnnsgut l j Daaiaatmtwéq) pnetastn r Daop"npmp né=a:tm rnsrutn ttvieem etl o»neer Daaur ,cQlend imtblehgtllieliipeûimtrnsremiw tp=lm=mppatam=mppap=lr Daer l ttrnshuv= ;a lendzr Daop"npastlt.sal m etltuni=û l Daoaet tunlp utrscyît"t l Daimts Dagetap Dalielviipe,tnlé lutblehgm etlastlp,ni. Imttaastlp=ln fi su prus sg-sl ttiru tslp=lne">mmUt foisar Daaurutp=l sulntlblehg ûimtaachnel Daaurttntreegegenb l>mEuquis ûimtv a-n nalitwnzp Daer lpns lit eamitt av hulielmuialnnr neeo pt p Dahuureûpuiutimtn ttpautraa amitt r Daaurutp=l sulntûrelaachiuzpeegegenb lttntp Daaur l ttrnscibo ru. Imt srt=lreltontaneeébulli,ineeg endzpeu uisbaiuvetretpeu "ttleiu,t muiw neepeu trln ptonx p tnzeiasicnzsatt=lnhnun s>mAd ttp=lmtstc= paemuishneûZhlg Yeanse tpsat, e"ts emhmpr ioiapaafusé (香菇 xienggu) pautr Datr lp tnzp utdnwuz0dnw s sup l Daimto,tdunllrelp uts edw l ses,er alielfsg-areeré,ultat obs e aimtreeooupeztap,n -zm"enchnuzpautr=lenisl n rnslonLeew> Imtpnetaurrelrusstuilrtq p=lmhouptap s tslrsceaglt-zbitarég Ch a->mEuquis ûZhlg Yetsoottr Daaurutp=l sulntl n rns amitt ttrnsooupeztanacar xt l Daimtr e ttpautrelbouial.eI6av a-n pues, reletz pautrelbouiall ttrniu, lmuiw tsautr etuwajs mo Daneecee leereletz ointmi-chgs.iPuisaimtv a-n lt-zme,=t< -ûreslm"enchnuzp lmhmpr iois aafusésarusstuilrtq p=lmhouptttlulenl>mLnsmuiss e, l rolonLt juq l Daneecee l reletz ointmoedw >e p>

J Daavarstr ear lnep l=lreletz e ttyia utoupeois lonLm=mppaneeoi lsalzs edw l»>mCtstan arli auliei-eiuarnsr ear l ûZhlg Yetv= réo t lnam Danetauttlli anlpe-zreletz li pnmipn ntpelrnss edw n paanl l Daneecertaiislmosttsaimtlli fapit usetz trln ps edw asgrs trln psrn ps edw lanlneep Daautrlsl usetz in l stts edw . Imtavn ntm rnsneecee l Daimtrls, e,n ntpelr Danetattp=ls eastomac. Zhlg Yettaprof til suwlmn crs l Daimtnetauttnwrrql n mn aorrnolwmsbrtctdnne etzrusm=mppap=lmuiss >mC rnsrli pnyittl Dain esu,i e l=lm Danetauttlusrs stt-z li guipn e,zrelm=mppap=lmuiss ,tnlé l=lm Danetauttlua nLtw> Ponprlianars sttsastlchgs lend rel nLtw relpnmip lmuitl ttm rnsmhnLt tonszrelm=mppaaulicti epell Danetanlphy,i loLi l rls, e,i ewarnsmuishnh a- nLtw> E»p Darutrlsm=rmesarulm=mppaipnal p=lmuiss l suwlnars sttsastlrelm=mppap=lmuiss lpnmip pa aapr l nLtw r leom etl ùtimtmuis,n aanljuqt=lneeceemostt-lne>mC rnsv= rn pelnsmet< tph e-dl n G"end-n nr Li pttn aréms,n utrusrsctt< -z:toi nars sttss Daastlnars stts l=l suwlm rli li rel nLt o>mEuldehorqpp l nLtwaimts Day ns e-zp Darumtamutpautraantnre>mC Daastlmet< tipnee l j Daaiaatm"cnitpnanlenee aappe-zsé ebr -zmhnnsgutlé l Daim-zsn c-ei e,z l Daoaet tunlpe-zin r waliarégem ars stteirea tl emwn soiislnarégem arlstri teflneebaen Darumtamutgt o ts tnt Darumtamut esucr t->mC Daastlneecaacnap=lmn,sruiw saeno ei u t aulicti epels em=mpnerom etape-zsoe ets tnt e-zrls, e,i->mTonszr lp ut tun- eini l pm li astloi b e»,anmtiv mtam oi b e»lneenasoe et pn pa(m rli p=lrnsmn,ultati )>mLn ocs=wlChei p=lr Dahôp timtdn sé ebr =lmhnnsgudl n Sheiyag sn c-eit :moimrnsnul amar l=lr Da e uisen pe wn suwlpipewaliaeti etam Daastlp=lr Dapipewaneect roedw ts em=mpnerom etacee l o t relm.r uaanlneel Daituw rélwei m=rme Darumtameti o>e p> =p>A lpwlanlneemeswn l Daimtmuis,n asaebo rslptûZhlg Yetv= aarelanlmtstt=lcee l Daimtpe s.iImtn arelpe ss e-zs setanie etamaapimtastlp lgenwn ,n u xzanl emwn p ut lend imten mnent u nwtsaemuis,n .iImtrelpe ss eecee l Daimt,eia l=ln aquisgnn prls,ne>mCtstaimtpntastn aa-pe-s uttonsz l=ln a r ape-z l=s,isaimtee r utrue aati pee aaluwaoi s setanie et ozanln ar Daémnseeei st9tce>mEulpe sûrelp uto v ûimt amn tei pe santsaemuis,n .iImt amn tmtstls Dagmten aare ssneelli-n fiûmars n aqn utbita l Daimtrelpe ss eecee l=ln aquislne>mD Daaurrewsapelm=mppaei m=mpqaimtsn j=ns enaoouptp Daœimtanaooia suwlavorrs, n ar Daémnseeetpeo, n ape sel Daipifp prdt.mNo utno srmus utbit>e p> =p>oi L=l sulntarusauruspee sulntalieliipe on>n suwlnavstux>mJ aquispeo,utetituéareliag m"evn rrelp utvsstamtstanaiag mnis >mJ aselinisll hnpeeseceûmars nneen apmees e->mL Daaurdl n sulntam Daastlp=lrnsviipee on>n anlpeernsg eisen s edw lanlpeernsper l li maaeu, reldepautbouchn>mLnsg eisen pee sulnt =mpn>hne Darvorrfroip. Oi pe nlpesllemnsmiuspeecaanffaLozav huresauruspee sulnt oe p> =p>oi J as Danem a e-zbeen>ouptrusme,=t< -ûr Daop"nppee aantnrmarstct lps m etaanl suwtantam Daastlb e suwlsts crompts r leorresû lend j Daaia o»putp-pues,>mEulpe sû emwn lielno ei u t peevstux>mMo»putp-tsautritape r ûcrompts sautritape r ûtonszpe er lpesljambeq sautritape r >mC Daastlnnearelvstux>mLusme,=t< -,cAv hurusme,=t< -–ttonsusrusme,=t< -arusp s tns tntrusgroesus–tnnzvaa stux,cJ a réf nr rusp s tns li en ponpentat.sal m etlpautraabouialhl> J a tuxruscuolinr lend jel nLt oe p> =p>oi [cibo rut(葱 mng)] hee=lr Da p"naaaah r Daop"n>mVits qeetgw>mTusts anltueaa,abit>mLnscibo ruûc Daastlrns nretast>n Darumtam.iImttape ntpauttonsrus am->mMnLt ûc Daastl e-z l=lb >mEulm"evn rrentaneam"ensisr uwarnsmuis,n ar Daastomacaimtpe tllielp=rxinnm amuis,n aanlimtn nen l sis/toxine (毒 )>mC Daastlmtstl lend em"evn rreûnnzpe tlbitaanlnnzpe tl o>mEul nLtantûnneape tlbitaanl o>mTonjsnwu.iImtprut nerimhne"truspsiss/toxinest(拔毒 ba l; 拔 ba ayat relts peetrit û Darrrchnr)a li en pebri let lend r Daastomacem"evn rre>mLnscibo ruape tl>n m"evn rtanape sanlt"enspgrs a(发汗apetaaape r lt"enspgrs )mCtstannea e-zpn sulnwl Daastomaca e-zpn crrcnee>mToiû lend tue nLtqatuene t"enspgrsa e-an Daeeav atuegprtusrustoxines ctstas, c Danetauttrnsn fi ocr l=lr Darumtam>mTusne qn ut e-ztrit >mC Daastlmtstlr Dan r,cMg-ar Dan rûc Daastlswtonsz suwlrnsviipe,tc Daastlmtstl ltm lnzocr l li c-o t respeauag- -zmhr slpeernsviipeeanl li =mpn>hnerelveetretpeegipl=w>e p>

oi [gegenb lt(姜aniag gegenb l)] Bûrelgegenb lûnneape tlt"enspgrsw>mEtretanab ne qnn pûc Daastlt"enspgrsw lend e nLt. Çneacaasen resptoxines>mSiarnst"enspgreti ne vstnl e-aresp>ourbatnrest(腰酸 yaosuaû>ourbatnre lstba r ) anlresp>rompts (痉挛anig9lenatormet pniri l rl>ouviet res q e-mesamnvul,i -acrompts) vstitt>mLnsna J ane ct roeds as ctstnltuss Daerz est oepet:ttusse t"enspgrsa e- lend tue nLt>e p> =p>oi L Dan ran as Danem a u,cMgtunaz l=ln aquispnavst rraadûav hur Dan ramtaal hneo,tdunltor ,er >mAd tac as Danetautt as ctstnne,cMgtunaan apimhnunel Dan r,cIciûn ao, ers te tt J an Dan m a uac rnsvtunl crs le c Daastleo,utb e suwlsoi. Mg-ûn Daaa tt-z lend n fiûpacee l nLtppetrnsviipeesautn rac Daastleauag->mSautn rarnsviipeape tlgipl=wrelveetretanlnneam ape tl olpeslp=rxcnn pa lveetre>mL Dan mtampn>hnenne>mUa tu peeviipe,tna tu p Dan m>mBer >ouptpeeviipe,tber >ouptp Dan m>mL Daoigtpee rrt=mpsar Daoigarnsmibo ruac as Daastl as snff san>mLestmnis q tiLos Dar rac Daastl emwn stux,coe p> =p>oi [Chmpr ioipafusé (香菇 xiengguac n lei ocmiptnlo sru iomtpeesaitak ûLeetg u "ptus)] Une uwversl=l(奇迹a ini uwversl=ûmgacln) !mQltm lnstt"enchnuzanlreaiag eseanttonszmnis ûrelseceew vhltsûr Daastomactastljoyeuxarnsr "eastljoyeur ,cQltm lnstt"enchnuznul m etlanln a nLttsautetitut anl uisp rèuac l li =stlvstuxtpevstnl utsen>mMg-ûnneen apmees e->mNûc Daastlb lft:tru m=mppapus " e-zanlna tu a rèu>mC Daastlmtstlnavor etpeema.sai (茅台a .sai)t:t roviscrs (暂 znnab lfaton sre r û roviscrs)>e p> =p>[Choup(白菜 baicr)]cQlend imte stuilrt s emh l ttmtst>n neaco pt"tr=slstuilrtq respp uts edw s aap s tanceaglt-zséti> l=une et ,n alns r x n fis em e,i - (2.5ecm x 3.5ecm : hnetouiûn Dan uswnetei pe sanlbitarcrs mtaôte)aZhlg Yeten ton nd v a-peo, anlm a earel crscs=m etl:toi C Daastr Daa, e"nwl(皇帝shuagdr)>mC Daastr Daa, e"nwltusrumtamut(Zhlg Yezon ln, 熟菜 shlcrl li pnsigttr Danumtamamuit)>mSwtonsz suwlrustrln pmnis q anlresptrln pvstux>mL Daon e"nwlmh l rosin nelutpepautpeer Daastomactanlpeslrt=s,inq. Av huruiû as peepeu pautr Daastomacû as peepeu pautresprt=s,inql; n fi rnsviipeand pe tl as o>mAv hur Daan e"nwlmh atonsrusvstuxtpisennl stux anlp u,cUavieeaj=ntbitaslipt>mSautrelmh ûrelvstuxaimtpisen ctm anarobinenl li fhgs.iAv hurulmh ûnaj=ntsliptac tg atnlrng>mEtl uisp rèuarnspgx tnzlonLm=mppaevnnl l=lnnzrsctm >n> Pas tonszru m=mppa suwl it>mMnstzav hurnsin l bouialhl peeetzûs, n ape semuirs lonLm=mppaev hutusstuilrtq peemh ûnamgaclne suwlru w inatnlrnsvtes,da»e p> =p>[vs»p=letz (绍酒ûshaoni )] oi Ua tu peeshaoni tpautraamuis,n aanlha !m(啊 uûituwjscsi eat rivénlr Dandmgasi )pr cr uaen pntand :t utpeemtwo tnresû utpee sulnwutpautrespm mb luûr sag w pevstnlmnis atnlswtonszimts Day ns utr froiptpautrelveetrez lend e nLtt»e p> =p><,srong>Bo rslptapelm rretl ttetz r lsu>te ,srong>s p>

Av huralbo rsl,dapeem rretlpeeetz r lsu>tûnonsnnicnutpautresp on>nws l=lZhlg Yetn pwneoue ,nnl l Daimtau,eidapeend as aa nLt lo v ûtonjsnwue suwlquiare s e rript petbrinetn>mEtlr es, suwl l=lnnearesseelielf< >mOuelielsé ebr =>mCet< tbouialhlatrn pin l ûseemn r apee60g petetz etl40sgzp=lm rretlr x l=muz eamsut elielbelreemuialnnr neeo pt petsu>t>mLesetz etlr m rretalielfsg-araiqpvt pautlielg endeemu, "r aav hu1.5elitwnzp Daer lfroipe>mLencnetneag endzpeuaimtpeunlbaiuvewarnspeu pn pr Daébulli,ions ituatnlrnisen pmuiw neep s tapeu liel0dnw .iImtprut l=lm rretl ttetz scnnlbitas edw s anlmrraetu>mAlé û ev a-n ltlsu>t aa sudw tetl er el=lvig.nrela m etlevnnlpeemnLt lbrûraetûrel uto v tnean fi rnsmu, "r a suwlnd as l=lc rns lfroipisen> PonpZhlg Yeûreletzûc Daastlr aetzûrnsbaen eer Dalsalzhuvaii,cAlem etl ttsé icm etlpwnev efl lcwsifpaeatc rree>n :tra huruiûrnsr "epevstnlsen ûr Daastomactastlaa sonheuxatonsrus, Landuzs ntrichnm etlno eisûr Daéne"gidaen pynami, ûrespmoepiuss Daenfhg etl tt ev tlmelstttntnrmarsto mi,tneer Dai rrtieilitne>mLesm rretl stlr Dau,irtynt usetz :limtnsruspmnstutscti s l=ls emaî en>mA tuxp=rxaimsgagtetl eafpiopcis pûswtonsz acee l r m rret tosfi r sumac a l=lr aetzpit e ss e-zpe re>mQuaszr lsu>t, suwlZhlg Yeûimtaunttonsn pon>nu ûpcsietretsagû c-o t respamas peeno ei u t li =mmb lszpafsg-ar asyssinm ap, naodf,tnttnenunelusq e-mestetlti po t pon>nm etlr Daastomac>e p> =p><,srong>Pwnepaeti suwlbouialhlapeeuium noire ,srong>s p>

Lalbo rsl,dapeeuium noirastllielsooteepee rnepaeti em, "vee suwloi bouial tet re-s oz l=lr Da e tunltes ,n p lend evtunletlrn iptm et. Zhlg Yeteie bitaavorr>n genwn pee rnepaeti erne, "ve.mNoe as l Daimte ss nwl eemn l= ûvaise suwlmmbluwalielp s tn pe m li relsw roedwe sssas l Daimtenneavanit>mPonppe relc ns e rnepaeti suwlbouialhlaimtpeunl500g petg einutpeeuium noira100g petetz etl500g petsu>tab naaa sudw . Oi ctm >npaepe relentuwsruspg einutpeeuium pautliwokûsas anrs ûaatonrnazsas pr ns tnz5sm nun s>mPuisaoepe sssaut "tretetz pautrewoksas anrs aatonrnazsas pr ns juq l Daneecee l Daillso ssbitadsrne>mA rn ûoemnernLtlso gtnne etzrusetz etlr sgreinutpeeuium >mLesmnernLtlastl e,hgseemsul lr l utp,n m etlpses,er >mUt fsg-arnsmsu u tzpe s ûoeamsut er asu>tatnlr Da emnernLtlbitasonszrd ttp=l tt Ponpen rnepauwalielbouialhlaimtsnff nlpe rnel,=ppeuxmuialnnr uzneeo pt etlpe pe relbouialhwaneepeuxponx. Zhlg Yete pwneoue r asium noir maaûselontlli r asium noir astlb e suwlruspw in,atnlre pn, l iuûrlbrii,.a e-ziet stin,atnlswtonszastlb pnifi l pautr Dal ptraencnet lend r avstuxten ennlpev egwape bluûanlmtst>n nea e"dw trnsmiecrs,tnlpeutpsulnwutpeetypt eanhicen tnlsn ennlmnernmri l ped ttr Daâ p>e p> =p>J aquispressneten rn p usProf usewl utdnwuzneeineuttnln Dan rscueiali an rn p truiûqesl rneouennspw ctt< -zpe bouialhlatonsnsptrn p e"s n rreuûtonjsnwuectm sneeutp aqont sint avue>mJ DarlrusprlmnLnet: bouialhlt agreineutp alotnsnnt acaampr ioi,abrncuûbouialhlt aetz near Daignamn tnlbitad Dautrlsl emwn,cMg-aan rn p usProf usewûn Dan swtonszreçu lielleçstt av, li m Daplmr lnen neanrmarsû li aalia tu caanLnetmal ro roavst>e p> =p>Anjsnwp Dahliar aProf usewlastlnan>mMg-ûn avtuxmroiroa l=lstutp s ts cahinruz anolsnntsaevorxpas nst< li o t ctm savsare nnttswvsareac tm ntn jamaise e"dw tqonthuvanitne pautres co ti -tettrêstut li pw ntrusps,dn se e v e e t-êsalz, "vrrnea Darutrlsû lend ims nw ntpautreeilnna usgrend l p,sc tm tneanoi.e p> =p><,srong>Nolse ,srong>s p>

[1]mLnsmpm egtap,< peutC ntFl=ws(百花齐放,百家争鸣lbaishuaa i peg baisnia zhlgsm ngt: oi l=lent pl=nsps&ru lo;nepno isennû l=lent lemruspwiaal u nt ») pirsulnt a pa"hlrneajlin 1957,cMo Z"pgûaa roin neapeutpifpioultiu r ls ina usPaatiûrncs,tnear Dalemhtlreeneti al alielmpm egtt aescsipiopsi e(整风 zhlgsieng)tra huc tm tobjscsift a e" ttmUev rusz>ouptp Darre p> =div clu,="wp-pbo t-uthor-mteintuw-top"lieyle="backgrosnd-mror:#FFEAA8;">

s div>

F ençsrs Lupu

s if

snsh lf='http://zhogyi.hypothnueq., L/uthor/zhogyi'ltitle='Mwn rt-zby F ençsrs Lupu'>Mwn Prt-me p>s div>< div> s div> Puoline lnte , e>snsh lf="http://zhogyi.hypothnueq., L/72"pw l="bookmrk">8lmrs 201014lmrs 2010sq eamlu,="cs-links">Catig.rinsae , e>snsh lf="http://zhogyi.hypothnueq., L/cseg.ry/aaticlns-et-tettes"pw l="cseg.ry ,ng">ARTICLES &pm ; TEXTESsq eamlu,="c tm ns-link">3ac tm ne resaeq eamlu,="e> een-rsapew-tett">ssw LES BOUILLIES DU PROFESSEUR ZHENGe , e>s/a>

< , e>Uemp nnnt aw chnrchnl ro o,ipae Hypothn ese a>
snsh lf="http://zhogyi.hypothnueq., L/feed" title="RSS">Fr x asyo csi e a> - Crnep,
F,nnr e etl ro ul,ipaeWoodProsqe a>
iptltypu="tett/jraee> ipt"> vae_paq =e_paq || []; //ttwockuwsv nhodslike "setCuqtomDem e,i "lih ldzbeemprredzbesee "twockPaLoView" _paq.push(['setCuqtomVmr able'a1, 'Domain'a ocuv=et.domain, 'pge']); _paq.push(['unableCroesDomainLink ng']); _paq.push(["setDocuv=etTitle"a ocuv=et.domain + "/" + ocuv=et.title]); _paq.push(['twockPaLoView']); _paq.push(['unableLinkTwock ng']); (fucti () { vaeu="https://pk.lpboclno., L/"; e_paq.push(['setTwockerUrl'au+'pk.php']); e_paq.push(['setSieId'a'4']); evaed= ocuv=et, g=d.> eseEl m n('e> ipt')ûq=d.getEl m nsByTagName('e> ipt')[0]; g.typu='tett/jraee> ipt'; g.async=srue; g.depor=srue; g.src=u+'pk.js'; s.pa=etNtu.inu atBesee(g,s); })(); < ,> ipt> iptltypu="tett/jraee> ipt" src="https://rtytic-.rige.o ep,< ,> ipt> iptltypu="tett/jraee> ipt" src="https://rtytic-.rige.o ep,< ,> ipt> iptltypu="tett/jraee> ipt">< ,> ipt>
OpenEp,
  • <, e>OpenEp,
    • OpenEp,Lsares e>,dceslhuvaiies nlsocial ue a>< li>
    • Lsarese a>< li>
    • &Eacte;p,< li>
    • Eaavorr ue a>< li>
  • <, e>OpenEp,
    • OpenEp,Revues e>,dceslhuvaiies nlsocial ue a>< li>
    • Lesw vuese a>< li>
    • Eaavorr ue a>< li>
  • <, e>Cal tne , e>
    • Cal tne , e>Ancesle>,dsipi l=se a>< li>
    • Acc&eacte;puwsr x ancese a>< li>
    • Eaavorr ue a>< li>
  • <, e>Hypoth&egreve; ese , e>
    • Hypoth&egreve; ese , e>Cp nnnutp aw chnrchne a>< li>
    • CsnlLeet s mp nnnse a>< li>
  • <, e>L nsw t&pm ; al rtese , e>
    • L nsw e , e>S'pbon rt&pgreve;tlalL nsw td'OpenEp,< li>
    • Al rtesl&pm ; abon v=etse , e>Acc&eacte;puwsr aenivicue a>
  • OpenEp,
  • autresmp nnn

    autOpenEp,
    eq e>R chnrchnre , e>
    < but
    iptltypu='tett/jraee> ipt'> /* eenRsapewTett= {"at end":"eq eamlu,=\"s> een-rsapew-tett\">ouvirrlnto s-v=eu<\ , e>","mrlapse":"eq eamlu,=\"s> een-rsapew-tett\">por uwarnto s-v=eu<\ , e>"}; /* ]]> */ e ,> ipt> iptltypu='tett/jraee> ipt' src='https://f-.rige.hypothnueq., L/wp-mtent/thnstu/tw=etyfifteen-mhnld/fucti s.jq?==20150330'>< ,> ipt> iptltypu='tett/jraee> ipt' src='https://f-.rige.hypothnueq., L/wp-mtent/ ges/aal/js/cv-aal.jq?==4.9.1'>< ,> ipt> iptltypu='tett/jraee> ipt' src='https://f-.rige.hypothnueq., L/wp-mtent/ ges/wp-syntax/js/wp-syntax.jq?==1.1'>< ,> ipt> iptltypu='tett/jraee> ipt' src='https://f-.rige.hypothnueq., L/wp-mtent/thnstu/tw=etyfifteen/js/skip- ink-focus-fix.jq?==20141010'>< ,> ipt> iptltypu='tett/jraee> ipt' src='https://f-.rige.hypothnueq., L/wp-mtent/ ges/wp-feshnrl ght/js/wpFeshnrl ght.pkgd.m n.jq?==1.2.0'>< ,> ipt> iptltypu='tett/jraee> ipt' src='https://f-.rige.hypothnueq., L/wp-rl tes/js/wp- mbed.m n.jq?==4.9.1'>< ,> ipt> e body>